Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Ting Tings
Super Critical  (Finca Records)  novembre 2014

Tiens tiens, revoilà les Ting Tings. Depuis le hit planétaire de 2008 "Shut up and let me go" (extrait de l’inaugural We started nothing, numéro un en Angleterre et vendu à près de deux millions d’exemplaires), c’est pourtant précisément ce qu’on leur demandait. Quatre autres petits tubes d’électro-pop eighties et de dance-rock et puis s’en vont… après autant de millions de singles vendus ("Great DJ", "That’s not my name", "Be the one", "We walk").

La faute aux Sounds from Nowheresville, un titre qui résume moins la vacuité de leur inspiration au moment de franchir le cap fatidique du second effort, que leur volonté de faire table rase d’un passé devenu trop lourd à porter. À en juger par la pochette, le duo indie pop mancunien était mort ou presque, zombifié par leur label (Columbia) et son appétit de bis repetita. Une pression à laquelle Jules De Martino et Katie White avaient répondu par un pied de nez, ou plutôt un grand écart entre R’n’B et techno cheap (le morceau "Hands" produit par Calvin Harris), aussi maladroit que douloureux pour nos oreilles. Un échec critique et commercial.

Revenus de nulle part, ces sauvageons adeptes du Do it yourself et de l’autodérision sont allés voir ailleurs en gardant pour seul fil conducteur, le dancefloor. Mais avec le disco-funk éculé de Super Critical, The Ting Tings tend la barre de lap-dance pour se faire battre. Un énième virage musical négocié en six mois depuis Ibiza avec la complicité d’Andy Taylor, guitariste de Duran Duran, qui comporte toutes les caractéristiques du Reflex, stéréotypes, rapidité (neuf titres seulement), sans le côté involontaire. Comment ne pas voir dans ceux que l’on croyait jadis frondeurs, les nouveaux suiveurs opportunistes d’un style dont Daft Punk est légataire universel depuis 2013 ?

Soit une paire de sous "Get Lucky" ("Daughter", "Do it again"), lorsqu’il ne s’agit pas d’une tentative de plagiat ("Wrong Club") pillant au passage la légende du Phoenix (les gimmicks synthétiques de "Communication" et "Failure" empruntés au "Too young" des versaillais). Au cours de cet infortuneux hold-up, le groupe nous rend néanmoins la monnaie de notre pièce avec "Only love", seul billet doux susceptible de raviver la flamme des premiers émois.

Ensoleillé à défaut d’être original, cet album de vacances n’est finalement qu’une façon de prolonger l’été, ce qui n’est pas forcément désagréable. Mais nous ne sommes pas tombés de la dernière pluie.

En concert à la Flèche d’Or le 21 novembre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Ting Tings en concert au Festival La Route du Rock 2008
The Ting Tings en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Ting Tings en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Ting Tings en concert à Paléo Festival #34 (2009)
The Ting Tings en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel de The Ting Tings
Le Soundcloud de The Ting Tings
Le Myspace de The Ting Tings
Le Facebook de The Ting Tings


Christophe Gatschiné         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=