Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hugo Kant
Interview  (Festival Marsatac, Marseille)  vendredi 26 septembre 2014

Artiste discret, il s’inscrit dans la lignée de Wax Tailor ou Chinese Man, musique progressive, narrative tout en accords souples. Pas de grand message d’après son auteur, mais juste une musique subliminale parsemée de multiples instruments. Bluffant de sincérité, nous l’avons rencontré à Marsatac. Interview.

Jouer à Marsatac, c’est un peu jouer à la maison ?

Hugo Kant : Oui ! Je suis du coin ! J’ai vécu à Marseille, Aix, Avignon…

Nous te découvrons ce soir, tu es surprenant, multi-instrumentiste ! De combien d’instruments joues-tu ?

Hugo Kant : Je ne sais pas, je ne compte pas ! Cela veut dire quoi, bien jouer d’un instrument ? Piano, basse, percussion, accordéon, flûte, guitare, clarinette... voilà. J’ai une formation classique à la base, piano guitare et puis beaucoup de jazz. J’ai fait deux ans de jazz à l’IMFP en piano, après mon bac.

On peut dire sans jouer du cliché que tu t’inscrits dans la veine de Soul Wax, Chinese Man, musique progressive électro, métissée… Comme définirais-tu ton style ?

Hugo Kant : Définir ma musique, ce n’est pas évident ! Mais dernièrement j’ai beaucoup aimé les démarches artistiques de Bonobo, ce mélange de musiques acoustiques et de production apportée par le MAO. Mélanger les univers ! Le classique, le jazz, l’électro…

L’electro donnerait un second souffle au classique ? Les machines à la rescousse des instruments ?

Hugo Kant : Le classique, je ne sais pas mais oui, je suis d’accord que les machines permettent de mettre au goût du jour la rigueur, le travail, la précision. Dans le sampling aussi, juste le fait de répéter des patterns de batterie, cela fait partie de cette identité musicale.

C’est drôle parce que tu joues avec des sonorité désuètes, l’orgue, l’accordéon ! Quelque part, cela fait découvrir ces instruments à un public jeune ?

Hugo Kant : Oui, mais j’adore ça, c’est décalé finalement, tu véhicules un truc, un message. L’accordéon est l’instrument bien franchouillard, cela me fait délirer d’en jouer sur scène !

Quelle est pour toi la recette type d’un bon morceau ? Que mettre dedans, ton sel, ton poivre, tes ingrédients ?

Hugo Kant : Il n'y a pas de recette type, il n'y a pas de règle. De tout façon, c’est personnel, que mes goûts. J’écris beaucoup en mineur. J’y mets un peu de tout, un riff accrocheur, un son accrocheur, comme dans les Beatles ou Bob Marley ! Il y a un petit truc qui t’interpelle et qui t’entraîne ailleurs, pour moi c’est ça LE bon élément d’un morceau.

Sur scène vous êtes trois, vos composez ensemble ?

Hugo Kant : Non je compose seul, et après on bosse les morceaux. Moi je suis un mec normal, je suis musicien depuis toujours. Ça fait longtemps que je bosse en multi-pistes. Ado, je reprenais les Beatles, sur mon 4-pistes en analogique ! Puis je suis passé à d’autres machines, je jouais dans des groupes. Mais pas comme ce projet ! C’est mon premier projet solo et je me sens prêt.

Musique narrative, des pistes vers le cinéma ?

Hugo Kant : Non pas pour le moment, mais ça me tenterait bien. Moi ce que je veux faire avant tout, c’est de la musique. Après on verra où cela nous mène, le cinéma pourquoi pas !

Pas fermé sur le reste du monde, les yeux et les oreilles bien ouvertes, Hugo Kant est un petit génie qui s’ignore. Au plaisir de recroiser cet artiste et sa sensibilité, à découvrir assurément !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The point of no return de Hugo Kant
La chronique de l'album Out Of Time de Hugo Kant

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Marsatac
Le Facebook du Festival Marsatac
Le site officiel de Hugo Kant
Le Bandcamp de Hugo Kant
Le Soundcloud de Hugo Kant
Le Facebook de Hugo Kant

Crédits photos : MaMoo


Marika D.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=