Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bonnie Prince Billy
Singer's grave a sea of tongues  (Domino Records)  septembre 2014

En apprivoisant la musique de Bonnie Prince Billy, alias Will Oldham (et Palace sur ses premiers disques), on est stupéfait par la manière qu'a cet homme de dompter le non-bruit, le silence. Il sait apprivoiser l'accalmie et la douceur. Avec le son de sa voix, avec ses instrumentations. Mais le réduire à cela serait mal connaître le bougre, qui déclenche aussi des orages électriques, comme lorsque je l'ai vu en concert à la fin des années 90 avec, fabuleuse guest-star, son ami David Pajo de Slint aux claviers (une sorte de Yamaha PSS faisant 40 cm de long. Pajo a joué une main dans la poche pendant tout le set !). Oldham est l'un des seuls contemporains à :

1 - Maîtriser le processus météorologique entier : on sent le vent annonçant l'orage, il tape fortement du pied, sa guitare s'emballe, les orchestrations apparaissent (quand il y en a, car il sait tenir la barre d'un disque ou d'un concert tout seul), puis c'est l'orage, des sons stridents, des santiags qui percent le sol, une voix qui s'étrangle. Et enfin, c'est l'après-déluge, le calme, un chant qui susure. On retrouve presque toujours ces éléments dans un disque de Bonnie Prince Billly. Ceci dit, Singer's grave a sea of tongues n'est pas l'un de ses albums les plus extrêmes ni des plus éclectiques. On y retrouve presque une forme de classicisme. Plaisant mais pas étonnant pour un sou. Mais est-ce une raison pour le critiquer ? Car certains y verront là une bonne livraison, honnête, Oldham faisant partie de ces artistes qui, artistiquement, ne partiront pas dans tous les sens, qui ne se suicideront pas commercialement (excepté en matière de promotion de ses disques, ce qui est parfois déroutant). Il suit son chemin en gravant bien profond sa marque de fabrique. L'avantage quand on l'écoute est qu'on le reconnaît à la première mesure. Ce qui m'amène à ma deuxième remarque. Il est l'un des seuls contemporains à :

2 - Posséder une vraie touche folk et roots purement américaine et ancrée dans la tradition. Il n'est pas dépourvu de modernité, oh non, mais peu de musiciens arrivent à préserver une véritable aura historique autour d'eux. Bonnie Billy a LE son traditionnel, LES mélodies les plus appalachiennes, LA voix qui va de pair. Et il ne vit pas pour autant reclus et pestant contre tous les bénéfices que peuvent apporter les nouvelles technologies. Il n'est ni passéiste ni arriéré et pourtant sa musique ne vient de nulle part si ce n'est de l'americana pur et dur. Comme dans la plupart de ses albums, on trouve dans Singer's grave a sea of tongues des envolées pop rock ("So far and here we are"), des morceaux à l'atmosphère si paisible qu'on croirait ne pas les entendre, sauf qu'elles nous soufflent à l'oreille les mots et les notes ("It's time to be clear" ou "New black rich (tusks)", presque dérangeant de tranquillité). Les jolis violons, appelons les "fiddles", sont présents, les choeurs gospel un peu moins pertinents (sauf sur "We are unhappy", jolis choeurs malgré un morceau moyen), et la présence de Chris Scruggs à la mandoline et au ukulélé fait son petit effet. Précisons que ce n'est autre que le petit-fils de Earl Scruggs, musicien de country old-time qui a été l'un des pionniers du Bluegrass aux côtés de Bill Monroe puis en duo avec Lester Flatt. Quand je vous dit que Oldham a bon goût ! Il y a dans certaines chansons de vrais côtés Country, bien traités et réussis : le premier morceau "Night noises" est vraiment accrocheur (ah, ce jeu des guitares entrelacées !).

Cet opus mélange de façon savante country et gospel, même si les choeurs ne fonctionnent pas toujours. En réalité, le côté country, souvent insistant grâce à la steel guitar, est plus réussi que le côté gospel. Là où l'on retrouve la meilleure facette de Oldham, c'est dans ces berceuses, qui font presque penser (en supprimant le chant) à des artistes lancinants, psychés et mélodiques comme ce qu'est devenu le groupe Earth. Je sais, la comparaison va un peu loin, mais certaines chansons vont justement très loin dans l'introspection et la mise en place d'une ambiance posée, comme si l'on flottait en les écoutant. Je pense que si les Louvin Brothers ou la Carter Family pouvaient écouter ce disque, ils seraient sonnés, désorientés mais au bout de quelques minutes ils adopteraient cette musique volontiers, comme l'on adopte dans sa famille un cousin que l'on vient de rencontrer.

Il y a une chose qu'on ne doit pas oublier pour être vraiment objectif : le disque n'a en fait que deux nouveaux titres, les neuf autres étant des nouvelles versions de morceaux présents sur Wolfroy goes to town (de 2011). Certes, ce n'est pas la première fois qu'il nous fait le coup (Cf. Bonnie Prince Billy sings greatest Palace music), mais on ne peut s'empêcher de regretter un nouvel opus plein de nouveau matériel. Est-ce que le concept a fonctionné ? En fait, je connais trop peu les originales pour en être conscient. Ce que je sais, c'est que le rendu des chansons façon 2014 est plutôt positif. Je serai tenté de balancer des trucs comme : "il n'est pas chiant" ou "c'est cool". Au final, il est vrai que les disques de Bonnie Prince Billy se suivent et se ressemblent, parfois un peu trop. Mais il fait ça tellement bien. On ne va pas demander à un charpentier qui bosse comme un chef de s'attaquer à la maçonnerie ! Certains y arriveront sûrement, mais les artistes se doivent de faire ce qu'ils savent faire de mieux. Bonnie, pour l'instant, et encore une fois, ne tend pas vers l'échec. Ce n'est pas une déception, mais juste une légère frustration. L'homme de Louisville, Kentucky, passera bientôt en France et je me plais à croire que ce pourrait être un bon concert. Une bonne occasion de le voir, lui qui fuit les promos en tous genres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Brave And The Bold de Tortoise and Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (juillet 2006)
La chronique de l'album The Letting Go de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (décembre 2006)
La chronique de l'album Is It The Sea ? de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Beware de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album The Wonder Show Of The World de Bonnie Prince Billy & The Cairo Gang
La chronique de l'album Wolfroy goes to town de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Pond Scum de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy en concert à Mains d'Oeuvres (30 mars 2003)
Bonnie Prince Billy en concert à L'Aéronef (mercredi 2 novembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Bonnie Prince Billy
Le Myspace de Bonnie Prince Billy


Loïc Silence         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=