Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Biffy Clyro - Craftmen Club
La Boule Noire  (Paris)  28 février 2005

J'arrive à 20 heures histoire de voir à quoi ressemble nos petits français de Craftmen Club avant de me jeter dans la cour des grands...

Salle comble, je me fraye un chemin tant bien que mal jusqu'au devant de la scène, à gauche pour être précis, juste la où les enceintes font "boum" et où l'on peu se mettre à l'abris des coups de pied et des postillons d'un rockeur énervé. C'est pas la super place mais finalement c'est pas si mal, je fais mon trou au milieu d'un public plutot jeunot (17-25 de moyenne). Bon l'inconvénient de cette place pour les photos, c'est que si le chanteur ne veut pas se mettre suffisament en avant de la scène je me prend un super projo de face dans sa ligne de mire.

Le chanteur est trés vénère, je ne sais pas ce qu'il a mal digéré ce midi, mais il cri très fort et est bien décidé à casser du matériel sous les yeux stoïques de son batteur et de son bassiste (pour la plus grande joie de son public qui ne bronche pas !). Il a trés clairement l'intention de montrer que c'est lui le chef.

Bon allez, je shoot un peu au petit bonheur espérant que sur la quantité il y en aura bien une ou deux de bien...

Au troisième morceau (pour moi, parce que lui doit bien en être à son sept ou huitième) il décide de grimper sur la batterie de son petit camarade et évidemment il se casse la gueule, mais ça ne l'arrête pas pour autant puisqu'il continue de se venger sur le matériel, les pieds de micro valsent, il se prend un peu les pieds dans les fils, qu'à cela ne tienne il crie de plus en plus fort dans ce qui lui reste de micro (notez bien que c'est une manière comme un autre de se défouler, et puis tant que c'est pas moi qui paye le matos....

et au final ça doit lui coûter moins cher qu'un psy), il me semble qu'il hurle en anglais, mais à confirmer par des personnes plus compétentes, mes talents de "reporter" se limitant aux images (c'est déjà pas si mal vu les conditions).

Bref, dans mon petit coin, j'essaye de rester le plus discret possible, de peur d'attirer son attention et ses foudres sur moi.

Finalement, l'heure tourne et son répertoire s'épuise, alors il décide que c'est fini et balance le pied de micro dans la foule (retenu par le fil, heureusement pour le premier rang!)...


et sort de scène, son bassiste s'énerve un peu sur sa gratte puis à son tour envoie valdinguer son instrument au milieu de la scène et se barre, enfin le batteur finit un petit solo et non content de s'en aller sans avoir rien cassé, ouvre une canette de bière et en asperge généreusement la foule (qui entre nous, n'apprécie que moyennement) et voilà c'est fini pour le premier round...

Euh... la musique, ben soit je deviens un vieux con (ce qui n'est pas à exclure), soit je n'étais pas assez imbibé de substance nocives pour apprécier pleinement le show. Bon, allez, j'ai bien rigolé quand même, même si j'ai un peu flippé pour mon matos.

Les lumières se rallument, les gens attendent.... j'aime pas attendre quand je bosse, je pourrai en profiter pour shooter quelques tronches de post-ados en transe mais les conditions de lumière et la crainte de perdre ma place dans mon petit périmètre durement acquis m'en dissuadent... alors j'attend et c'est long une demi-heure quand tu n'as rien à faire !

Bon allez j'arrête de raler... d'ailleurs les lumières viennent de s'éteindre, la foule hurle et nos amis écossais de Biffy Clyro viennent d'entrer en scène : batteur, bassiste et apothéose : notre chevelu favoris (croisement entre Pollux -en plus brun- et un balai serpillère). Il commence très fort avec un morceau très fort lui aussi... il a un joli tee-shirt noir qui selon les estimations courantes devrait valser rapidement, mais pour l'instant rien de tel.

A son deuxième morceau non content de sillonner la scène, qui semble-t'il est trop petite pour lui, il enjambe le parapet, son pied passe à 5 cm à peine d'un de mes objectif posé négligeament sur le côté, et s'effondre au milieu d'un public "averti" où il entame un numéro de performance accoustique sur sa guitare au milieu de ses fans.... qui l'aideront finalement à remonter sur scène en le poussant tant bien que mal sur le devant.

Notre ami vient de retrouver ses copains musiciens et peu donc peaufiner son répertoire de rockeur écossais.

Ensuite, je ne sais plus trés bien ce qui s'est passé, j'ai shooté un peu au hasard pour ramener quelque chose et justifier ma présence et me suis donc dérobé discrètement vers le fond de la salle pour retrouver l'air frais de ce mois de février.

De toutes façons, ma carte mémoire était pleine et mes tympans aussi... n'empèche que le chanteur aprés six morceaux avait toujours son tee-shirt !

Sur le retour, je me suis mis du Dead Can Dance pour tenter d'entamer une thérapie réparatrice de mes oreilles grace à la douce voix de Lisa Gerrard....

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Vertigo of Bliss de Biffy Clyro
La chronique de l'album Infinity land de Biffy Clyro
La chronique de l'album Only Revolutions de Biffy Clyro
La chronique de l'album Revolutions - Live at Wembley de Biffy Clyro
La chronique de l'album Opposites de Biffy Clyro
Biffy Clyro en concert au Nouveau Casino (17 septembre 2004)
Biffy Clyro en concert à La Boule Noire (28 février 2005) - 2ème
Biffy Clyro en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Biffy Clyro en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Biffy Clyro en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Biffy Clyro en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Biffy Clyro en concert au Bataclan (mercredi 6 mars 2013)
Biffy Clyro en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - dimanche
Biffy Clyro en concert à Download Festival
Biffy Clyro en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
L'interview de Biffy Clyro (février 2005)
L'interview de Biffy Clyro (mars 2008)
La chronique de l'album Thirty Six Minutes de The Craftmen Club
Craftmen Club en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin


Zenoïd         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Biffy Clyro (15 mars 2008)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=