Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Date With Elvis
Interview  (Festival Marsatac, Marseille)  vendredi 19 septembre 2014

Marsatac ouvre ses portes sous le soleil, la Friche la belle de Mai est baignée de lumière, tout semble prêt pour ces trois jours de musique. Le lieu vibre déjà, fier, sauvage, dressé au coeur de Marseille.

Le groupe qui ouvre le bal, c’est Date With Elvis. Duo rock d’origine marseillaise, ils évoluent sous le label de la Dame Noire, surprenante alliance quand on sait que le label est plutôt axé autour de l’électro. Mais fait avec "des gens d’ici".

Le jour décline doucement sur la cité phocéenne, sur le roof de la friche, les deux rockeurs nous cueillent au creux de leur son. Batterie - guitare, formation simple mais pas insuffisante, ils distillent un rock aux sonorités très US, un desert-rock énergique, on s’attendrait presque à voir un harmonica débarquer au milieu ! Un set énergique efficace mais pas énervé, le duo est tranquille et évolue avec assurance.

Si Date With Elvis est une belle découverte, les membres du groupe ne sont pas des jouvenceaux mais bien deux hommes, deux musiciens qui sont bien revenus de leur rêve de gloire et proposent un son décomplexé. Rencontrés avant leur live nous leur avons posé quelques questions, histoire de faire connaissance…

Je vous découvre ce soir à Marsatac, Date With Elvis, c’est quoi votre rapport au King ?

Quand on a cherché un nom pour le groupe, c’était super compliqué, tous les noms qu’on trouvait étaient déjà pris, ça n’allait pas. Alors on a cherché des références rock, des choses un peu décalées, chez les Cramps, Elvis, dans les chansons… Et puis c’est arrivé comme ça.

Vous êtes marseillais, du cru si on peut dire, et vous évoluez sur le label de la Dame Noire, surprenant, c’est plutôt un label électro ?

Au début du groupe, on a cherché un label. On a commencé à faire quelques dates et ce sont eux qui se sont rapprochés de nous et on a accepté. C’est génial pour nous, parce qu’on évolue à côté de leurs artistes, dans des soirées électro, ça nous fait bouger partout. C’est vrai que du coup, on est sur des soirées où les gens ne s’attendent pas du tout à ça ! Ils sont surpris, mais très vite ça le fait. On aime bien balancer du son, fort, presque autant que des DJ. On est que deux, c’est donc plus facile de jouer fort avec deux instruments. Du coup, on envoie et ça passe !

Sur la planète Marseille, le rock n’est pas la mouvance la plus connue, vous êtes un peu des Marsiens à Marseille ?

Oui c’est vrai, la scène est plus électro, hip-hop… Il y a beaucoup de fan de rock, mais peu de formations. Il y a quand même eu des groupes mythiques comme les Datomica. Il y a de tous les styles ici, mais pas d’étiquette, en tout cas Marseille n’est pas une ville "rock".

C’est pour ça que c’est drôle de vous trouver là, sur un label électro, à la croisée de multiples influences. Vous jouez avant Black Strobe, ils sont eux aussi à l’origine d’un métissage entre l’électro, le rock, un look rockabilly. Vous aussi proposez autre chose ?

L’idée c’est ça, un son spontané, sans machines. On ne s’est pas trop posé plus de questions, on a fait les chansons. On vient du rock 60’s, le blues… Muddy Waters, Jamie Lee Hooker. Puis les Cramps aussi James Spencer.

Jouer à Marsatac pour vous, enfants du pays, c’est une reconnaissance ?

Oui on le sent un peu comme ça. Ça fait plaisir ! C’est un beau festival, on se sent bien ici. On nous a dit : venez jouer, ça fait vraiment plaisir.

Votre EP sonne très rock US, vous le portez comment, vous le regardez évoluer comment ?

Un point important, c’est l’anglais de Johann, avec ses défauts mais des défauts anglais ! (rires) C’est important, il sort du lot des chanteurs français qui chantent en anglais, parce que je trouve qu’il y a toujours un truc qui ne va pas, mais sa voix à elle seule porte le projet.

Un rock sans concession, c’est lié à l’expérience ?

On aimerait bien mais pour l’instant, on ne se concentre que sur la musique. un truc qui cogne !

On lit pas mal de choses dans la presse, notamment que le rock serait mort, vous en pensez quoi ?

Rien. Tous les ans, il y a un courant musical qui meurt si on les écoute. Mais ce n’est pas vrai, quand j’entends ça : ça me fait marrer ! Il y a juste des groupes qui font d’autres propositions, ça marche ou pas.

Une tournée de prévu ?

On essaie d’en mettre une en place, on compte sur ces évènements comme Marsatac pour être remarqué ou faire la différence. On attend plus que ça : enchainer des dates. Mais même quand on est en studio, on est en live !

Message personnel aux tourneurs : si vous nous lisez, il faut voir Date With Elvis !

(rires) Exactement !

Vous étiez qui avant de former ce duo ?

Yohan : J’ai toujours fait de la musique, j’ai fait du trip-hop. J’ai toujours voulu avoir un groupe de rock ! Mais je partais dans d’autres directions, au final je restais toujours tout seul à jouer de la guitare. Il fallait que je fasse quelque chose avec ça.

L’autre : Moi j’avais un groupe qui s’appelait "Big In Japan" qui a pas mal tourné, du rock. En référence au groupe punk mort-né et Tom Waits…

Est-ce qu’on est plus à l’aise quand on a un projet comme le vôtre lorsqu’on n'a plus 18 ans ? On se pose moins de questions ? On évolue plus sereinement ?

Non, pas du tout. On se pose encore des centaines de questions. On a la trouille. Mais c’est ça aussi le rock : l’excitation !

Sur scène dans 5 minutes, vous allez face au public dans quel esprit ?

On va foutre le feu ! Donner une belle énergie rock ! Si les gens captent ça et nos textes, alors c’est gagné pour nous.

On fait quoi à Marseille ?

On fait de la musique ! On fait des enfants qui font de la musique…. Mon fils a son groupe de rap : The Motionless Crew et ça le prouve ! A Marseille, on fait de la musique.

On écoute quoi avec vous ?

De tout… Lo seal cette nuit, le truc où il y a deux sons… Action Bonson ! Super hip-hop new-zélandais. C’est vraiment un cuisinier du son. Sinon de l’opéra, de la musique africaine… Sinon du vieux rock. Mais fan de Eagles Of Death Metal, Them Crocked Vultures…

Deux mots sur Elvis ?

Bah en fait, je ne suis pas fan du tout… Mais c’est indémodable.

Un conseil sur votre ville, on mange où ? On boit quoi ?

J’ai découvert un super restau, le gars mélange plein de choses et c’est carrément sympa et abordable : Le Bidule, rue de la Palue. Moi je bois du jus d’orange… Et Johann, du whisky !

Le duo nous remercie et file à ses instruments, tranquillement. C’est la première belle rencontre de ce Marsatac 2014. Leur EP est vraiment plaisant ! À noter un remix de leur titre "Let’s go"  par Nasser, dynamique. Il faudra garder un oeil sur ces deux gars en perfecto et jeans noirs, parce qu’ils promettent une suite intéressante.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Date with Elvis
Le Myspace de Date with Elvis
Le Facebook de Date with Elvis

Crédits photos : MaMoo


Marika D.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=