Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tahiti 80
Ballroom  (Human Sounds)  octobre 2014

Parfois dans la vie tout vous sourit, vous êtes musicien, vous faites des disques, vous avez du succès, vous êtes heureux, vous sortez avec une belle réalisatrice, actrice, productrice et scénariste américaine et la vie est belle comme une chanson pop parfaite. Malheureusement, le réveil sonne et ce n’est que votre vie banale et minable que vous devez vivre.

Tahiti 80 n’a pas beaucoup de chance, d’abord ils sont de Rouen au lieu d’être de Versailles comme tout le monde, leurs disques dorment dans leur pays mais on les dit stars au Japon comme Mireille Mathieu ou Alain Delon et ils n’ont jamais vraiment fait de tube (et c’est honteux, "Unpredictible" par exemple, est l’une des chansons les plus belles, efficaces et plein d’autres superlatifs qui vont dans ce sens).

Ballroom est leur sixième album, et je touche du bois d’arbre pour qu’il fasse enfin de Tahiti 80 ce qu’ils méritent d’être, c’est-à-dire des stars interstellaires. Comme leurs précédents opus (oui je parle le critique musical), une des forces du disque est la totale intemporalité des chansons, pardon des tubes qu’il contient. Ils auraient pu être écrits et enregistrés il y a dix ans ou il y a dix minutes, certes certains arrangements semblent se glisser dans la brèche spatio-temporelle créée par Kavinsky, osant même le slow à saxophone qu’on écoute en boucle sur une autoroute la nuit, en roulant trop vite avec les lumières qui défilent à n’en plus finir.

C’est d'ailleurs une autre des forceq de Tahiti 80 et de ce disque, qui réussit à développer l’imaginaire de l’auditeur, ce n’est pas par hasard si leur second album s’appelait Wallpaper For The Soul. Chaque chanson fait marcher votre imagination, devenant la bande originale de vos futurs rêves, de vos vies fantasmées. Vous transformant systématiquement en héros de tout temps et de toutes époques, ce que ne vous pouvez pas être Tahiti 80 vous le fait vivre, ils rendent votre vie légère, fluide et évidente, rien de mal ne peut vous arriver, vous vivez dans un monde quasi parfait, il y fait toujours bon, toujours beau. Les garçons ne portent jamais de pantacourt ou de bermuda, les filles sont toutes en jupe ou en robe, et cette fille qui en vrai ne vous prête jamais la moindre attention, n’a d’yeux que pour vous. Alors comme vous êtes gentil, vous l’emmenez danser dans des discothèques classieuses où tout le monde est beau mais moins que vous et votre costume blanc à rendre jalouse une chanson de Christophe, et vous vous éclatez sur la piste au son de Tahiti 80, le tout sans la moindre goutte de sueur et odeur de transpiration. Puis évidemment, pour finir la soirée, vous lui proposez de faire un tour dans votre décapotable sur le front de mer...

C’est une proposition, à vous de voir quel(s) rêve(s) voulez-vous faire. Tahiti 80 vous transporte en dix chansons (et un peu plus) dans sa salle de bal transformée en imaginarium rien que pour vous.

Vous l’avez compris, Ballroom rendra votre vie belle comme une chanson pop parfaite, bref comme une chanson de Tahiti 80.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tahiti 80 parmi une sélection de singles (janvier 2011 )
La chronique de l'album Fear of an acoustic planet de Tahiti 80
Tahiti 80 en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Tahiti 80 en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
L'interview de Tahiti 80 (jeudi 7 janvier 2016)
L'interview de Foray - Tahiti 80 (vendredi 28 septembre 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Tahiti 80
Le Bandcamp de Tahiti 80
Le Myspace de Tahiti 80
Le Facebook de Tahiti 80


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=