Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Shériff
Interview  (Paris)  mardi 14 octobre 2014

Une chance incroyable, pouvoir rencontrer une artiste que l'on suit depuis ses débuts. Discrète, hyper productive, Laetitia Shériff nous parle de son nouvel album Pandemonium, Solace And Stars, de sa rencontre avec Yokanta et de ses moments difficiles. On entre sur la pointe des pieds dans son intimité, murmure, échange, éclat de rire et optimisme. Une belle rencontre !

Peux-tu nous expliquer comment tu as rencontré Yotanka, ta nouvelle maison de disques ?

Laetitia Shériff : En fait, entre mon deuxième album (Games Over) et celui-ci, il y a eu des productions qui ont été menées avec passion, notamment le disque live de la Chapelle Saint Jacques, Vendôme, où Thomas Poli qui a réalisé le dernier album m'a proposé de m'enregistrer juste voix / guitare. Cela a été les prémices de son propre label Impersonal Freedom, on a aussi fait un 4 titres en 2012 (ndlr : EP Where's my I.D ?), que l'on a coproduit tous les deux. Finalement, quand j'étais prête, c'est-à-dire avant que le disque soit mixé, et que j'avais du son, il sentait qu'il y avait quelque chose, il m'a demandé s'il pouvait envoyer une mise à plat à Yotanka. Entre temps, on avait déjà commencé des photos, des projets de pochette, on avait déjà fait des concerts... Le projet était déjà construit, et je pense que Yotanka l'a senti tout de suite. Depuis c'est ultra-limpide avec eux. Il y a eu un truc complètement complémentaire entre Impersonal Freedom et Yotanka.

Tu as mis plus de temps pour écrire cet album ?

Laetitia Shériff : Le temps passe vite, et j'aime bien prendre le temps de découvrir des choses, de les assimiler... et de vivre, tout simplement. Ça pourrait être le temps d'une année sabbatique, et je crois que je n'ai pas vu le temps passer. Mais tout a un sens une fois que les choses sont faites. On est rentré dans une phase d'envie de concret avec Thomas, avec lui en tant que producteur.

Tu as énormément de projets divers, par exemple Trunks, tu travailles pour le théâtre, le ciné-concert... tu es hyper-active. Comment as-tu trouvé de la place pour sortir cet album-là ?

Laetitia Shériff : Justement, entre le deuxième album en 2008 et celui-là en 2014, j'ai quand même pris le temps de profiter de toutes ces rencontres ! Il y a le cliché de l'artiste qui s'arrête pour faire son album, mais ce n'est pas la direction que j'ai prise. J'ai flippé un moment car je me suis dit que je ne voyais pas les années passer, et au final je fais ce que je peux avec ce qui m'est donné.

En ce qui concerne l'album, je voulais quelque chose de simple, j'avais fait des pré-compositions en pensant à Olivier Mellano, mais comme il s'est mis - et c'est une très bonne chose - sur son projet Mellanoisescape, je me suis retrouvée à faire ces arrangements moi-même, aujourd'hui je suis hyper contente d'avoir fait ces grattes.

Cet album, Pandemonium, Solace And Stars, je le vois comme un tryptique, est-ce bien ça ? Pourquoi ce titre ?

Laetitia Shériff : Ce titre, je l'ai trouvé vers la fin. Tous les textes étaient commencés, et je me suis aperçue que ces 4/5 dernières années, je me suis retrouvée à adorer les choses que j'avais adorées naïvement, comme les films de science-fiction, les romans d'anticipation mais aussi l'actualité... Il y a cette idée d'ordonner les choses effectivement, même si la vie est un énorme bordel, et je ne ferais pas de musique si elle ne l'était pas.

Pourrais-tu nous parler du titre d'ouverture, "Fellow" ?

Laetitia Shériff : C'est un morceau très particulier : j'ai un ami qui est décédé en 2012, jeune, trop vite. Sa compagne m'a demandé de venir chanter à son enterrement. C'était à l'époque où j'enregistrais le 4 titres avec Thomas Poli, et je voulais faire une chanson spécialement pour lui. J'étais dans un état d'esprit plutôt combattant, et j'ai eu cette idée de voyage, quelque chose de lumineux qui m'a permis aussi de faire passer ce moment un peu lourd. L'idée que ça puisse passer dans les ondes ensuite me plaisait.

Au milieu de l'album, il y a aussi ce titre "To be strong"...

Laetitia Shériff : Alors, tu vas flipper, mais c'est son pote qui est décédé lui aussi, en 2008. C'est un morceau qui m'a jamais autant parlé que quand j'ai perdu mon propre père fin 2010. Il y a vraiment ce truc bizarre quand tu perds quelqu'un de ne plus pouvoir s'adresser à lui et avec ces titres, il y a aussi ce côté "Tu m'entends ?". Ça fait du bien, surtout pour "To be strong" où j'étais seule en tournée en Italie, j'avais pas pu passer les derniers moments de la vie de mon père avec lui, et je jouais ce titre dans un cinéma désaffecté, le cinéma Vekkio, il y avait des bougies partout, et malgré une coupure de jus, les boucles de voix que j'avais enregistrées dans mon boucleur se sont remises à partir toutes seules alors qu'elles auraient dû s'effacer avec la coupure de courant, et j'ai dit : "il semblerait que les esprits soient avec nous". Le soir même, j'ai senti une présence dans la chambre de ce lieu où je restais. Quand je suis rentrée en France, j'ai appris que mon père était décédé à cette période. J'aime l'idée qu'il soit venu me voir ce soir-là.

Sur le dernier titre, "Far & Wide", pourquoi ce titre, et tu "vas vers où" ?

Laetitia Shériff : Je suis allée voir La Route, avec Viggo Mortensen, un 25 décembre. Le cadre apocalyptique, la survie... J'aurais jamais dû faire ça à cette période ! Tu te raccroches à ce père et son fils, où leur but est de tracer vers le Sud, et c'est ce qui donne l'espoir dans ce film. C'est cette traversée avec une note d'espoir qui m'a inspirée.

Il y a une vraie évolution dans cet album par rapport à tes travaux précédents...

Laetitia Shériff : J'ai vraiment pris du plaisir à faire le premier album, mais c'est vrai que c'est une autre époque, je suis toujours la même, mais il y a des choses que je fais différemment, tout en faisant ça instinctivement. Un album, même s'il prend du temps, c'est un peu une photographie.

Justement, si on regarde la pochette de l'album, il y a cette superposition de visages, ce choix des couleurs... Tu peux nous dire ce qui a orienté le choix de ce visuel ?

Laetitia Shériff : J'avais déjà envie de continuer à travailler avec Yohan Buffeteau, qui avait déjà fait la pochette précédente d'un 4 titres. Il s'agit pas d'une superposition de plusieurs photos mais d'une seule photo où tu enchaînes des mouvements, et je tenais de mon côté à avoir absolument ces couleurs, ce mélange de noir, de bleu et de rose. Le tout donne un aspect un peu vieille affiche italienne, voire Dario Argento. Ce côté avec plusieurs visages peut déstabiliser mais quand Yohan m'a renvoyé les autres photos de cette session, il y avait des trucs encore plus flippants ! Pour moi, le fait que le visage soit décomposé a facilité le fait de voir ma tête sur la pochette, un peu comme le stop motion sur l'un de mes clips, "The Living Dead".

Justement, ce clip est super, comment il s'est décidé ?

Laetitia Shériff : Yotanka a vraiment un état d'esprit frais et une fille, Marie Larrivé, leur avait envoyé un mail où elle avait présenté un teaser de son travail. Quand j'ai vu son travail, j'ai tout de suite adhéré, ça s'est passé très très vite après. Enfin, très vite : je suis restée douze jours quasiment dans la voiture du clip ! (rires) Marie et son équipe y ont passé des mois, ceci dit, c'est un travail énorme. Le résultat final m'a vraiment scotchée.

Merci pour ce temps partagé avec toi.

On retrouve Laetitia Shériff en tournée dans toute la France et notamment à Paris le 17 décembre au Nouveau Casino.

PS : Depuis cette interview, la semaine dernière, Laetitia Shériff s'est fait voler son matériel après un concert à Ris-Orangis, voici la liste complète et un lien pour partager l'information.

Retrouvez Laetitia Shériff
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Codification de Laetitia Sheriff
La chronique de l'album Games Over de Laetitia Shériff
La chronique de l'album Pandemonium, Solace and Stars de Laetitia Shériff
Laetitia Shériff en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Laetitia Shériff en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
Laetitia Shériff en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Laetitia Shériff en concert à La Péniche (dimanche 10 octobre 2010)
Laetitia Shériff en concert au Nouveau Casino (jeudi 17 décembre 2014)
Laetitia Shériff en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3

En savoir plus :
Le site officiel de Laetitia Shériff
Le Bandcamp de Laetitia Shériff
Le Facebook de Laetitia Shériff

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Duchamp         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Sheriff (14 octobre 2014)


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Mysery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=