Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les particules élémentaires
Ateliers Berthier  (Paris)  octobre 2014

Comédie dramatique d'après le roman éponyme de Michel Houellebecq, mise en scène de Julien Gosselin, avec Guillaume Bachelé, Marine De Missolz, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Antoine Ferron, Noémie Gantier, Alexandre Lecroc, Caroline Mounier, Victoria Quesnel et Tiphaine Raffier.

Comme jadis Gainsbourg, Michel Houellebecq, avec son look ethilico-clochard, est devenu le "rebelle" officiel, celui dont la parole sentencieuse, pour continuer dans l'oxymore, est attendue dans son évidence poétique comme parole d'évangile moderne.

Dans son adaptation théâtrale du roman le plus célèbre de Houellebecq, "Les particules élémentaires", Julien Gosselin participe sans doute en toute conscience à l'édification en mythe éphémère d'un écrivain que son premier éditeur, le grand Maurice Nadeau, regretta d'avoir édité.

Car le travail soigné de Julien Gosselin, n'en déplaise aux laudateurs du Goncourt 2010, montrera à ceux qui voudront bien le voir que Houellebecq n'est, à l'instar d'Arnaud Desplechin pour le cinéma - à qui Gosselin opportunément fait référence en créant un personnage s'appelant le docteur Philippe Desplechin - , qu'un petit maître maniéré de la post-modernité.

A l'heure où tant de metteurs en scène mettent en pièces des classiques pour en faire des relectures au énième degré, on s'étonnerait presque que Julien Gosselin ait autant de respect pour un texte aussi dense et répétitif.

Alors qu'on élague facilement Molière ou Shakespeare, Gosselin respecte à la lettre Houellebecq. Littérature de constat, alignant les biographies plus que les intrigues, "Les particules élémentaires" implique une adaptation où chaque personnage se raconte plus qu'il n'interagit avec les autres.

Cela donne une première partie où, souvent micro en main, chacun se décrit. Vies précaires, sexualités misérables entre minitel rose et partouzes, vacances mécaniques dans des clubs paraboles du libéralisme triomphant, Gosselin reconstitue habilement les saynètes houellebecquiennes sur fond de rock'n'roll "cold wave".

Comme souvent aujourd'hui, l'arrière scène est un écran sur lequel s'écrivent en grosses lettres les chapitres du livre et s'enchaînent les "pensées" de l'écrivain. Ses thuriféraires aimeront ses évidences à la "Godard", ses lapalissades sur l'ère moderne et les trouveront aussi profondes que les discours de ses personnages bourrés de "pipes" et de "chattes". Les autres constateront que la phrase houellebecquienne n'est pas très légère et que son propos tient du café du commerce philosophique.

Reste que Julien Gosselin, qui s'amuse à se déguiser en Houellebecq avec une certaine ressemblance - si l'on fait fi de sa grande taille et de sa bonne santé qui le différencie du petit corps débile de son modèle -, atteint son but et sert parfaitement Houellebecq.

C'est peut-être ce qu'on pourrait lui reprocher dans la second partie du spectacle, où après la description de la vie de Michel Djerzinski et de ses proches, Gosselin, suivant toujours sans recul le roman de Houellebecq, s'attache aux découvertes de son personnage qui va créer une "post-humanité".

Admirateur d'Aldous Huxley et du "Meilleur des mondes", mais ayant l'imagination d'un tâcheron de la SF, Houellebecq n’impressionne pas par sa vision banale et naïve du futur post-humain. Gosselin, qui demeure toujours en deçà des thèmes habituellement, en ne montrant que quelques poitrines féminines dénudées et jamais de sexes masculins, aura ici l'exquise idée gentillette de terminer sur une jeunesse dont l'avenir est en sous-vêtements Petit Bateau blancs.

Encore une fois, "Les particules élémentaires" provoqueront un clivage entre ceux qui trouveront que le message houellebecquien ne vaut ni quatre cents pages ni quatre heures de scène et ceux qui aimeront, au contraire, cette paraphrase convaincante d'une société désespérante, qu'ils voient, à l'image de Houellebecq, complètement désincarnée socialement.

Si cette polémique était le résultat que Julien Gosselin, entouré d'excellents comédiens, voulait atteindre, il l'a parfaitement atteint. S'il voulait convaincre que Houellebecq était autre chose qu'un phénomène médiatique qui sera balayé par des moins éthilyques que lui, il lui faudra adapter les autres gros livres de ce fumeur invétéré.

Question fumée, Gosselin ne lésine d'ailleurs pas et le spectateur devra parfois se boucher le nez et fermer les yeux. En espérant qu'il n'y ait pas là un message subliminal primaire signifiant que pour Gosselin aussi, Houellebecq n'est qu'un enfumeur...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2018 : Un sommaire foisonnant !

Plus de 40 articles cette semaine. Une belle actualité pour vous donner envie de découvrir, de sortir, de lire, voir et d'écouter de la musique ! C'est parti :

Du côté de la musique :

"La nuit est encore jeune" de Catastrophe
Interview du duo She Owl autour de leur EP "Drifters", à découvrir en live dans cette session de 3 titres, Interview en italien à lire ici
"Claude Debussy" de Daniel Barenboim
"Always ascending" de Franz Ferdinand
"The world is in your hands EP" de Levitation Free
"La vie sauvage" de Lisza
"Full House - The very best of Madness" de Madness
"Hérotique" de Novice
"Up and down" de Redstones
"Castle spell" de Sunflowers
"L'estère" de Williams Brutus
"EP #1" de You, Vicious !
"Femme debout" de Zoé Simpson
et toujours :
"Magnus effect" de Cadillac Palace, "Iris Extatis" de Daphné, "Franz Schubert : La truite - Fantaisie en ut majeur" de Guillaume Chilemme & Nathanael Gouin, Joseph Edgar de passage à la Bellevilloise, "Between the earth and sky" de Lankum, "Reminiscenza" de Ludmila Berlinskaya, "Picaflor" de Mon Côté Punk, "Old and new songs" de Old And New Songs, "Face B 1965 / 1981" de Pierre Vassiliu, "Vox low" de Vox Low

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"1 heure 23'14" et 7 centièmes'" au Théâtre du Rond-Point
"L'Abattage rituel de Gorge Mastromas" au Studio Hébertot
"Le Collectionneur" à la Manufacture des Abbesses
"Jaguar" au Théâtre de la Bastille
"Miracle en Alabama" au Théâtre La Bruyère
"Avec le paradis au bout" au Ciné XIII Théâtre
"Compartiment fumeuses" au Studio Hébertot
"Le Monde dans un instant" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Hugo, l'interview" au Théâtre Essaion
"Sang négrier" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Choisir de vivre" au Studio Hébertot
"Jamais plus" au Studio Hébertot
"Lettres à Nour" au Théâtre Antoine
"Dom Sganarelle" au Théâtre Le Ranelagh
"Les Petites Femmes de chambre" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Emmerdante" au Théâtre Essaion
"Ma Cantate à Barbara" au Théâtre des Nouveautés
des reprises à ne pas rater :
"Une Chambre en Inde" au Théâtre du Soleil
"Un coeur Moulinex" au Théâtre de l'Opprimé
"Emma Mort, même pas peur" à Bobino
"Les Tribulations linguistiques d'un Japonais découvrant la France" au Théâtre de Nesle
"Ah le Japon ! Les Tribulations d'un Japonais rentrant dan son pays" au Théâtre de Nesle
et les chroniques des autres spectacles de février

Exposition avec :

"Les Hollandais à Paris - 1789-1914" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Cas de conscience" de Vahid Jalilvand
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Ne préfère pas le sang à l'eau"de Céline Lapertot
"Une ville à coeur ouvert" de Zanna Sloniowska
"Tuff" de Paul Beatty
"Trio pour un monde égaré" de Marie Redonnet
"Morales provisoires" de Raphaël Enthoven
"L'aventuriste" de J. Bradford Hipps
"L'affaire Grégory ou la malédiction de la Vologne" de Gérard Welzer
"Généraux, gangsters et jihadistes" de Jean Pierre Filiu
"Emma dans la nuit" de Wendy Walker
"Des jours d'une stupéfiante clarté" de Aharon Appelfeld
et toujours :
"Entrez dans la danse" de Jean Teulé

"Eparse" de Lisa Balavoine
"Il est toujours minuit quelque part" de Cédric Lalaury
"Monster" de Alan Moore, John Wagner & Alan Grant
"Notes pour une histoire de guerre" de Gipi
"Philippe Henriot" de Christian Delporte
"Pirates ! l'art du détournement culturel" de Sophie Pujas
"Potlach" de Marcos Prior & Danide
"Tous les hommes du roi" de Robert Penn Warren

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=