Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shellac
Dude Incredible  (Touch and Go / Quarterstick Records)  septembre 2014

Cher Steve Albini,

Lorsque je t'ai vu sur la scène du Confort Moderne à Poitiers ce 26 mai 2014, j'aurais aimé te dire plein de choses. Tout d'abord que le concert était vraiment bien, et j'aurais surtout aimé discuter avec toi à propos de ton petit laïus ce lendemain d'élections : "I heard there was an election yesterday and I saw the number of people who did not vote. I am very disappointed, but… I know sometimes we disappoint you".

Tu sais, depuis, nous avons eu la confirmation de ce mélange amer d'incompétence, et de trahison. Et puis, je n'aime pas qu'un punk me fasse la leçon même s'il a raison, mais tu as le mérite de dire que oui, les Etats-Unis nous déçoivent. J'aurais aimé demander à Bob Weston comment s'étaient passés les enregistrements avec Chavez, lui qui portait un t-shirt du groupe lorsque je vous avais vus au Luxembourg. J'aurais bien demandé à Todd qu'il me donne des cours de batterie, mais je sens que ça n'est pas trop possible. Pourtant, j'adore le voir jouer avec ses baguettes à l'envers.

Ha oui, votre album… Ce que j'aime bien avec vous les gars, c'est que vous ne vous sentez pas obligés de sortir un album tous les deux ans, ni de donner à l'auditeur en fonction d'un étalon quantitatif. Dans ce dernier album, en 34 minutes tout est dit. Shellac se définit par la formule rock trio guitare, basse, batterie, et ce son qui a fait rêver depuis vingt ans bon nombre d'auditeurs de noise-rock. Mais sur ces 5 albums, il serait faux de dire que vous êtes assimilables à la même catégorie que Jesus Lizard, ou The Ex, même si la parenté n'a jamais été niée. Non, ce que je trouve original chez Shellac, c'est cette tentation hypnotique comme dans "Didn't We Deserve A Look At You The Way You Really Are". La ligne de basse la plus simple de l'univers n'en finit pas de laisser place au break. Car ce avec quoi Shellac a sûrement renoué le plus intelligemment, c'est le brio rythmique. J'avoue que dans le domaine, je ne me suis jamais remis de "Crow", ou de "Wingwalker" (même si tu abuses un peu sur le break en concert, car ton speech n'en finit pas, et j'ai peur que Bob ne se vautre en faisant l'avion).

Sur Dude Incredible, le groupe renoue avec une énergie punk massive et monumentale, avec empressement et sans précipitation. Et puis, surtout cette manière originale de structurer les morceaux qui fait que rien ne ressemble plus à un pont ou à un break, notamment sur le titre qui donne son nom à l'album. "Dude incredible" est un titre honorifique qui mérite bien plus la gloire que King Friday, car il s'agit de camaraderie et de combat. Passé la troisième écoute, je me suis encore fait avoir. Je m'étais dit que vous nous refaisiez le coup de certains "plans" (quel terme horrible pour parler de musique) mais c'est, finalement, beaucoup plus subtil que ça. Sur "You came in me", c'est la musique qui est plus recherchée que le texte, mais contrairement à la légende, vous êtes des Dude très drôles. J'adore "Riding bikes" précisémment parce qu'elle mélange ténacité punk, groove langoureux, et cris en arrière-plan comme l'avait déjà fait "Mouthpiece". L'album culmine, à mon sens, avec "All the surveyors" qui représente la quintessence de ce que Shellac sait faire de plus sauvage et de plus aiguisé.

Bref, tu n'imagines pas, cher Steve, tout ce dont nous aurions pu discuter, surtout venant de quelqu'un qui précise avec bienveillance que l'on n'est pas obligé d'acheter un t-shirt pour venir vous parler. Mais, voilà j'étais tellement timide que tout ce que je t'ai demandé, c'est si tu n'avais pas mal aux oreilles en sortant d'un concert, parce qu'en plus de Shellac, toi et Bob avez contribué à plein de très beaux albums. Et même si cet album avait été moyen je vous aurais pardonné, mais ce n'est même pas le cas. Incroyable !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Shellac en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Shellac en concert au Grand Mix (25 mai 2007)
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2008


Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=