Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hookworms
Interview  (Paris)  mercredi 15 octobre 2014

En quelques années, Hookworms s’est imposé avec une étrange poésie et une identité sonique à cheval entre le noise et le rock psychédélique. Porteur d’une imagerie échevelée, presque hantée, derrière un pseudo proprement horrifiant, les cinq inconnus du groupe dissimulent une âme de romantique. En tournée promotionnelle pour leur second album The Hum, MJ voix et compositeur du groupe, est venu éclairé nos lanternes.

Depuis votre premier album, vous avez été labellisé sous plusieurs appellations, tel que "Psyché" ou "Noise", cela ne te semble-t-il pas un peu réducteur ?

MJ : Je pense que l’on n’est pas réellement un groupe "Psyché" mais ces dernières années, il y a eu une émergence de groupes se réclamant de cette engeance et c’est plus facile pour beaucoup de nous catégoriser dans cette même mouvance. Alors qu’on se considère plutôt Noise Rocks, par contre on ne rejette pas du tout nos influences, certaines furètent clairement du côté de la musique psyché.

A bien des égards, votre son revêt un caractère "aventureux", par exemple, la plupart de vos titres dépassent facilement les 4/5 minutes, à quoi cela est-il dû ?

MJ : On n’y réfléchit pas beaucoup, mais on s’imagine mal produire des titres se répétant sur 3 minutes. Un titre demande plus de temps pour s’exprimer complètement. Mais nous avons eu l’occasion de travailler sur des titres aux formats plus courts, ce qui nous a prouvé que l’on était clairement capable de produire des titres plus pop.

Avec votre facilité à créer un univers avec vos titres, avez-vous déjà imaginé pouvoir produire des bandes originales pour film ou même pour un accompagnement commercial ?

MJ : J’adorais pouvoir faire ça. J’aime créer des espaces, quelque chose qui ne soit pas forcément générique. On en a déjà parlé au sein du groupe, on aimerait essayer d’aller plus loin qu’un sempiternel album de rock.

On a utilisé l’adjectif "aventureux" plus tôt, il s’applique aussi très bien à certains de vos clips qui sont proprement hallucinants. Votre premier LP intitulé Pearl Mystic tout comme sa pochette sous-entendent que le mystique est une notion importante pour vous.

MJ : Nos artworks sont créés par un membre du groupe, il y a donc forcément une forte connexion entre les deux. Dans certains, les visuels sont en place avant même l’écriture d’un titre. Notre existence visuelle est très importante !

Si vos visuels utilisent des tons pastels et des traits très vivants, certains de tes lyrics sont assez tristes…

MJ : Je me suis rendu compte de cela après coup. C’est très personnel et même si on est un groupe de 5 personnes, ce sont principalement mes sentiments et mes paroles, du moins pour le premier album. Pour The Hum, même si les paroles sont écrites par moi, on a vraiment essayé d’en faire une œuvre créée par 5 personnes. J’y suis d’ailleurs beaucoup plus léger et heureux que sur Pearl Mystic qui est sorti il y a plus de 3 ans maintenant.

Le processus d’écriture a donc évolué entre les deux albums ?

MJ : Oui, pour le premier album, on l’a fait en se disant que de toute façon, personne ne l’écouterait sans même parler de l’apprécierait. Tout fut créé en studio puis il a fallu essayer de les adapter pour la scène. Pour le second, on a mis l’accent sur la capacité de pouvoir le jouer du début à la fin sur scène. Cela a drastiquement impacté notre façon d’écrire ! Plus que jamais, Hookworms se définit comme un groupe, pas seulement sur scène, mais aussi dans les aspects de la production, ça a été très enrichissant.

Dans Pearl Mystic, tu traites pas mal de dépression, quels sont les thèmes de prédilection de The Hum ?

MJ : Encore la dépression. (rire) Par exemple, le single "On Leaving" traite d’un ami en pleine dépression et du regard extérieur que l’on porte sur cela. Pour avoir été moi-même en dépression par le passé, cela m’a permis de porter un véritable regard omniscient sur le sujet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pearl Mystic de Hookworms
La chronique de l'album The Hum de Hookworms

En savoir plus :
Le site officiel de Hookworms
Le Bandcamp de Hookworms
Le Soundcloud de Hookworms
Le Facebook de Hookworms

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 avril 2018 : En avril, pour la culture, suis notre fil

C'est reparti pour une semaine culturel. Suivez notre fil d'actualité culturel, ici, sur Facebook, Twitter, Youtube. Vous y trouverez de quoi réjouir ce qu'il se trouve entre votre 2 oreilles ! c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus
et toujours :
"No Mercy in this land" de Ben Harper & Charlie Musselwhite
"After the fall" de Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette
"This is not hollywood" de Greg Kozo
"Quatre vingt huit" de Guillaume Poncelet
"One EP" de Hey Sarah
"Ventriloquism" de Meshell Ndegeocello
Mezzanine et Undervoid dans une sélection de singles et EP
"Années 1970-1985" de Pierre Bartholomée
"Shake, burn and love" de Red Money
"Dollhouse" de The Pack A.D.
"The skull defekts" de The Skull Defekts
"Rêves américains, tome 1, la ruée vers l'or" de Thomas Hellman
Interview de I Am Stramgram autour de son album "Tentacles", retrouvez également I Am Stramgram en session live pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Conférence des Oiseaux" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Racine²" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Still life" au Théâtre Les Déchargeurs
"Hugo au bistrot" à la Scène Thélème
"MAMMA" à La Loge
"Le Monte-plats" au Théâtre Le Lucernaire
"Mort, je serai devenu nécessaire" à la Manufacture des Abbesses
"Gilles Ramade - Piano Furioso" au Grand Point Virgule
"Qui suis-je ?" au Théâtre de l'Etincelle à Rouen
des reprises à ne pas rater :
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Meilleurs Alliés" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Gustav Klimt" à l'Atelier des Lumières
"Artistes & Robots" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Katy says goodbye" de Wayne Roberts
"Jersey Affair" de Michael Pearce
les chroniques des sorties de mars
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

et toujours :
"Alain Bashung, Fantaisie militaire" de Pierre Lemarchand
"La mise à nu" de Jean Philippe Blondel
"La symphonie du hasard, livre 2" de Douglas Kennedy
"La vie secrète d'Elena Faber" de Jillian Cantor
"Le dossier M, livre 2" de Grégoire Bouillier

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=