Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les ailes d’émeraude
Alexiane de Lys  (Editions Nouvelles Plumes)  novembre 2014

Un roman de matin de Noël. Voilà la douce sensation que me laisse le roman d’Alexiane de Lys. Un de ces romans flottant au-dessus de la réalité, si loin, et là, tout près, juste derrière la brume des songes. Un roman qui vous prend par la main, et vous emmène dans toutes ses invraisemblances et ses fantasmes inavoués : Les ailes d’émeraude.

Je pourrai facilement détester Alexiane de Lys, elle est jeune (20 ans), jolie, publie ici son tout premier roman (écrit pour distraire sa petite sœur), qui ne fait pas moins de 700 pages (pendant lesquelles on ne s’ennuie pas !), est couronnée prix de l’imaginaire. Rien que ça.

Les vipères et les jaloux trouveront à redire, à force de creuser, facile de trouver des erreurs de jeunesse. Pas moi. J’aurai pu la détester, lui reprocher la mièvrerie des relations et le manque de recul des remarques. Même pas. Elle a du talent, point final. A quoi bon lui reprocher ? On attend la suite, évidemment.

L’histoire ? Pas tellement originale, dans la lignée des dystopies actuelles, de Divergente à Hunger Games, une jolie nénette un peu pommée qui se trouve une mission humanitaire à poursuivre. C’est réducteur, c’est un peu ça, pas tout à fait. Et tellement mieux raconté.

Cassiopée est orpheline et doit quitter l’orphelinat qu’elle connaît depuis toujours pour ses 18 ans. Le terrible rite de passage à l’âge adulte, douloureux et contraint que connaissent tous les habitants de landes éloignées pour aller étudier à la city. Malgré un départ fier et la tête haute, se retrouver plus seule que jamais dans une ville inconnue. Cassiopée fantasme sur tout ce qui passe, donne des petits surnoms à droite à gauche, invente des vies. Presque lugubre oui.

Alors que son quotidien commence à puer fortement la banalité, la voilà poursuivie par un inconnu à qui elle n’a rien demandé (elle lui a trouvé un joli surnom pour ses beaux yeux), puis par un autre. De fil en aiguille, de coup de genou en sédatifs, Cassiopée trouve sa voie : elle est une Myrme, un être ailé doté de supers pouvoirs sensoriels (oui, ses ailes ont poussé entre temps, et elles ont effectivement l’air magnifique).

Heureux les naïfs, ils ne savent pas ce qu’ils font (ou un truc dans le genre). Elle qui ne connaissaît rien à ce peuple, elle se trouve des capacités dépassant l’imagination des Myrmes de naissance. Carrément. Et il y a les fesses des méchants à botter. De surprenants liens familiaux que ne renierait pas un certain Georges Lucas. Une histoire d’amour absolument rose tirée d’un roman à l’eau de fleur, un peu dégoulinante, toujours très très sage et gentlemenement retenue, et terriblement romantique (ma sœur adore déjà).

Parfait pour les matins de Noël, un peu de magie, une héroïne forte tête aux répliques bien envoyées (celles qu’on fait pour les cruches des séries télé), moderne, frais, jeune et spontané.

Et Woody Allen mis à part, le roman est la réalisation du fantasme du beau gosse qui se penche sur notre cas, parce que même mal dans notre peau, nous sommes des femmes exceptionnelles, n’est-ce pas Alexiane ? Euh, Cassiopée ?

Ce n’est pas tout de tenir un sujet, encore faut-il savoir en parler : prouesse qu’Alexiane de Lys réussit en 700 pages et autant de feuilles. Divertissant, léger, en forme d’exutoire pour l’auteure, mais aussi pour le lecteur. Ecrit à la première personne, facile de se chercher des ailes pour sauver le monde après la lecture. Merci pour ce moment (pour de vrai hein !)

 

En savoir plus :
Le Facebook de Alexiane de Lys


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=