Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Douglas Dare - Fink
Grand Mix  (Tourcoing)  dimanche 2 novembre 2014

Un dimanche après-midi en deux parties aux accents britanniques, aux espaces et aux temps pourtant très éloignés.

Douglas Dare est un petit mec moderne. Derrière ses lunettes rondes, sous sa mèche blonde, avec son look de Macaulay Culkin première époque, il chante d'une voix haut perchée de longues phrases qui s'évanouissent dans les échos, en jouant un clavier un peu electro, sur une association qui fera forcément (un peu) penser à un Thom Yorke. Mais ici on prend le temps, on s'applique, on s'installe, restant un peu dans un registre familier, sans trop de prise de risque.

Il est accompagné d'un batteur nommé Fabian Prynn qui fait un amusant contraste avec l'aspect lisse du premier : avec ses airs de Daho des 80's, il est aussi tendu, incertain que l'autre est travaillé comme un produit fini. La percussion n'aura jamais autant ressemblé à un art de funambule, avec tout un stress, une tension grimaçante, des crispations au bord de la chute, qui font tout un spectacle, au service d'une rythmique diversifiée et plutôt subtile. Toute laborieuse qu'elle paraisse, on en sourit et remercie ce Fabian de donner un peu de supplément d'humanité fragile à une musique qui ne manque toutefois pas de personnalité.

Fink (Fin Greenall), lui, est un grand mec moderne. Qui a sa propre modernité. Vêtu de noir, grosses chaussures, barbe et casquette, une flopée de guitares sur le côté de la scène, qui défileront dans ses mains ; un groupe scindé l'accompagne. Les fidèles et formidables Guy Whittaker à la basse et Tim Thornton à la batterie, sont appuyés par deux jeunes gens, plus effacés mais efficaces, à la guitare électrique et au clavier.

Difficile d'imaginer que ce grand gaillard a débuté par de l'électro, ce qui lui vaut d'être, encore aujourd'hui, sur le label Ninja Tunes, il est aujourd'hui un bluesman folkeux réputé, renommé, sold out dans la plupart des salles qu'il traverse. Sûr que Fink a un style bien particulier, des ballades ciselées, une voix douce, une intensité tenue… mais voilà, parfois quand même, Fink fait sacrément du Fink : tout heureux on croit reconnaître un titre et puis "Ah, en fait non", mais c'est à s'y méprendre, il faut bien l'avouer. Ceci dit, le set est ponctué de superbes morceaux en "fresh acoustic style" où lui s'assied, où le batteur s'avance, sur un cube de bois, et les Etats-Unis surgissent pour un blues de derrière les fagots, délicieusement bayouesque, et il a plein de doigts à faire courir sur ses cordes.

Alors oui la recette marche, la sauce prend, la chantilly monte, et le public le lui rend bien, ça le fait sourire ce grand gaillard, qui a l'air tellement sympathique. Et qui enchaîne les jolies chansons romanesques, et les gratouillis complexes d'un autre temps, d'un autre lieu, sur l'une de ses multiples guitares ; toujours avec sa voix douce derrière sa grosse barbe et son sourire. Il alterne essentiellement des titres de ses trois derniers albums : Sort of revolution, Perfect darkness, et le dernier né Hard believer. Le concert avait commencé par le titre "Pilgrim", avec une montée subtile, un feu latent, ne cédant jamais au cliché de la fin en grands éclats, en apothéose, mais restant à la limite, en eau frémissante. Et clairement, ils ont su garder ce frémissement tendu, cette attention, avec la variété de genres, certes limitée, mais authentique, qui fait que si Fink fait du Fink, c'est bien pour cette intégrité-là qu'on l'aime.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sort of Revolution de Fink
Fink en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mardi)
Fink en concert au Festival Radar #5 (vendredi 11 septembre 2009)
L'interview de Fink (juin 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Fink
Le Soundcloud de Fink
Le Facebook de Fink
Le site officiel de Douglas Dare
Le Facebook de Douglas Dare

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fink (17 avril 2009)


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=