Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Girls in Hawaii
Interview  (Le Carré, Cesson-Sévigné)  samedi 22 novembre 2014

Cesson-Sévigné, dans la proche banlieue de Rennes. Cette ville cossue, avec ses villas bourgeoises, sa fac de science et ses industries de pointes accueille ce soir les belges de Girls In Hawaii. Un an à peu près après la sortie d'Everest, le groupe termine sa tournée avec un série de concerts "acoustiques". Hello Strange, sorti il y a à peu près une semaine comprend treize morceaux re-visités du répertoire du groupe bruxellois. Quelques heures avant le concert, Froggy's Delight s'est entretenu avec Brice Vancauwenberghe à propos de la tournée d'Everest et surtout de cette fin de tournée un peu spéciale pour Girls In Hawaii.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce Hello Strange sorti il y a peu ?

Brice Vancauwenberghe : Après un an et demi de tournée électrique, on commençait tout doucement à s'essouffler. On continuait à faire de chouettes concerts mais avec moins d'intention. On savait qu'on devait encore tourner jusque la fin de l'année et qu'il fallait trouver un manière de relancer la dynamique de groupe. De là est venue l'idée d'un projet plus acoustique. On avait déjà fait des shows acoustiques pour la tournée Plan Your Escape, mais principalement en Belgique, deux ou trois concerts et ça nous avait beaucoup amusés en fait. Donc on s'est dit que c'était l'occasion de se réinventer, d'aller chercher de vieilles chansons dans notre repertoire, une prise de risque, se mettre en danger, jouer d'autres instruments aussi… Donc de là est née l'idée d'une tournée acoustique.

Et de les enregistrer ?

Brice Vancauwenberghe : Les enregistrer en deux live à Louvain-La-Neuve en Belgique. C'est un petit cadeau quelque-part pour les fans… Bon le cadeau est aussi un peu pour nous aussi car c'est une grande plaine de jeu.

Quasiment un an après la sortie de Everest, suite à un hiatus qui avait fait suite à un évènement tragique (ndrl : le décès accidentel du batteur Denis Wielmans), comment avez-vous vécu ce retour ? Comment ont réagi les gens ?

Brice Vancauwenberghe : Assez étrangement, on pensait que les gens nous avait mis un peu de côté, qu'ils nous avaient oublié après autant de temps d'absence. Il y avait pas mal d'appréhension… Déjà nous à la base… On était plus trop sûrs… L'impression de marcher sur des œufs. Comment se positionner par rapport au groupe, par rapport à la musique… Cela a été assez compliqué à la base. Et puis en fait ça c'est très très bien passé. L'accueil a été incroyable… sauf en Allemagne où on nous a fait comprendre qu'on repartait à zéro. Bon comme on a jamais vraiment marché là-bas… On s'y attendait un peu. Dès qu'on a relancé un Facebook, un Twitter, on a reçu un nombre incalculable de messages de soutien. C'était rassurant de voir que les gens contiunaient à nous suivre après autant d'absence.

Etant donné le contexte particulier qui a régné pendant la composition de ce disque, comment fait-on en tournée pour jouer certains morceaux ? Prennent-ils une dimension cathartique ou est-ce compliqué d'aller remuer le passé ?

Brice Vancauwenberghe : C'est très compliqué… Il n'y a pas une manière de vivre la chose. Parfois, tu oublies la base sur laquelle tu as écrit la chanson, tout ce que tu as vécu autour, tu ne le vis pas forcément en tournée. Il y a toujours des morceaux, pendant la tournée, qui vont te rappeler certaines choses.

Comment s'est passée la transition entre vos dates de cet été où vous jouiez principalement dans des festivals et cette tournée forcément plus intimiste ? Est-ce plus facile en festival où les gens viennent plus écouter le groupe par curiosité ? N'y a-t-il pas plus de pression à jouer en acoustique face à des fans plus acquis à votre cause ?

Brice Vancauwenberghe : En festival, il est clair que certaines personnes sont là par hasard, voire que certaines personnes n'aiment pas forcément le groupe, du coup tu te sens obligé de défendre ton truc beaucoup plus que face à tes fans, on sait qu'il y a des gens que l'on doit convaincre. Ce n'est pas toujours évident… mais avec cette tournée acoustique, on découvre aussi un autre réseau de salle, des théatres, où il y a parfois des gens qui sont abonnés, qui vont voir des concerts sans forcément connaître le groupe qui passe. Du coup, c'est également intéressant car il y a beaucoup de gens qui nous découvrent pendant cette tournée acoustique, qui ne nous connaissaient pas. Cela nous permet d'aller accrocher un autre public, de nous faire connaître dans d'autres "milieux". La différence d'amplitude, c'est toujours un peu étrange, surtout qu'il y a des périodes où l'on fait festivals et petites salles et ça se gère complètement différemment, au niveau du son sur scène, de la manière dont on joue notre répertoire. En festival, tu bourres un peu plus dedans, tu pousses le volume, tu choisis les morceaux les plus efficaces. Mais on aime bien les deux, même si ce sont deux choses complètement différentes.

Tu parlais de la nécessité de cette tournée acoustique pour "changer un peu d'air", essayer d'autres choses. On avait senti sur Everest que les guitares étaient un peu plus en retrait. C'est une sorte de continuité en quelque sorte ?

Brice Vancauwenberghe : Oui, et puis il y a deux nouveaux musiciens dans le groupe, François aux claviers et Boris à la batterie, mais ce qui a contribué à une certaine fatigue en cette fin de tournée, c'est que cela fait deux ans que nous préparons Everest et le retour du groupe. Avant la sortie d'Everest on a déjà passé deux années pas évidentes. On a beaucoup bossé, on a essayé… Arrêté… On était déjà à plat, physiquement et moralement. On avait besoin de voir autre chose.

Cela impliquait quoi sur le choix des morceaux à transposer en acoustique et au niveau des membres du groupes en tant que musicien ?

Brice Vancauwenberghe : Le but de cette tournée acoustique est de jouer des instruments dont on ne sait pas forcément jouer. Le vibraphone, ça a l'air simple comme ça, mais tu te retrouves comme un gamin qui débute, il faut apprendre toute une nouvelle palette de sons. Pour nous c'est juste génial, ça te fait redescendre sur terre, ça te rend humble. Mais c'était le but aussi, de se mettre en danger, et aussi la composition… Composer à six notamment. Chacun a trouvé sa place. Cela laisse présager de belles choses pour la suite.

Vous comptiez commencer à travailler sur le successeur d'Everest début 2015, c'est toujours le cas ?

Brice Vancauwenberghe : On aimerait bien, mais il faut voir comment les choses vont se passer. On va prendre quelques mois de break, retrouver nos familles. Ca sera un peu à l'envie… je sais que Lionel s'est déjà remis à composer, on n'a pas envie de traîner.

Dans quelle mesure cette expérience acoustique va influencer vos prochains morceaux ?

Brice Vancauwenberghe : On aimerait revenir à quelque chose d'un peu plus "minimaliste". Le prochain travail en studio sera vraiment différent. Lionel et Antoine vont sûrement laisser plus de place aux quatre autres musiciens. Là on a forcément découvert Boris et François, qui ont pris une belle place dans le groupe. Je suis vraiment très curieux de voir comment cela va se passer.

Vous comptez incorporer des instruments à vents par exemple ?

Brice Vancauwenberghe : C'est un peu un rêve. Les instruments à vent, on ne les a pas beaucoup utilisés. Cela pourrait être une piste. Des instruments qui sonnent naturellement, que tu n'as pas besoin de brancher dans un ampli, il y a quelque chose de fascinant… Donc pourquoi pas partie vers ce genre de pistes. Pour le moment on ne sait pas trop. On a des envies un peu différentes.

La Belgique est un véritable vivier musical. As-tu été récemment conquis par un ou de groupes en particulier ?

Brice Vancauwenberghe : Il y a deux groupes avec qui nous avons tourné qui nous ont emballé : BRNS et Robbing Millions. Ces derniers sont un peu l'OVNI de la scène belge. C'est assez difficile à décrire…

Vous venez assez souvent à Rennes. Après une résidence à l'Aire Libre, L'Antipode, vous vous produisez en périphérie rennaise. Cet été, vous avez joué aux Vieilles Charrues, il y a quelques semaines vous étiez à Lorient. Vous avez l'air de bien vous plaire en Bretagne.

Brice Vancauwenberghe : Il y a un côté assez proche de la Belgique, le côté festif des bretons, voire un peu turbulent, mais c'est un public génial.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album From here to there de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Plan your escape de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Everest de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Refuge de Girls In Hawaii
La chronique de l'album Hello Strange de Girls in Hawaii
La chronique de l'album Nocturne de Girls in Hawaii
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Girls In Hawaii en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Girls In Hawaii en concert à l'Elysée Montmartre (9 mars 2005)
Girls In Hawaii en concert au Festival La Route du Rock 2008
Girls In Hawaii en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Girls In Hawaii en concert au Grand Mix (samedi 7 décembre 2013)
Girls In Hawaii en concert à L'Autre Canal (samedi 22 mars 2014)
Girls In Hawaii en concert au Carré (samedi 22 novembre 2014)
Girls In Hawaii en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet
L'interview de Girls in Hawaii (21 juin 2004)
La conférence de presse de Girls in Hawaii (août 2004)
L'interview de Girls in Hawaii (6 février 2008)
L'interview de Girls In Hawaii (samedi 22 mars 2014)
L'interview de Girls in Hawaii (lundi 26 juin 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Girls In Hawaii
Le Myspace de Girls In Hawaii
Le Facebook de Girls In Hawaii


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Girls in Hawaii (21 février 2008)


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=