Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ibrahim Maalouf
Théâtre Sébastopol  (Lille)  lundi 13 octobre 2014

Le jazz d’Ibrahim Maalouf est peu conventionnel : libre, il prend ses racines autant dans la musique arabe que le jazz contemporain, dans le rock progressif que dans le hard-rock. La particularité de ce trompettiste virtuose ? Jouer avec une trompette à quarts de tons (quatre pistons, donc), inventée par son père dans les années 60, susceptible de traduire les plus subtils écarts de tons de la musique arabe. Impressionnant savoir-faire, et le résultat est magnifique.

On imagine difficilement ce que la référence au hard-rock vient faire dans cette histoire. Et pourtant, si étrange que cela paraisse, cette référence, que d’aucuns jugeront interpellante, existe. A l’occasion d’un très beau morceau, "Beirut", le musicien nous raconte un épisode de son enfance au Liban, marchant seul dans les routes de Beyrouth, écoutant au casque Led Zeppelin. "Beirut" reprend les détails de cette marche mélancolique. On voit cet homme s’enfoncer dans les rues de la ville, fuyant la sécurité du foyer pour l’inconnu. La musique de Led Zeppelin représentera cet inconnu, à la fin du morceau, dans un long creshendo électrique. Ce morceau ne cache-t-il pas, sous une gaité de surface, le douloureux mystère d’un passé lointain ? Quand Maalouf se croit seul sur scène, ses mouvements en fait se libèrent de l’engourdissement. Le public est là, comme refuge. Accepter son passé en s’ouvrant progressivement au public, tel est le programme du musicien – c’est du moins ce que l’on en perçoit.

L’humour est d’ailleurs pour le trompettiste un bon point d’ancrage : entre deux morceaux, il nous raconte des anecdotes, touchantes, en prenant à partie le public, et derrière ses mots pointe une générosité. Il arrive aussi que cette générosité déborde du cadre du concert. La cohérence du début n’est pas toujours tenue. Ce sont les travers des groupes de jazz : forcer le trait sur des solos instrumentaux, certes joliment improvisés, mais préjudiciables au concert. On se laisse pourtant surprendre à les écouter, ces envolées, mais une lassitude nous vient (les clichés ont la vie dure). Un solo de guitare électrique, démonstratif, est de toute manière toujours trop long. Et la batterie enchaîne pour respecter la même logique. Où est passée la finesse du début, est-on tenté de se demander. Mais peut-on reprocher aux musiciens cette forme de générosité ? Le propos est sympathique, la démarche honnête, et la musique originale. Nous sommes en définitive reconnaissant à Ibrahim Maalouf d’avoir composé une musique si peu ordinaire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Red & Black Light / Kalthoum de Ibrahim Maalouf
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Ibrahim Maalouf en concert à Ibrahim Maalouf - Festival Les Jazzeries d'Hiver
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
L'interview de Ibrahim Maalouf (dimanche 22 janvier 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Ibrahim Maalouf
Le Soundcloud de Ibrahim Maalouf
Le Myspace de Ibrahim Maalouf
Le Facebook de Ibrahim Maalouf

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=