Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les ailes d’émeraude
Alexiane de Lys  (Editions Nouvelles Plumes)  novembre 2014

Un roman de matin de Noël. Voilà la douce sensation que me laisse le roman d’Alexiane de Lys. Un de ces romans flottant au-dessus de la réalité, si loin, et là, tout près, juste derrière la brume des songes. Un roman qui vous prend par la main, et vous emmène dans toutes ses invraisemblances et ses fantasmes inavoués : Les ailes d’émeraude.

Je pourrai facilement détester Alexiane de Lys, elle est jeune (20 ans), jolie, publie ici son tout premier roman (écrit pour distraire sa petite sœur), qui ne fait pas moins de 700 pages (pendant lesquelles on ne s’ennuie pas !), est couronnée prix de l’imaginaire. Rien que ça.

Les vipères et les jaloux trouveront à redire, à force de creuser, facile de trouver des erreurs de jeunesse. Pas moi. J’aurai pu la détester, lui reprocher la mièvrerie des relations et le manque de recul des remarques. Même pas. Elle a du talent, point final. A quoi bon lui reprocher ? On attend la suite, évidemment.

L’histoire ? Pas tellement originale, dans la lignée des dystopies actuelles, de Divergente à Hunger Games, une jolie nénette un peu pommée qui se trouve une mission humanitaire à poursuivre. C’est réducteur, c’est un peu ça, pas tout à fait. Et tellement mieux raconté.

Cassiopée est orpheline et doit quitter l’orphelinat qu’elle connaît depuis toujours pour ses 18 ans. Le terrible rite de passage à l’âge adulte, douloureux et contraint que connaissent tous les habitants de landes éloignées pour aller étudier à la city. Malgré un départ fier et la tête haute, se retrouver plus seule que jamais dans une ville inconnue. Cassiopée fantasme sur tout ce qui passe, donne des petits surnoms à droite à gauche, invente des vies. Presque lugubre oui.

Alors que son quotidien commence à puer fortement la banalité, la voilà poursuivie par un inconnu à qui elle n’a rien demandé (elle lui a trouvé un joli surnom pour ses beaux yeux), puis par un autre. De fil en aiguille, de coup de genou en sédatifs, Cassiopée trouve sa voie : elle est une Myrme, un être ailé doté de supers pouvoirs sensoriels (oui, ses ailes ont poussé entre temps, et elles ont effectivement l’air magnifique).

Heureux les naïfs, ils ne savent pas ce qu’ils font (ou un truc dans le genre). Elle qui ne connaissaît rien à ce peuple, elle se trouve des capacités dépassant l’imagination des Myrmes de naissance. Carrément. Et il y a les fesses des méchants à botter. De surprenants liens familiaux que ne renierait pas un certain Georges Lucas. Une histoire d’amour absolument rose tirée d’un roman à l’eau de fleur, un peu dégoulinante, toujours très très sage et gentlemenement retenue, et terriblement romantique (ma sœur adore déjà).

Parfait pour les matins de Noël, un peu de magie, une héroïne forte tête aux répliques bien envoyées (celles qu’on fait pour les cruches des séries télé), moderne, frais, jeune et spontané.

Et Woody Allen mis à part, le roman est la réalisation du fantasme du beau gosse qui se penche sur notre cas, parce que même mal dans notre peau, nous sommes des femmes exceptionnelles, n’est-ce pas Alexiane ? Euh, Cassiopée ?

Ce n’est pas tout de tenir un sujet, encore faut-il savoir en parler : prouesse qu’Alexiane de Lys réussit en 700 pages et autant de feuilles. Divertissant, léger, en forme d’exutoire pour l’auteure, mais aussi pour le lecteur. Ecrit à la première personne, facile de se chercher des ailes pour sauver le monde après la lecture. Merci pour ce moment (pour de vrai hein !)

 

En savoir plus :
Le Facebook de Alexiane de Lys


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=