Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shellac
Dude Incredible  (Touch and Go / Quarterstick Records)  septembre 2014

Cher Steve Albini,

Lorsque je t'ai vu sur la scène du Confort Moderne à Poitiers ce 26 mai 2014, j'aurais aimé te dire plein de choses. Tout d'abord que le concert était vraiment bien, et j'aurais surtout aimé discuter avec toi à propos de ton petit laïus ce lendemain d'élections : "I heard there was an election yesterday and I saw the number of people who did not vote. I am very disappointed, but… I know sometimes we disappoint you".

Tu sais, depuis, nous avons eu la confirmation de ce mélange amer d'incompétence, et de trahison. Et puis, je n'aime pas qu'un punk me fasse la leçon même s'il a raison, mais tu as le mérite de dire que oui, les Etats-Unis nous déçoivent. J'aurais aimé demander à Bob Weston comment s'étaient passés les enregistrements avec Chavez, lui qui portait un t-shirt du groupe lorsque je vous avais vus au Luxembourg. J'aurais bien demandé à Todd qu'il me donne des cours de batterie, mais je sens que ça n'est pas trop possible. Pourtant, j'adore le voir jouer avec ses baguettes à l'envers.

Ha oui, votre album… Ce que j'aime bien avec vous les gars, c'est que vous ne vous sentez pas obligés de sortir un album tous les deux ans, ni de donner à l'auditeur en fonction d'un étalon quantitatif. Dans ce dernier album, en 34 minutes tout est dit. Shellac se définit par la formule rock trio guitare, basse, batterie, et ce son qui a fait rêver depuis vingt ans bon nombre d'auditeurs de noise-rock. Mais sur ces 5 albums, il serait faux de dire que vous êtes assimilables à la même catégorie que Jesus Lizard, ou The Ex, même si la parenté n'a jamais été niée. Non, ce que je trouve original chez Shellac, c'est cette tentation hypnotique comme dans "Didn't We Deserve A Look At You The Way You Really Are". La ligne de basse la plus simple de l'univers n'en finit pas de laisser place au break. Car ce avec quoi Shellac a sûrement renoué le plus intelligemment, c'est le brio rythmique. J'avoue que dans le domaine, je ne me suis jamais remis de "Crow", ou de "Wingwalker" (même si tu abuses un peu sur le break en concert, car ton speech n'en finit pas, et j'ai peur que Bob ne se vautre en faisant l'avion).

Sur Dude Incredible, le groupe renoue avec une énergie punk massive et monumentale, avec empressement et sans précipitation. Et puis, surtout cette manière originale de structurer les morceaux qui fait que rien ne ressemble plus à un pont ou à un break, notamment sur le titre qui donne son nom à l'album. "Dude incredible" est un titre honorifique qui mérite bien plus la gloire que King Friday, car il s'agit de camaraderie et de combat. Passé la troisième écoute, je me suis encore fait avoir. Je m'étais dit que vous nous refaisiez le coup de certains "plans" (quel terme horrible pour parler de musique) mais c'est, finalement, beaucoup plus subtil que ça. Sur "You came in me", c'est la musique qui est plus recherchée que le texte, mais contrairement à la légende, vous êtes des Dude très drôles. J'adore "Riding bikes" précisémment parce qu'elle mélange ténacité punk, groove langoureux, et cris en arrière-plan comme l'avait déjà fait "Mouthpiece". L'album culmine, à mon sens, avec "All the surveyors" qui représente la quintessence de ce que Shellac sait faire de plus sauvage et de plus aiguisé.

Bref, tu n'imagines pas, cher Steve, tout ce dont nous aurions pu discuter, surtout venant de quelqu'un qui précise avec bienveillance que l'on n'est pas obligé d'acheter un t-shirt pour venir vous parler. Mais, voilà j'étais tellement timide que tout ce que je t'ai demandé, c'est si tu n'avais pas mal aux oreilles en sortant d'un concert, parce qu'en plus de Shellac, toi et Bob avez contribué à plein de très beaux albums. Et même si cet album avait été moyen je vous aurais pardonné, mais ce n'est même pas le cas. Incroyable !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Shellac en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Shellac en concert au Grand Mix (25 mai 2007)
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2008


Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 juillet 2018 : Rythme Estival

Nous serons là tout l'été, avec des éditions plus légères, à consommer sans modération. Voici le programme de la semaine :

Du côté de la musique :

"All wet EP" de Bosco Rogers
"Tell me how your really feel" de Courtney Barnett
"Fons Luminis : Codex Las Huelgas" de Ensemble Gilles Binchois / Dominique Vellard
"Elle fend l'eau" de Jane is Beautiful
"Away EP" de Melissa Bon
"L'esprova" de Sourdure
"V pour Vaise" de Vassilis Varvaresos
Dimanche au Eurockéennes de Belfort avec Alice in Chains, The Liminanas, Eddy de Pretto...
"Cover me session" de Hugo
et toujours :
Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails... toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle

Au théâtre :

les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

et la dernière ligne droite pour :
"Kupka - Pionnier de l'abstraction" au Grand Palais
"Chris Marker - Les 7 vies d'un cinéaste" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"The Charmer" de Milad Alami
"Bajirao Mastani" de Sanjay Leela Bhansali
"Tulip Fever" de Justin Chadwick en VOD
"Break" de Marc Fouchard en VOD
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Carbone #1 hiver 2018, revue trimestrielle" aux éditions Fauns
"Chroniques de San Francisco : tome 3" de Armistead Maupin
"La soie et le fusil" de Gioacchimo Criaco
"Les valises" de Juan Carlos Mendez Guedez
et toujours :
"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=