Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tahiti 80
Ballroom  (Human Sounds)  octobre 2014

Parfois dans la vie tout vous sourit, vous êtes musicien, vous faites des disques, vous avez du succès, vous êtes heureux, vous sortez avec une belle réalisatrice, actrice, productrice et scénariste américaine et la vie est belle comme une chanson pop parfaite. Malheureusement, le réveil sonne et ce n’est que votre vie banale et minable que vous devez vivre.

Tahiti 80 n’a pas beaucoup de chance, d’abord ils sont de Rouen au lieu d’être de Versailles comme tout le monde, leurs disques dorment dans leur pays mais on les dit stars au Japon comme Mireille Mathieu ou Alain Delon et ils n’ont jamais vraiment fait de tube (et c’est honteux, "Unpredictible" par exemple, est l’une des chansons les plus belles, efficaces et plein d’autres superlatifs qui vont dans ce sens).

Ballroom est leur sixième album, et je touche du bois d’arbre pour qu’il fasse enfin de Tahiti 80 ce qu’ils méritent d’être, c’est-à-dire des stars interstellaires. Comme leurs précédents opus (oui je parle le critique musical), une des forces du disque est la totale intemporalité des chansons, pardon des tubes qu’il contient. Ils auraient pu être écrits et enregistrés il y a dix ans ou il y a dix minutes, certes certains arrangements semblent se glisser dans la brèche spatio-temporelle créée par Kavinsky, osant même le slow à saxophone qu’on écoute en boucle sur une autoroute la nuit, en roulant trop vite avec les lumières qui défilent à n’en plus finir.

C’est d'ailleurs une autre des forceq de Tahiti 80 et de ce disque, qui réussit à développer l’imaginaire de l’auditeur, ce n’est pas par hasard si leur second album s’appelait Wallpaper For The Soul. Chaque chanson fait marcher votre imagination, devenant la bande originale de vos futurs rêves, de vos vies fantasmées. Vous transformant systématiquement en héros de tout temps et de toutes époques, ce que ne vous pouvez pas être Tahiti 80 vous le fait vivre, ils rendent votre vie légère, fluide et évidente, rien de mal ne peut vous arriver, vous vivez dans un monde quasi parfait, il y fait toujours bon, toujours beau. Les garçons ne portent jamais de pantacourt ou de bermuda, les filles sont toutes en jupe ou en robe, et cette fille qui en vrai ne vous prête jamais la moindre attention, n’a d’yeux que pour vous. Alors comme vous êtes gentil, vous l’emmenez danser dans des discothèques classieuses où tout le monde est beau mais moins que vous et votre costume blanc à rendre jalouse une chanson de Christophe, et vous vous éclatez sur la piste au son de Tahiti 80, le tout sans la moindre goutte de sueur et odeur de transpiration. Puis évidemment, pour finir la soirée, vous lui proposez de faire un tour dans votre décapotable sur le front de mer...

C’est une proposition, à vous de voir quel(s) rêve(s) voulez-vous faire. Tahiti 80 vous transporte en dix chansons (et un peu plus) dans sa salle de bal transformée en imaginarium rien que pour vous.

Vous l’avez compris, Ballroom rendra votre vie belle comme une chanson pop parfaite, bref comme une chanson de Tahiti 80.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tahiti 80 parmi une sélection de singles (janvier 2011 )
Tahiti 80 en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Tahiti 80 en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
L'interview de Tahiti 80 (jeudi 7 janvier 2016)
L'interview de Foray - Tahiti 80 (vendredi 28 septembre 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Tahiti 80
Le Bandcamp de Tahiti 80
Le Myspace de Tahiti 80
Le Facebook de Tahiti 80


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=