Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dispersion
Théâtre de l'Oeuvre  (Paris)  septembre 2014

Comédie dramatique de Harold Pinter, mise en scène de Gérard Desarthe, avec Carole Bouquet et Gérard Desarthe.

"Ashes to Ashes" ("Dispersion"), pièce en un acte d'Harold Pinter, est une de dernières œuvres du dramaturge britannique disparu en 2008.

Montée par l'auteur lui-même en 1996 à Londres et en 1998 à Paris, où elle fut créée par Christine Boisson et Lambert Wilson, elle reste par bien des côtés mystérieuses.

Privilégiant la parole à l'action, elle se refuse à toute dramaturgie, à tout crescendo dramatique. Ellitique, minimaliste, elle rassemble théoriquement le trio théâtral habituel composé du mari, de sa femme et de son amant.

Sauf qu'ici, l'amant est si absent qu'on ne peut affirmer avec certitude qu'il existe ou a existé. Comme le reste, n'est-il pas une image falsifiée ou fantasmée surgit de la mémoire peu fiable désormais de Rebecca qui répond avec douleur aux questions de son mari Devlin ?

Dans sa mise en scène épurée, Gérard Desarthe laisse sa partenaire, Carole Bouquet, en permanence assise dans un large divan blanc. Assise ou recroquevillée, les jambes repliées jusqu'au creux de sa tête, elle esquisse avec douleur, des réponses aux interrogations de son mari.

Elle cherche la réponse juste avec non pas la peur de mentir mais avec l'angoisse de ne pas souvenir de la situation dont elle doit se justifier. Pourquoi le couple en est-il arrivé à cette relation tendue, à ce fonctionnement qui finit par ressembler à un interrogatoire ?

Et pourquoi, pour Rebecca, ce questionnement - apparemment "bienveillant" - l'entraîne-t-il à penser à des choses terribles, à s'imaginer victime des horreurs génocidaires du 20ème siècle ?

Disséquant le texte de Pinter en petites séquences où le décor est dans l'obscurité puis revient en lumière dans des couleurs différentes, Gérard Desarthe crée une vraie tension.

Le texte si court paraît alors s'allonger, s'éterniser sur un mot ou une tournure de phrase, prenant dès lors un sens que la banalité de l'expression ne semblait pas laisser deviner. Se voulant rassurant, Gérard Desarthe inquiète. Se voulant sans secret, Carole Bouquet se blesse à dire une vérité pas plus claire que le mensonge.

On ressort de cette heure passée au cœur d'un Pinter presque inconnu plus incertain que convaincu. Ce sentiment de n'avoir pas tout maîtrisé, si proche de ce qu'est la vie où tout ne reçoit pas d'explication, est la leçon ultime d'un grand créateur dont Gérard Desarthe et Carole Bouquet servent avec conviction la musique crépusculaire.

Mention au jeu coloré subtil des lumières de Rémi Claude, seul moment apaisant dans ce parcours d'un couple vers la noirceur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Feur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=