Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sharon Van Etten
Are We There  (Jagjaguwar Records)  mai 2014

C’est presque avec la connivence qui lie deux amis que l’on retrouve un second album de Sharon Van Etten distribué par Jagjaguwar Records. De retour donc, la chanteuse originaire du New-Jersey nous revient avec son lyrisme et son chant chaud et hanté, pour un nouvel opus intitulé Are We There.

Autoproduit, celui-ci joue à la girouette et donne de la tête dans plusieurs directions. Si, comme à son habitude, Sharon charge sa voix d’une passion atteignant une profondeur mirobolante, les productions qu’étaient jadis maintenues à un strict minimum, comme pour ne pas interférer avec son chant, se mâtinent ici volontiers avec d’autres instruments.

Comprendre que Sharon prend des risques qui lui réussissent. Si discuter de son amour et de ses peurs livre une expérience sonore à fleur de peau, les guitares presque agressives qui déambulent sur des titres comme "Taking Chances" offre un habit nocturne à l’album. Hantée, voire carrément habitée par ses mouvements de passions, sa voix passera d’un aspect diaphragme, inconsistante et charmante, s’accompagnant d’un simple piano sur "I Know". Pour atteindre une chaleur séduisante sur "Tarifa", titre sur lequel elle se conjugue avec l’esprit vintage d’un synthé rétro, le temps d’une balade épique.

Et comment ne pas succomber à l’excellent "Your Love Is Killing Me", son refrain entêtant et puissant s’améliorant, phase après phase, à grand renfort de percussion roulant en fond, à la façon d’un cœur s’emballant sur la plaidoirie de la voix de Sharon.

Vous l’aurez compris, Are We There se construit une identité à deux visages, le premier s’acharnant à rendre les compositions simples, à n’en faire que des exergues pour le chant. Le second, plus retors, est un mouvement passionnée qui apparaît après quelques écoutes, enfant né de la rencontre du pathos de Sharon et d’une instrumentalisation bridée.

Are We There (NDLR : dans le sens "En avons-nous terminé ?") prend alors la forme d’une question rhétorique, simple formule de politesse à laquelle l’artiste répond dans le titre "Every Time The Sun Come Up" en affirmant "People say I'm a one hit wonder, but what happens when I have two ?" ("Les gens disent de moi que je ne durerai que le temps d’un titre, mais que se passe-t-il si j’en ai deux ?"). C’est tout vu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Remind me tomorrow de Sharon Van Etten

En savoir plus :
Le site officiel de Sharon Van Etten
Le Soundcloud de Sharon Van Etten
Le Myspace de Sharon Van Etten
Le Facebook de Sharon Van Etten


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=