Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mensonge d’Alejandro
Bob Van Laerhoven  (MA Editions)  mai 2014

Du haut de son pays flamand natal, Bob Van Laerhoven est un multiple de l’auteur prolifique. Toutes catégories : romans, ivres de voyages, poésies, essais, livres pour enfants, pièces de théâtre et j’en passe. Le style cross-over lui a ouvert les portes des éditeurs français avec La vengeance de Baudelaire, un subtil mélange de littérature et de suspense. Le Mensonge d’Alejandro est son deuxième roman publié dans la langue de Baudelaire.

L’œuvre est fictive, évidemment, mais Bob a une manière bien à lui de ressusciter le tristement célèbre Augusto José Ramón Pinochet Ugarte dans ses lignes. Un commandant en chef des armées qui prend le pouvoir par un coup d’Etat et encage ses opposants, ses contestataires, ses dissidents, ses empêcheurs de tourner en rond, la presse et les grandes bouches… Et ça se fait appeler Président.

Et ben là, dans Le Mensonge d’Alejandro, c’est pareil. Sauf que c’est raconté à la première personne, donc ça ne fait pas tout à fait pareil qu’avec Pujadas. Nous sommes en 1983. Voilà une décennie que Pelaron promène la dictature au bout de son bras à Terreno, Amérique du Sud. Alejandro Maldiga n’a pas été exécuté, il n’était que le guitariste d’un chanteur et poète populaire appelé Victor Perez (lui, exécuté, fallait pas critiquer la nouvelle politique de Président-Pelaron).

Le roman commence à la sortie de prison d’Alejandro. Le ventre creux, les rêves en bernes, l’âme errante et les cernes sous le cœur. Il sauve une jolie femme d’un guet-apens militaire, et il est recontacté par la rébellion des sous-sols. Mais l’enthousiasme d’Alejandro n’est plus là, la prison lui a bien brisé la dignité. Donc il ment. Aux autres, à lui-même. Il est lâche. Il se dérobe. Il fuit.

Voilà ce qu’on gagne à vivre sous une dictature. Les principes même de l’humanité sont faussés. Regardez sans cesse au-dessus de votre épaule. Ne rêvez pas trop fort de liberté, à part dans la mort peut-être. L’audace, la fierté, l’amour, l’insouciance, la poésie, tout est rayé de la carte pour le bon plaisir de Pelaron.

Non, Le Mensonge d’Alejandro n’est pas un roman divertissant, il est de ceux qui vous mettent face à soi-même, face à ses idéaux courageux et sa lâcheté ambiante, parce qu’au fond, nous aspirons qu’à une seule chose : sauver nos miches, un point c’est tout. Et puisque la fin justifie les moyens, disait un philosophe fournisseur d’alibi, mentez, mais ne vous regardez pas trop en face ensuite.

Nous, occidentaux pinailleurs de congés payés, ne voyons que les bagarres de rue, les maisons délabrées et les cris des passants de ces pays dictaturés. Bob Van Laerhoven nous emmène dans ces pays, et vous savez quoi ? Les populations locales ne ressentent pas outre mesure la sympathie qu’on est en droit d’attendre du "pays des droit de l’homme". Encore de quoi réfléchir.

"Un roman sur la culpabilité, l’amour et la violence dans une dictature".

Un roman qui mérite qu’on s’y attarde, parce que rien n’est jamais acquis, en amour comme en république, la démocratie ne tient qu’à un fil, suffit d’un connard sanguinaire (pas forcément barbu) et une poignée de moutons pour tout faire péter.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La vengeance de Baudelaire" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Bob Van Laerhoven
Le Facebook de Bob Van Laerhoven


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=