Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raury
Indigo Child  (Autoproduit)  août 2014

Quand le jeune Raury sortait son premier succès intitulé God’s Whisper, il s’insurgeait contre une grosse colère de sa mère l’ayant attrapé en train de consommer des substances illicites. De la révolte d’un sale gamin émergea alors un titre caméléon, à la voix et au message passionné. Ce que Raury abandonne au glamour, il le gagne en éloquence. Très vite, celui qui se définit comme le messie de sa génération (une génération dite "Indigo"), a commencé à affirmer vouloir devenir l’un des plus grands lyricistes, sinon le plus grand. Quelque mois plus tard, adoubé par Kanye West (la mégalomanie rapproche) et plusieurs premières parties avec OutKast, Raury sortait enfin son premier LP, évidemment intitulé Indigo Child.

Première surprise, les 9 titres (+ 4 interludes) de celui-ci sont proposés en téléchargement gratuit sur le site du jeune artiste. Une démarche louable, qui n’est pas sans s’inscrire dans sa démarche quelque peu hétéroclite.

Musicalement, "God’s Whisper" fut un titre riche, fleurant la jeunesse et toute l’impunité sous-entendue par celle-ci. Largement porté par des cris variés, des claps et une grosse percussion au rythme régulier, le chant distant du musicien presque mystique, convoquait une atmosphère échaudée et surtout ultra passionnée ! "Indigo Child" s’insère dans cette même brèche et tente de ré exploiter ce mouvement sonique avec plus ou moins de succès. "War Pt.1" seconde piste d’ouverture, annonce très vite la couleur avec ses paroles "We’re Together, we ‘re the truth / We’re forever, we’re the youth".

Mais entendons-nous bien, si l’effet atteint n’est pas forcément celui de son titre précédent, des titres comme "Cigarette Song" conjurent des similitudes frappantes d’avec la Nu’Soul de Me’Shell Ndgeocello. Une comparaison fortuite, d’autant plus que tout comme pour l’impératrice de la Nu’Soul, les vocalismes de Raury tendent vers un androgynisme incertain alors que les rythmes singent facilement des rythmiques Rock and Roll ("Chariots of Fire").

Une vérité qui place alors Raury comme l’héritier d’une culture musicale melting-pot, situé à des lieux de l’univers hip-hop où l’on aurait voulu le cantonner. A l’écoute, "Wildfire" ou l’excellent titre d’ouverture "Armor", conjuguent diverses inspirations dans un équilibre et une symbiose impressionnante. On y découvrira une musicalité plurielle au sein de laquelle les genres se rencontrent et s’accommodent les uns aux autres sans jamais se heurter.

Mais Raury reste le sale gosse qui a grandi dans la banlieue d’Atlanta et subi les réprimandes de sa mère, comme en témoigne les quatre interludes. Véritable plongée dans la vie personnelle de l’artiste, on l’entend ergoter avec sa mère qui ne goûte pas la lubie musicale de son fils. Un passage qui n’est pas sans diminuer cette impression de mégalomanie dégagée par le jeune homme. Et participe, au contraire, à l’image de rêveur incorrigible, collant à la perfection au jeune chanteur.

Vous l’aurez compris, Indigo Child est un album né des frustrations de Raury. Frustration, face à sa mère, à sa jeunesse, ses doutes et surtout son rêve. Somme toute derrière l’impétuosité de sa jeunesse, existe aussi un grand romantique.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Raury
Le Soundcloud de Raury
Le Facebook de Raury


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=