Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Grandes Bouches
Jaurès ! Le Bal Républicain  (Chants d'Action / Le Passage)  août 2014

"Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?" demandait le grand Jacques.

La France, pays de la puissance du peuple, saignée de taxes et d’impôts pour assouvir les rêves de puissance de lointains monarques. La France, vieux pays de traditions séculaires et intouchables. La France, pays de râleurs. La France, pays de syndicalistes tout-puissants. La France, pays de poètes et d’utopistes. La France et ses grands hommes que l’histoire a magnifiés. Jaurès !

Enseignant, journaliste, critique littéraire, politicien, historien, philosophe, Jaurès grimpe les échelons à force de conviction. Fondateur du quotidien l’Humanité, puis de l’ancêtre du parti socialiste (je me garde ici de faciles comparaisons peu flatteuses entre Jaurès et François H, son supposé héritier), Jaurès reste un idéaliste qui n’a cessé de défendre le monde ouvrier et la laïcité en France. Et nous savons à quel prix.

Jaurès ! Une centaine d’années après sa naissance dans la douleur et dans le sang, la France souffre encore des inégalités sociales. Les ouvriers sont esclaves de riches patrons, leurs droits sont remis en cause. Il faut se soulever contre cette exploitation, surtout ne pas revenir en arrière, et l’Histoire prouve que les changements se font dans la douleur. Soit, Jaurès propose une révolution démocratique.

Charismatique et idéaliste, peut-être un peu naïf même. Quelques bedaines en Rolex se partagent le gâteau depuis la nuit des temps. Ils vendent du rêve aux opprimés, oubliés dès qu’ils accèdent au trône, avant de rejeter leurs bassesses sur la tête de leur supérieur. Rien n’a changé depuis le Moyen Age finalement. Et c’est là que la différence se creuse : d’un côté les blasés, de l’autre les combattants. Jaurès en est. Son parti également.

Dès 1894, Dreyfus-Dantès fut utilisé comme bouc émissaire et divisa le pays en deux, faisant pousser la graine du socialisme dans les esprits convaincus de l’innocence du capitaine, les autres ne comprirent certainement pas immédiatement la dimension de l’affaire. Quand la droite cléricale mène une offensive contre les instituteurs, Jaurès prend fermement position, ce que sont incapables de faire les lécheurs de bottes que sont les politiciens de notre siècle.

Même si nous devons pas oublier qui sont nos vrais oppresseurs, demandons-nous ce que nous ferions à leur place ET avec leurs moyens. La France, le pays des jugements et de la critique facile.

La France a besoin d’un Jaurès, tu ne veux pas revenir, tel un magnifique Dantès, pour secouer un peu ton pays ? Les enseignants sont montrés du doigt, les rues sont pleines de honte, l’humanité sombre dans l’oubli… Non, nous ne sommes pas perdus, tant que nous nous souvenons : Gandhi, Bhutto, Martin Luther King, Neruda, Lorca, Jaurès… L’espoir est permis, encore faudrait-il que nous soyons suffisamment courageux pour lancer le premier coup de pioche à nos vies résignées.

Des accordéons envoyant valser les mélodies, des percussions marchant vers l’Humanité, Les Grandes Bouches nous offrent Jaurès ! Le Bal Républicain. Pour tout ça, ne pas oublier, se souvenir que ça a été pire, mais que nous pouvons continuer la lutte. Et réussir. Solidaritairement vôtre, les destins liés vers un meilleur avenir. Ne soyons pas des moutons.

Un disque, 11 titres, un livre, des dessins d’Ernest Pignon-Ernest, des textes de Francis Ricard portés par la profonde voix de Philippe Dutheil, un beau moment de chanson engagée contre l’absolu, envers et contre les embruns, surtout contre le brin d’ailleurs. Un album de passionnés, ennemis de la fatalité et des coups bas qui vont avec. De quoi finir de vous convaincre de sortir de votre petite vie meublée d’écrans et de chanter avec un bonnet phrygien, une cocarde (et le cocard de la table basse, à vendre d’ailleurs). De l’énergie communicative et des envies de soulever de montagnes.

Salariés ! Résistez ! La mondialisation ne vous prendra pas ! "Seul compte le premier coup de pioche pour faire jaillir le puits."

 

En savoir plus :
Le site officiel de Les Grandes Bouches
Le Soundcloud de Les Grandes Bouches
Le Bandcamp de Les Grandes Bouches
Le Facebook de Les Grandes Bouches


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=