Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jikaëlle
Evasions  (Vox & Verb)  septembre 2014

Je ne pensais pas dire ça un jour (mais on n’est jamais sûr de rien, n’est-ce pas ?), mais je crois que je suis trop vieille pour ça. Trop vieille pour Jikaëlle. Et pourtant. Jikaëlle est jeune, toute fraîche. Pourvu que la fameuse industrie ne la mange pas toute crue.

Evasions est son premier album. Tout frais, tout beau. Naïf ? Oui, un peu. Mais depuis quand faut-il être un vieux roudoudou pour chanter ? Depuis que les jeunes se sont mis en tête d’être célèbres, pour tout, pour rien, pour être rassurés, pour être adulés… pour être harcelés ? De quoi faire douter la sincérité de tout engagement dorénavant.

Bref, je m’égare (encore !). Nous en étions à Jikaëlle. Imaginons un instant à quoi a pu ressembler sa vie avant la rencontre basculante. Bercée à la chanson française. Elevée aux refrains francophones. Ou la pauvre, ado en pleine vague tectonique. Si elle s’y est essayée, elle n’a pas succombé. La vague folk l’a court-circuité. Et ça va bien mieux à son teint que des rythmes électro saccadés (et ridicules).

Et puis la rencontre. Ce fut un soir. Jikaëlle grattait de la guitare sur une petite scène, toute petite sous le rayon de lumière. Toute timide, habitée par ses chansons. Et déterminée. Qui aborda l’autre le premier ? Je ne sais pas. Peu importe. Toujours est-il que l’homme est séduit par ce petit (ou grand, mais on s’en tape) bout de femme. Sa voix, surtout sa voix. Posée, douce, profonde, hypnotisant. Monsieur Léchot veut la perle.

MyMajorCompany plus tard et le tour est joué : Evasions est là. 14 titres gonflés à la candeur et aux illusions adolescentes. Pas assez de poésie. Du français chanté. Léger. Divertissant.

Au son de sa guitare et de quelques arrangement pianotés par-ci par-là, Jikaëlle chante ses émois. Ses peines de cœur : "tu ne sais pas ce que tu perds" ("Tout a changé maintenant"). Une énième et éternelle métaphore du papillon ("Papillon"), un gros bisou de merci à Bernard Léchot (l’homme) ("Avec des si"), son "île déserte" pas complètement déserte quand même, faut pas abuser, les parisiens qui courent tout le temps ("Pas le temps") et des envies d’ailleurs ("C’est décidé").

Une chose à retenir de tout ça, au cas où vous ne vous retrouvez pas dans les textes, au cas où la musique vous semble trop dépouillée, au cas où vous êtes un vieux con trop blasé (ou une vieille conne trop blasée), Jikaëlle a vraiment un joli bout de brin de voix.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jikaëlle
Le Soundcloud de Jikaëlle
Le Facebook de Jikaëlle


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=