Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mensonge d’Alejandro
Bob Van Laerhoven  (MA Editions)  mai 2014

Du haut de son pays flamand natal, Bob Van Laerhoven est un multiple de l’auteur prolifique. Toutes catégories : romans, ivres de voyages, poésies, essais, livres pour enfants, pièces de théâtre et j’en passe. Le style cross-over lui a ouvert les portes des éditeurs français avec La vengeance de Baudelaire, un subtil mélange de littérature et de suspense. Le Mensonge d’Alejandro est son deuxième roman publié dans la langue de Baudelaire.

L’œuvre est fictive, évidemment, mais Bob a une manière bien à lui de ressusciter le tristement célèbre Augusto José Ramón Pinochet Ugarte dans ses lignes. Un commandant en chef des armées qui prend le pouvoir par un coup d’Etat et encage ses opposants, ses contestataires, ses dissidents, ses empêcheurs de tourner en rond, la presse et les grandes bouches… Et ça se fait appeler Président.

Et ben là, dans Le Mensonge d’Alejandro, c’est pareil. Sauf que c’est raconté à la première personne, donc ça ne fait pas tout à fait pareil qu’avec Pujadas. Nous sommes en 1983. Voilà une décennie que Pelaron promène la dictature au bout de son bras à Terreno, Amérique du Sud. Alejandro Maldiga n’a pas été exécuté, il n’était que le guitariste d’un chanteur et poète populaire appelé Victor Perez (lui, exécuté, fallait pas critiquer la nouvelle politique de Président-Pelaron).

Le roman commence à la sortie de prison d’Alejandro. Le ventre creux, les rêves en bernes, l’âme errante et les cernes sous le cœur. Il sauve une jolie femme d’un guet-apens militaire, et il est recontacté par la rébellion des sous-sols. Mais l’enthousiasme d’Alejandro n’est plus là, la prison lui a bien brisé la dignité. Donc il ment. Aux autres, à lui-même. Il est lâche. Il se dérobe. Il fuit.

Voilà ce qu’on gagne à vivre sous une dictature. Les principes même de l’humanité sont faussés. Regardez sans cesse au-dessus de votre épaule. Ne rêvez pas trop fort de liberté, à part dans la mort peut-être. L’audace, la fierté, l’amour, l’insouciance, la poésie, tout est rayé de la carte pour le bon plaisir de Pelaron.

Non, Le Mensonge d’Alejandro n’est pas un roman divertissant, il est de ceux qui vous mettent face à soi-même, face à ses idéaux courageux et sa lâcheté ambiante, parce qu’au fond, nous aspirons qu’à une seule chose : sauver nos miches, un point c’est tout. Et puisque la fin justifie les moyens, disait un philosophe fournisseur d’alibi, mentez, mais ne vous regardez pas trop en face ensuite.

Nous, occidentaux pinailleurs de congés payés, ne voyons que les bagarres de rue, les maisons délabrées et les cris des passants de ces pays dictaturés. Bob Van Laerhoven nous emmène dans ces pays, et vous savez quoi ? Les populations locales ne ressentent pas outre mesure la sympathie qu’on est en droit d’attendre du "pays des droit de l’homme". Encore de quoi réfléchir.

"Un roman sur la culpabilité, l’amour et la violence dans une dictature".

Un roman qui mérite qu’on s’y attarde, parce que rien n’est jamais acquis, en amour comme en république, la démocratie ne tient qu’à un fil, suffit d’un connard sanguinaire (pas forcément barbu) et une poignée de moutons pour tout faire péter.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La vengeance de Baudelaire" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Bob Van Laerhoven
Le Facebook de Bob Van Laerhoven


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 août 2019 : Sur la Route du Rock

Nous voici en route pour Saint Malo et son inimitable Route du Rock que nous aimons tant. Pour le voyage on vous a sélectionné quelques disques et quelques bouquins pour préparer gentiment la rentrée. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

Nos valises sont prêtes, en route pour La Route du Rock
"Onda" de Jambinai
Rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society
et toujours :
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Azzedine Alaïa - Une autre pensée nde la mode : la Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon
et toujours :
"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts

Froggeek's Delight :
"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=