Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'arrête quand je veux
Sydney Sibilia  août 2014

Réalisé par Sydney Sibilia. Italie. Comédie. 1h40 (Sortie le 6 août 2014). Avec Edoardo Leo, Valeria Solarino, Valerio Aprea, Paolo Calabresi, Libero De Rienzo, Stefano Fresi, Lorenzo Lavia, Pietro Sermonti et Neri Marcore.

Voilà un film qui fait bien de sortir au mois d'août. Cette pochade "énaurme" n'est en effet pas destinée aux temps austères et hivernaux de l'introspection.

Certes, pour son premier long-métrage, le jeune réalisateur italien Sydney Sibilia inscrit sa comédie déjantée dans un contexte social réel, celui des diplômés qui vivent de petits boulots très très éloignés de leurs qualifications parce que l'État transalpin a abandonné nombre de programmes de recherche fondamentale.

Sauf que loin de se résigner au RMI, ces chercheurs, qui - s'ils pouvaient encore chercher - risqueraient le Prix Nobel, décident de passer du côté obscur de la farce.

Avec leurs capacités hors du commun dans chacun de leur domaine d'incompétence, ils inventent, distribuent et commercialisent la "drogue parfaite"... et "légale", puisque n'entrant dans la nomenclature des drogues. Charge aux économistes et aux logisticiens de la "bande" de réinvestir les profits.

Bras cassés de la dope, Pieds Nickelés du deal, nos héros vont bien entendu se heurter à la concurrence mafieuse et à la répression policière. Et, si leurs existences banales vont connaître un moment euphorique riche en luxe, en stupre et en bimbos, leur vie facile ne le sera pas très longtemps.

"J'arrête quand je veux" constituera d'emblée une surprise pour le spectateur français qui a perdu l'habitude de voir ces films italiens satiriques, plus lourds que légers, conçus uniquement pour divertir.

Depuis les "années Nanni Moretti", on avait périodiquement le droit à des comédies italiennes modérément et mollement "douce-amères" et pas franchement drôles.

Avec Sydney Sibilia, on replonge dans une tradition transalpine qui avait fini par s'anéantir, pour le pire plus que pour le rire, dans les films de Bud Spencer et Terence Hill. Au lieu d'acteurs intériorisés - et sans l'inévitable Pippo Delbono - il a déniché les héritiers directs des comédies vulgaires d'antan.

Il faut donc s'attendre à ce que la brochette de comédiens de Sydney Sibilia en fasse des tonnes et dépasse les limites du mauvais goût.

Comme on ignore qui ils sont, et qu'ils sont d'une grande efficacité, on supposera qu'il y a parmi eux la relève tant attendue des Tognazzi, Manfredi, Sordi, Gassman et Mastroianni.

En tout cas, si l'on a les zygomatiques dans de bonnes dispositions, on ne crachera pas sur ce retour d'un cinéma rigolo du samedi-soir. Loin d'être un chef- d'oeuvre, "J'arrête quand je veux" de Sydney Sibilia pourrait bien devenir un bon petit film culte.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=