Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Bal des Vampires
Théâtre Mogador  (Paris)  octobre 2014

Comédie musicale conçue et mise en scène par Roman Polanski, avec David Alexis, Sinan-Bertrand, Moniek Boersma, Daniele Carta-Mantiglia, Rafaëlle Cohen, Stéphane Métro, Guillaume Geoffroy, Solange Milhaud et Pierre Samuel.

Adaptation scénique musicale d'un film d'horreur parodique de Roman Polanski dont il tire son titre, "Le Bal des Vampires", opéra-rock créé à Vienne en 1997, a depuis fait le tour du monde avant de poser pour la première fois ses bagages à Paris, dans une version française calquée sur les superproductions américaines.

Adoubé dès l'origine par Roman Polanski, qui en assure d'ailleurs lui-même la mise en scène, ce spectacle est le fruit de la collaboration de grands noms tels que Jim Steinman, compositeur émérite et rompu à la comédie musicale, Michael Kunze, spécialiste de la chanson dite de "musical" et aujourd'hui Nicolas Nebot, adaptateur incontournable de la scène musicale française - son nom figurait à l'affiche, entre autres de "Mamma Mia !,"Dracula" et "Sister Act".

Il en assure la traduction française, trop lisse hélas pour retranscrire l'atmosphère décalée du film de Polanski et qui ne pallie malheureusement pas aux faiblesses textuelles souvent inhérentes à ce registre.

Cela étant, tous les moyens sont déployés pour ériger une romance transylvanienne entre une jolie fille d'aubergiste et l'assistant candide d'un professeur pisteur de vampires, dont l'idylle est contrariée par un bien étrange comte, en show fantastique qui oscille entre envolées lyriques, rock incisif, humour noir et mièvreries sentimentales.

Une troupe composée de près d'une quarantaine d'artistes, chanteurs, comédiens, danseurs et acrobates, tous vêtus de magnifiques costumes d'époques (twistés par l'esthétique clubbing des années 80 et la tendance gothique chic usuelle dès qu'on parle de vampires) confectionnés par Sue Blane, et accompagnée par un orchestre dirigé par Michael Reed, officie dans la scénographie originale et inventive de William Dudley.

Mais ce sont surtout les décors, spectaculaires, qui attirent l'attention. Auberge à étage, cimetière plus vrai que nature (et qui n'est pas sans rappeler le clip "Thriller" de Mickael Jackson), crypte mystérieuse sortant du sol, lustres de cristal et colonnes ciselées tombant du ciel, château reconstitué en 3D, scènes d'extérieures joliment figurées par des projections lumineuses de Hugh Vanstone sur toiles semi-transparentes laissant voir les comédiens, les décors s’enchaînent sans heurt sous nos yeux ébahis, et aucun détail n'a été omis, dans une exubérance qui reconstitue parfaitement l'atmosphère telle qu'on peut se l'imaginer dans le château d'un vampire raffiné du fin fond des Carpates.

La distribution quant à elle est de qualité d'autant que certaines chansons exigent une solide technique vocale tout comme les chorégraphies pointues de Dennis Callahan ne souffrent pas l'amateurisme.

S'agissant des principaux protagonistes, Stéphane Métro incarne un comte puissant, sombre et charismatique tandis que Rafaëlle Cohen est aussi fraîche que transgressive dans le rôle de la jeune fille. David Alexis, en professeur, se distingue dans un époustouflant exercice de diction drolatique et Daniele Carta Mantiglia campe un jeune premier attachant avec son accent chantant.

Réglé au millimètre par Roman Polanski, ce divertissement dispensé sous forme de tableaux hauts en couleurs qui prennent toute leur ampleur en seconde partie du spectacle consacré au fameux bal des vampires ravira les amateurs du genre.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=