Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Indolore
Interview  (Paris)  mardi 23 septembre 2014

Découvert chez Froggy 's Delight en 2004 au sein du groupe Shine, Guillaume Simon nous revient avec un nouveau projet. Plus personnel, Indolore se présente avec la délicatesse d'un premier amour et la sagesse d'un puits sans fond. Insondable, mystérieux et poétique, son premier EP intitulé Positive Girls, charme à l'aide d'une simple guitare et d'une faconde passionnée. L’homme nous a invité chez lui pour une session intimiste et s’est plié à nos questions. Rencontre.

Peux-tu nous conter la genèse de Indolore ?

Guillaume Simon : C’est né au bout d’une transition dans ma vie, une séparation, un nouvel équilibre à atteindre en même temps que la fin de Shine. Des portes se sont ouvertes et d’autres se sont fermées. Indolore est venu de là, avec l’envie de raconter des émotions en chanson.

Il y a une volonté expiatoire derrière Indolore ?

Guillaume Simon : Surtout une volonté de se faire du bien.

Comment s’est passée ta transition de musique pop à folk, sachant que la musique jazz était ton premier amour ?

Guillaume Simon : J’avais un quartet de jazz, j’ai été à fond dedans, vers mes 20 ans, j’adore cette musique mais c’est plus du tout ma façon de m’exprimer maintenant. J’ai voulu vraiment m’exprimer de façon plus simple. Ma musique est devenue très épurée, avec mes limites à la guitare ou à la voix, quelque chose de vraiment plus proche de moi.

Donc, le jazz, ton premier amour, n’est plus assez proche de toi ?

Guillaume Simon : Je me cherche encore, mais j’ai l’impression qu’Indolore – au moment auquel j’ai enregistré – est ce qui est le plus en phase avec moi. Peut-être parce que je peux le jouer tout seul, je n’ai pas besoin des autres.

Tu as parlé de tes limites, tu as joué longtemps dans un groupe (NDLR : Shine), est-ce que tu as aussi plus de liberté maintenant, ne serait-ce qu’au niveau artistique ?

Guillaume Simon : Plus de liberté, mais aussi plus de responsabilité ! Sur scène, on est seul, c’est un gros changement pour moi.

Tu as commencé à écrire avec Shine, est-ce qu’écrire pour soi seul est plus dur ?

Guillaume Simon : C’est moins facile, avant je pouvais écrire avec une fréquence plus importante. Pourtant avec Indolore, sur cet EP ce sont sûrement mes meilleures chansons sur quatre ans, celles que j’ai encore l’envie de jouer. C’est pareil pour l’orchestration, j’ai voulu garder les choses simples.

Justement, Positive Girl est un EP à l’instrumentalisation simple, pourtant on devine sur certains titres, comme "The Way She Let Her Hair Down" sur lequel il y a un passage sombre et qui n’est pas du tout joué à la guitare.

Guillaume Simon : Si je suis parti de la base guitare / voix, j’ai eu tendance à construire dessus. Ensuite il y a plusieurs passages, des variations sur lequel je me suis permis de complexifier un minimum. Mais chacun des titres possèdent une part d’ombre et de lumière, j’aime bien les nuances et peut-être sont-elles issues de mes limites en guitare et voix.

Sur cet EP tu as aussi un titre qui arrive en clôture, comme une petite surprise, "Je rêve d’é".

Guillaume Simon : A chaque fois que j’ai fait un disque, même avec Shine, on a toujours eu un ou deux titres en français. C’est né d’une envie de me défier dans mon identité francophile. A la base, ce titre je l’ai imaginé dans un yaourt portugais et au final les paroles me sont venues en français très rapidement. Et même si les paroles sont très naïves, ce sont sans doute mes préférées.

Est-ce que ce ne serait pas le français qui induit cette naïveté ?

Guillaume Simon : Je ne sais pas, avec cette langue on peut vraiment se permettre de changer le sens de la phrase entre le début et la fin de celle-ci. C’est quelque chose que je ne peux pas faire en anglais.

Surtout que sur ce titre, tu joues énormément à chaque syllabe.

Guillaume Simon : Oui c’est quelque chose que tu peux te permettre seulement avec ta langue maternelle, même si je parle bien anglais. L’anglais est une langue plus explicite.

Tu as des formats assez courts sur l’EP, à l’exception de "Brighton Pier", titre sur lequel tu as une faconde assez imposante, c’est parce que tu t’y es amusé comme un petit fou ? (NDLR : Brighton Pier est un parc d’attraction portuaire en Grande Bretagne)

Guillaume Simon : J’y suis allé deux fois ! J’adore ce type de jetée que l’on trouve en Angleterre et en Californie parfois. Sauf qu’en Angleterre il n’y fait pas toujours beau, il y fait froid, c’est sombre et assez vieux. C’est une atmosphère assez particulière. Les anglais y sont très attachés, c’est très romantique. C’est aussi ça mon inspiration, une avancée, une jetée, aller au bout et sentir l’espace. C’est quelque chose que je n’aurai pas pu restituer en guitare / voix. C’est pour ça qu’on a d’abord la guitare puis basse batterie et orgues !

Les gens ont parfois tendances à voir la musique folk, comme un peu "veillotte", même si pour moi un bon titre en 1995 le sera toujours en 2014, est-ce que le fait que ta musique soit quand même un minimum sophistiquée, t'a permis d’offrir à ton EP une forme plus intemporelle ?

Guillaume Simon : Je suis plus dans l’esthétique folk qu’un chanteur folk qui raconte des histoires. J’ai été très inspiré par Nick Drake, et sa sophistication poétique très torturée. Mon disque est plus inspiré par le folk britannique que par celui américain, je n’ai pas la mentalité pour.

Retrouvez Indolore
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Indolore
Le Bandcamp de Indolore
Le Soundcloud de Indolore
Le Facebook de Indolore

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Indolore (23 septembre 2014)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=