Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ibrahim Maalouf
Théâtre Sébastopol  (Lille)  lundi 13 octobre 2014

Le jazz d’Ibrahim Maalouf est peu conventionnel : libre, il prend ses racines autant dans la musique arabe que le jazz contemporain, dans le rock progressif que dans le hard-rock. La particularité de ce trompettiste virtuose ? Jouer avec une trompette à quarts de tons (quatre pistons, donc), inventée par son père dans les années 60, susceptible de traduire les plus subtils écarts de tons de la musique arabe. Impressionnant savoir-faire, et le résultat est magnifique.

On imagine difficilement ce que la référence au hard-rock vient faire dans cette histoire. Et pourtant, si étrange que cela paraisse, cette référence, que d’aucuns jugeront interpellante, existe. A l’occasion d’un très beau morceau, "Beirut", le musicien nous raconte un épisode de son enfance au Liban, marchant seul dans les routes de Beyrouth, écoutant au casque Led Zeppelin. "Beirut" reprend les détails de cette marche mélancolique. On voit cet homme s’enfoncer dans les rues de la ville, fuyant la sécurité du foyer pour l’inconnu. La musique de Led Zeppelin représentera cet inconnu, à la fin du morceau, dans un long creshendo électrique. Ce morceau ne cache-t-il pas, sous une gaité de surface, le douloureux mystère d’un passé lointain ? Quand Maalouf se croit seul sur scène, ses mouvements en fait se libèrent de l’engourdissement. Le public est là, comme refuge. Accepter son passé en s’ouvrant progressivement au public, tel est le programme du musicien – c’est du moins ce que l’on en perçoit.

L’humour est d’ailleurs pour le trompettiste un bon point d’ancrage : entre deux morceaux, il nous raconte des anecdotes, touchantes, en prenant à partie le public, et derrière ses mots pointe une générosité. Il arrive aussi que cette générosité déborde du cadre du concert. La cohérence du début n’est pas toujours tenue. Ce sont les travers des groupes de jazz : forcer le trait sur des solos instrumentaux, certes joliment improvisés, mais préjudiciables au concert. On se laisse pourtant surprendre à les écouter, ces envolées, mais une lassitude nous vient (les clichés ont la vie dure). Un solo de guitare électrique, démonstratif, est de toute manière toujours trop long. Et la batterie enchaîne pour respecter la même logique. Où est passée la finesse du début, est-on tenté de se demander. Mais peut-on reprocher aux musiciens cette forme de générosité ? Le propos est sympathique, la démarche honnête, et la musique originale. Nous sommes en définitive reconnaissant à Ibrahim Maalouf d’avoir composé une musique si peu ordinaire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Red & Black Light / Kalthoum de Ibrahim Maalouf
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Ibrahim Maalouf en concert à Ibrahim Maalouf - Festival Les Jazzeries d'Hiver
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Ibrahim Maalouf en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
L'interview de Ibrahim Maalouf (dimanche 22 janvier 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Ibrahim Maalouf
Le Soundcloud de Ibrahim Maalouf
Le Myspace de Ibrahim Maalouf
Le Facebook de Ibrahim Maalouf

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=