Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Schuller
Happiness  (Catalogue / Wagram)  février 2005

Ily a une grande propension ces derniers temps à crier au génie si tôt qu'un français s'essaie à de la musique qui sort des sentiers battus estampillés "musique française".

Pourtant bien peu de ces nouveaux génies sont pérennes, aussi vite enterrés qu'encensés. Ainsi combien sont tombés dans l'oubli quelques mois plus tard pour un Air qui reste à la surface ?

Air qui a le mérite d'avoir réussi à exporter cette fameuse French touch ouvrant à bien d'autres groupes les portes du commerce international …Air désormais chevaliers des arts et lettres… comme quoi, on peut rire de tout.

Bref tout cela pour dire que lorsque qu'un disque français un peu hors norme nous tombe entre les mains il fait l'objet de toutes nos méfiances proportionnelles au succès (hyper) médiatique auquel il fût sujet.

Autant dire que ce Happiness, premier album de Sébastien Schuller était suspect à nos yeux.

Mais les yeux ne sont pas tout dans la musique et c'est nos oreilles que cet album a réjouies et plutôt deux fois qu'une.

Les drôles de mélodies de Sébastien Schuller naviguent entre pop acoustique et électro planante et on embarque volontiers sur le navire.

"1978" qui ouvre l'album est un modèle à la fois de simplicité et d'efficacité. La douceur des chœurs éthérés accompagnée d'un piano mélancolique ouvrent parfaitement la voix au morceau phare de l'album "Weeping Willow". Chanté en anglais (comme tous les titres chantés de ce disque au demeurant) d'une voix fragile et maladroite, "Weeping Willow" tue quasiment le reste de l'album tant cette chanson est remarquable de sensibilité et d'émotion. La mélodie faite de petits sons électroniques ressemble à une berceuse des temps modernes et fera sans doute partie (le temps nous donnera raison je pense) de ces chansons intemporelles que l'on écoutera toujours sur nos vieux jours…

"Sleeping Song" auquel incombe la dure tâche de succéder à "Weeping Willow" s'en sort plutôt bien, construit sur un schéma un peu semblable, c'est ici la rythmique qui a le beau rôle (Sébastien est percusionniste de formation).

"Ride along the cliff" cède à la facilité, l'espace de quelques sons un peu datés, dans un mélange de Air (chant) et de Vangelis période Chariots de feu (claviers et "claps").

"Tears coming home" est un des morceaux pop de l'album sur lequel, une fois de plus, Sébastien Schuller triture sa voix et l'emmène sur des chemins sur lesquels elle est bien peu à l'aise ajoutant à la fragilité des compositions au lieu de les desservir. Belle performance.

Comme une évidence, l'univers quasi onirique de Happiness ne pouvait pas passer à coté de celui de Tim Burton, autre poète décalé jouant avec la corde raide qui s'avère souvent aussi être la corde sensible. "Edward's hands" est un hommage appuyé au réalisateur puisque le titre lui-même est une référence (Edward aux mains d'argent) et que l'intro faite d'un crescendo de "tintinabulations" nous plonge dans le monde féérique et inquiétant de Mr Jack…

Laissons les génies dans leur lampe, et profitons comme il se doit de ce Happiness qui ne manquera pas de vous rendre heureux… Comme quoi pas besoin de musique "festive" pour avoir le sourire !

Immanquablement … immanquable !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Evenfall de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Heat Wave de Sebastien Schuller
Sébastien Schuller en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Sébastien Schuller en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Sébastien Schuller en concert à La Cigale (18 juin 2009)
La conférence de presse de Sébastien Schuller (13 août 2005)
L'interview de Sébastien Schuller (avril 2009)

En savoir plus :

Le site de Sébastien Schuller


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=