Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce King Kong Théorie
La Pépinière Théâtre  (Paris)  octobre 2014

Spectacle conçu par Valérie de Dietrich et Vanessa Larré d'après le texte éponyme de Virgine Despentes, mise en scène de Vanessa Larré, avec Anne Azoulay, Valérie de Dietrich et Barbara Schulz.

Valérie de Dietrich et Vanessa Larré réalisent un bel exercice de synthèse avec cette transposition scénique émérite, bien que privilégiant sa tonalité d'imprécation féministe, de "King Kong Théorie" de Virginie Despentes qui a essuyé de nombreuses critiques, dont celles des féministes, alimentées par la malencontreuse présentation publicitaire de l'éditeur l'érigeant en "manifeste pour un nouveau féminisme".

Avec cet opus paru en 2006, la romancière qualifiée de "papesse du néo-féminisme français" quoi que jamais engagée sur le terrain, dont l'oeuvre s'inscrivait dans le champ de la littérature trash-porno-punk des années 1990, opérait une double novation liée à la "découverte" de son homosexualité et à sa rencontre avec une des figures de la théorie du genre.

En effet, au registre de la fiction sous obédience au féminisme de la deuxième vague prônant l’égalité des sexes est substitué celui de l'autofiction théorique sous influence du féminisme queer fondé sur la critique déconstructive de la sexuation identitaire et sociale.

Placé sous l'égide de la figure du célèbre gorille King Kong érigée en métaphore d’une "sexualité d’avant la distinction des genres telle qu’imposée politiquement autour de la fin du 19ème siècle" c'est-à-dire "hybride, avant l'obligation du binaire", le texte se présente essentiellement comme une narration autobiographique déclinée à la première personne du singulier.

Par ailleurs, il procède par raisonnement analogique spécieux pour ériger en principe des convictions personnelles ("Nous ne sommes pas toutes les mêmes, mais je ne suis pas la seule dans mon cas"), ce qui est de surcroît ambigu dès lors que la théorie queer relativise l’idée d’un vécu commun aux femmes.

Ses convictions tiennent, entre autres, au rôle "fondateur" du viol de plus risque inhérent à la liberté des femmes, à la prostitution volontaire qui ne serait qu'une déclinaison de la condition féminine soumise au principe de prostitution, de la prostitution institutionnalisée qu'est le mariage à la prostitution économique que constitue le travail salarié, et l'apologie de la pornographie comme territoire du fantasme masculin à investir.

Cela étant, à chacun d'apprécier sur le fond. S'agissant du spectacle qui évoque également la féminité, la condition féminine dans une société patriarcale et le diktat de l'idéal féminin, dans un décor sommaire qui évoque un vestiaire d'ouvrières, le "je" se décline en trois voix qui pourraient être celles de femmes de trois générations différentes ayant connu des expériences et des situations similaires dont les récits s'imbriquent et s'emboîtent.

Son point fort tient à la fluidité de la mise en scène de Vanessa Larré et à sa composante performative parfaitement maîtrisée par les trois comédiennes Anne Azoulay, Valérie de Dietrich et Barbara Schulz, toutes trois époustouflantes.

Et la prose despentienne au verbe cru et à la parole virulente qui se veut celui d'une nouvelle amazone qui, paradoxalement, finirait par inciter la gent masculine à se révolter contre les sujétions patriarcales, passe la rampe parce qu'elle est portée par des comédiennes classieuses.

Même en mini-short, collant résille troué et doc martens, Barbara Schultz ne ressemble pas à une punkette "défoncée" errant dans le glauque et le sordide attaché au sous-prolétariat urbain, tout comme Anne Azoulay en pantalon collant rouge et petites bottines lacées même harnachée d'un gode-ceinture évoque davantage le porno-chic newtonien que la hardeuse militante.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=