Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce King Kong Théorie
La Pépinière Théâtre  (Paris)  octobre 2014

Spectacle conçu par Valérie de Dietrich et Vanessa Larré d'après le texte éponyme de Virgine Despentes, mise en scène de Vanessa Larré, avec Anne Azoulay, Valérie de Dietrich et Barbara Schulz.

Valérie de Dietrich et Vanessa Larré réalisent un bel exercice de synthèse avec cette transposition scénique émérite, bien que privilégiant sa tonalité d'imprécation féministe, de "King Kong Théorie" de Virginie Despentes qui a essuyé de nombreuses critiques, dont celles des féministes, alimentées par la malencontreuse présentation publicitaire de l'éditeur l'érigeant en "manifeste pour un nouveau féminisme".

Avec cet opus paru en 2006, la romancière qualifiée de "papesse du néo-féminisme français" quoi que jamais engagée sur le terrain, dont l'oeuvre s'inscrivait dans le champ de la littérature trash-porno-punk des années 1990, opérait une double novation liée à la "découverte" de son homosexualité et à sa rencontre avec une des figures de la théorie du genre.

En effet, au registre de la fiction sous obédience au féminisme de la deuxième vague prônant l’égalité des sexes est substitué celui de l'autofiction théorique sous influence du féminisme queer fondé sur la critique déconstructive de la sexuation identitaire et sociale.

Placé sous l'égide de la figure du célèbre gorille King Kong érigée en métaphore d’une "sexualité d’avant la distinction des genres telle qu’imposée politiquement autour de la fin du 19ème siècle" c'est-à-dire "hybride, avant l'obligation du binaire", le texte se présente essentiellement comme une narration autobiographique déclinée à la première personne du singulier.

Par ailleurs, il procède par raisonnement analogique spécieux pour ériger en principe des convictions personnelles ("Nous ne sommes pas toutes les mêmes, mais je ne suis pas la seule dans mon cas"), ce qui est de surcroît ambigu dès lors que la théorie queer relativise l’idée d’un vécu commun aux femmes.

Ses convictions tiennent, entre autres, au rôle "fondateur" du viol de plus risque inhérent à la liberté des femmes, à la prostitution volontaire qui ne serait qu'une déclinaison de la condition féminine soumise au principe de prostitution, de la prostitution institutionnalisée qu'est le mariage à la prostitution économique que constitue le travail salarié, et l'apologie de la pornographie comme territoire du fantasme masculin à investir.

Cela étant, à chacun d'apprécier sur le fond. S'agissant du spectacle qui évoque également la féminité, la condition féminine dans une société patriarcale et le diktat de l'idéal féminin, dans un décor sommaire qui évoque un vestiaire d'ouvrières, le "je" se décline en trois voix qui pourraient être celles de femmes de trois générations différentes ayant connu des expériences et des situations similaires dont les récits s'imbriquent et s'emboîtent.

Son point fort tient à la fluidité de la mise en scène de Vanessa Larré et à sa composante performative parfaitement maîtrisée par les trois comédiennes Anne Azoulay, Valérie de Dietrich et Barbara Schulz, toutes trois époustouflantes.

Et la prose despentienne au verbe cru et à la parole virulente qui se veut celui d'une nouvelle amazone qui, paradoxalement, finirait par inciter la gent masculine à se révolter contre les sujétions patriarcales, passe la rampe parce qu'elle est portée par des comédiennes classieuses.

Même en mini-short, collant résille troué et doc martens, Barbara Schultz ne ressemble pas à une punkette "défoncée" errant dans le glauque et le sordide attaché au sous-prolétariat urbain, tout comme Anne Azoulay en pantalon collant rouge et petites bottines lacées même harnachée d'un gode-ceinture évoque davantage le porno-chic newtonien que la hardeuse militante.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=