Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yvonne, princesse de Bourgogne
Théâtre 71  (Malakoff)  novembre 2014

Comédie dramatique de Witold Gombrowicz, mise en scène de Jacques Vincey, avec Hélène Alexandridis, Miglé Berekaité, Clément Bertonneau, Alain Fromager, Thomas Gonzalez, Delphine Meilland, Blaise Pettebon, Nelly Pulicani, Marie Rémond, Brice Trinel et Jacques Verzier.

Optant pour le registre de la tragi-comédie perfusée d'un humour qui navigue du malicieux au noir, Jacques Vincey signe une mise en scène magistrale, intelligente et jubilatoire de "Yvonne, princesse de Bourgogne", fameux et décapant opus en forme de fable cruelle et de drame grotesque écrit dans les années 1930 par l'écrivain et auteur dramatique polonais Witold Gombrowicz.

Avec la collaboration du dramaturge Vanasay Khamphommala, il procède à une pertinente contextualisation contemporaine par transposition dans la société de l'image, du spectacle et du paraître et immersion dans le microcosme d'un "happy few" psychotique placé sous l'égide de l'oisiveté et le culte des apparences.

Dans un immense patio chic, entièrement vitré et entouré d'une luxuriante végétation équatoriale, conçu par Mathieu Lorry-Dupuy, une jeunesse dorée et futile entretient sa forme pendant que la maîtresse de maison, la reine Marguerite, s'exerce à la danse de salon avec le chambellan.

Dans cet atmosphère de luxe et d'élégance polissée, entre gens du même monde éloigné des basses contingences matérielles, sourire rivé aux lèvres, tous arborent un air d'éternel contentement. Que la vie est belle dans cette bonne société de l'image et du paraître placée sous le culte de la beauté et l'égide de l'oisiveté.

Mais le prince héritier, aussi désoeuvré qu'hystérique, déniche dans la jungle du jardin royal un incroyable exemplaire de l'espèce humaine, une simple d'esprit, une "niquedouille" laide et apathique qu'il prend comme exutoire à son quotidien monotone. Et il fait entrer le vers dans le fruit pourri de la comédie humaine.

Car le laideron prénommé Yvonne est à la fois le symbole de l'altérité, celle qui par sa différence déclenche des comportements pulsionnels selon un large spectre, du désir à la panique en passant par la curiosité, le dégoût et la peur et un miroir impitoyable des turpitudes et pis, de la vacuité existentielle.

Opposant le mutisme aux imprécations sociales de la représentation, et bien que se laissant manipuler comme une poupée de chiffon, ne manifestant aucune volonté propre et consentant à tout, elle agit, par sa seule présence, comme l'instrument du chaos et de la dévastation.

Mise en scène au cordeau et direction d'acteur émérite, Jacques Vincey orchestre avec maestria la partition qui commence en mode adagio pour s'achever patetico après un saisissant acmé furioso.

Dans le rôle-titre, Marie Rémond, enlaidie par une méchante tenue baskets et Tshirt à capuche de pauvresse, réussit une belle composition face à un quartet désopilant et Jacques Verzier est épatant en virevoltant chambellan aux manières précieuses.

La monstrueuse famille royale est campée par un trio de choc : Alain Fromager, délirant roi d'opéra-bouffe rattrapé par son passé criminel, Thomas Gonzalez, parfait en rejeton caractériel et pervers et Hélène Alexandridis, époustouflante dans sa métamorphose en poétesse refoulée qui entre en transe orgamisque à la lecture de ses vers de mirliton.

Miglé Berekaité et Delphine Meilland (les demoiselles de compagnie), Blaise Pettebone (le régisseur), Clément Bertonneau (le fiancé de Yvonne) et Nelly Pulicani (la dame de cour) complètent la distribution sans faute d'un spectacle qui constitue une nouvelle superbe réussite à inscrire au crédit de Jacques Vincey qui, capable de surcroît de monter avec autant de discernement que de pertinence Molière ("Amphitryon") et Genet ("Les bonnes"), s'avère l'un des meilleurs metteurs en scène français.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=