Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Cheathas - Anna Calvi - Protomartyr - Slowdive - Portishead - Metz - Liars - Moderat  (Fort de Saint-Père, Saint-Malo)  du 14 au 16 août 2014

"Ce qui n'est pas déchirant est superflu, en musique tout au moins."
Cioran

Oui demain est un autre jour. Il en est fini de la pluie. Bon, le site est toujours assez abominable, malgré un réel effort des organisateurs pour arranger le tout. Déjà par ce que les conditions de la veille étaient inadmissibles et parce qu’aujourd’hui, Portishead oblige, le festival affiche complet. En arrivant dans le fort, on observe incrédule le ballet des tracteurs répandant une quantité astronomique de paille en se disant que si tu as le rhume des foins, hé bien tu risques l’œdème de Quincke.

Ca bosse dur pour rendre le site acceptable mais les problèmes ne sont pas réglés partout, sur les parkings notamment et cela retarde considérablement l’ouverture des portes au public.

Nous ne sommes en effet qu’une quinzaine au début du set des anglais de Cheathas. Ce qui donne l’impression d’assister à un concert pour accrédités et bénévoles. Un couac pas très sympa pour le groupe et pour certains festivaliers qui auront presque deux heures d’attente devant les portes. Un très faible public qui grossira au fur et à mesure du concert mais qui ne semble pas déstabiliser les Londoniens qui déroulent leur mélange de shoegaze et de noise héritière des années 90 sur la scène des remparts. Rien de bien neuf mais le groupe joue carré et avec une certaine application pleine d’entrain. On appréciera donc à sa valeur juste des titres comme "Get Tight", "The Swan" ou "Geographic".

A contrario c’est le soleil et presque la grande foule qui accueille La belle, soyons franc, Anna Calvi qui a la lourde tache d’ouvrir la grande scène. On peut ne pas aimer ce genre de rock, cette façon de (sur)jouer de la guitare, de multiplier les solis taille XXL mais Anna Calvi assure totalement son set blues rock. La guitariste / chanteuse, terriblement sexy ("Desire", "Suddenly") parfois épineuse ("I’ll Be Your Man", "Rider To The Sea") fait claquer sa musique à l’instar de ses escarpins sur la scène et joue habilement avec les moments de tension et de détente. Un set plaisant qui se terminera avec la reprise de Frankie Laine : "Jezebel". Un seul petit bémol, une qualité sonore qui, surtout au début, ne lui rendra pas service et qui gâchera notre perception de l’instrumentation qui l’accompagne (pour être franc, on aura l’impression d’où nous étions situés que les micros de la multi-instrumentiste (métallophone, orgue à soufflet…) et dont l’intérêt n’était pas négligeable ne furent ouverts que pour la seconde moitié du concert).

C’est de loin que l’on assiste au concert de Protomartyr. On est un peu bête parfois on avait oublié que nous avions aimé le disque… n’empêche, même de loin, le concert est bon. Le quatuor américain en provenance de détroit assène avec prestance son post-punk énergique. "Maidenhead" en ouverture, "Want Remover" ou encore "Ain’t So Simple" sont de véritables claques. Le chanteur Joe Casey raide (droit…) comme la justice orchestre la démonstration sonore incisive et caustique… On regrette de ne pas être plus près pour partager avec le reste du public cette belle énergie. Les regrets ne sont que de courte durée étant donné que nous sommes super bien placés pour assister au concert de Slowdive.

Slowdive… Slowdive. Non je ne suis pas un fan de la toute première heure mais le groupe me hante depuis fort longtemps. Qu’attendre de ce retour ? Le bouche à oreille parle de concerts réussis et on sait qu’ils vont permettre au groupe de se retrouver, de reprendre ses marques avant un nouvel album. Alors on attend d’être bouleversé par cette musique qui mélange romantisme et déflagration sonore et qui aura façonné le son de nombreux groupes actuels.

L’attente ne sera pas longue. Au bout de cinq minutes nous avons des frissons, au bout de dix notre cœur bat la chamade, et à partir de quinze c’est presque l’ataraxie. La musique de Slowdive est magique. Si sur disque l’usure du temps a parfois fait ses mauvais offices, ici et maintenant elle prend une nouvelle ampleur, sonne même résolument moderne. Le moment est intense. Chaque crescendo, chaque alternance de voix entre Halstead et Goswell, chaque ligne mélodique sont des moments orgasmiques. Neil Halstead cherchait avec Slowdive un univers sonore, des atmosphères.

Ce qui est construit devant nous en est la parfaite réussite. Nous avons les larmes aux yeux devant ces moments extraordinaires que sont "Catch The Breeze", "Crazy For You", "Machine Gun", "When The Sun Hits" ou encore "Alison". On tremble, on exulte. Sur scène, le plaisir du groupe à jouer ensemble est palpable. Neil Halstead yeux mis clos sur la gauche et la divine Rachel Goswell tout sourire, sont les grands prêtres de cette immense communion.

Sans en faire des tonnes, avec simplicité et honnêteté, le groupe nous donne à entendre ce qui sera résolument le plus beau concert de cette édition 2014. "She Calls" et "Golden Hair", reprise de Syd Barrett closent le concert en apothéose.

Les lumières s’éteignent, la redescente sera difficile. Slowdive aura placé, niveau émotion, la barre très haute. C’est au tour maintenant de l’autre groupe très attendu : Portishead.

Dès les premières notes de "Silence", le public frissonne et retient son souffle, les basses sont des coups de tonnerre et c’est quand Beth Gibbons commence à chanter que le public explose de bonheur. Un bonheur qui l’étreindra durant tout le concert. L’émotion est tangible, l’écoute est religieuse. Sur scène, Portishead produit une musique miraculeuse, souvent hallucinante parfois étourdissante. Pourtant, oui pourtant quelque chose ne va pas. Petit à petit, l’enthousiasme des débuts me quitte. Beth Gibbons semble presque fantomatique et que l’on l’accepte ou non, sa voix a subi les affres du temps. Elle est toujours capable de nous donner d’incroyables frissons mais sur la longueur… Techniquement étourdissant, Adrian Utley et Geoff Barrow exécutent les titres de manière presque similaire aux versions CD.

Justement c’est peut-être là la véritable déception. C’est beau, superbe, on adore cette musique mais c’est presque froid. Alors OK, Portishead ce n’est pas la compagnie créole mais il existe un juste milieu. On regrette que les Anglais ne s’écartent pas un peu plus de ces versions, de ce son parfois un peu daté, ne mettent de la folie dans leur musique. Dieu sait que ces compositions peuvent être le point de départ d’incroyables projections. Visuellement, c’est très beau mais il n’y a aucun échange avec le public. C’est même étonnant d’entendre Adrian Utley affirmer à la fin du concert son plaisir de rejouer ici ou de voir Beth Gibbons sauter en front de fosse serrer des mains pour ce qui semble plus quelque chose de récurrent et calculé qu’un pur moment de joie spontanée. Le concert se termine et mon impression est mitigée. Peut-être attendais-je trop de ce groupe, en tout cas j’attendais résolument autre chose. Portishead a-t-il un avenir autre que celui de tourner ? Sa musique, superbe au demeurant est-elle soluble dans la modernité  ou est-elle le marqueur d’un genre et d’une époque ? Est-elle capable de se renouveler ? Je suis sceptique.

On ne verra pas grand-chose de Metz et de sa folie Noise. Trop tard trop vieux…

Et puis il faut garder des forces pour la tornade Liars. Ce groupe incroyable en perpétuelle évolution esthétique reste sur scène une tornade électro punk au mauvais goût assumé. Ce soir, les Liars nous offrent le songe d’une nuit de Sabbat. Dès le départ, Angus Andrew bouge sur scène comme s'il était une marionnette manipulée par le diable. Masque à franges rappelant le visuel de Mess, leur dernier album, le chanteur organise une pagaie sans nom, un désordre incroyable. Le fait que le batteur ait du mal à jouer au tempo en début de concert rajoute à la confusion. Mais on sait que chez les Liars, derrière l’anarchie se cache un véritable travail musical, de sape aussi parfois. "Pro Anti Anti", "Mask Maker" et "Let’s No Wrestle Mt Heart Attack" transforment le fort en dancefloor ahurissant, mais la sauvagerie du groupe laisse la place aussi à des moments plus fins, à des ambiances plus malsaines ou torturées.

On ne sait jamais si c’est de l’art ou du cochon ou les deux. En tout cas, c’est captivant, baroque, fort, malin, drôle, puissant, extrême, terrible. Le public ne sait pas toujours sur quel pied danser, surtout quand il est sérieusement aviné. "Vox Tuned D.E.D", "WIXIW", "I’m No Gold" nous renversent et "N 1Against The Rush", "Mess On A Mission", "Brats" et "Plaster Casts Of Everything" terminent de nous mettre littéralement à genoux. Liars construit et détruit en même temps sa musique, se moque de nous mais nous laisse pantois.

"Ce qui n’est pas déchirant est superflu, en musique tout au moins" disait Cioran. Les concerts de Slowdive, Liars et dans une moindre mesure celui de Portishead en sont la preuve.

Et Moderat me direz-vous ? Trop tard, trop d’émotions… On m’en a dit beaucoup de bien… et puis j’ai juste envie de garder le souvenir du sourire de Rachel Goswell…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Anna Calvi
Anna Calvi en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Anna Calvi en concert à Cité de la Musique (mardi 26 octobre 2010)
Anna Calvi en concert au Trianon (vendredi 22 avril 2011)
Anna Calvi en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Anna Calvi en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Anna Calvi en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Anna Calvi en concert au Spendid (samedi 1er octobre 2011)
Anna Calvi en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Anna Calvi en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Jeudi
La chronique de l'album The Agent Intellect de Protomartyr
Protomartyr en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album Ré-éditions de Just For A Day - Souvlaki - Pygmalion de Slowdive
La chronique de l'album eponyme de Slowdive
L'interview de Slowdive - Neil Halstead (vendredi 7 avril 2017)
Portishead en concert au Festival International de Benicàssim #17 (dimanche 17 juillet 2011)
Portishead en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Portishead en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Portishead en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Portishead en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Portishead en concert au Festival Rock en Seine 2014
La chronique de l'album Live At Metz '77 de Heldon
La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Tryptique (15 mai 2004)
Liars en concert au Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Liars en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival La Route du Rock
Le Myspace du Festival La Route du Rock
Le Facebook du Festival La Route du Rock

Crédits photos : Jasmina Vulic


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 14 - Glory Box de Portishead (21 aout 2016)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=