Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Carmen
Théâtre du Rond Point  (Paris)  décembre 2014

Spectacle chorégraphique conçu et mis en scène par Dada Masilo, avec Dada Masilo, Nadine Alexa Buys, Sonia Zandile Constable, Phindile Kula Thami Majela, Songezo Mcilizeli, Ipeleng Merafe, Llewellyn Mnguni, Refiloe Mogoje, Khaya Ndlovu, Thabani Ntuli, Cindy Okkers, Nonofo Olekeng, Kyle Heinz Rossouw, Xola et Tshepo Zasekhaya.

Aux antipodes de la danse académique comme de la danse abstraite et résolument iconoclaste, la jeune chorégraphe sud-africaine Dada Masilo ne s'embarrasse ni de la tradition chorégraphique ni des dogmes dramaturgiques et entend bien traiter à sa manière, celle d'une danse narrative et d'une danse-fusion résolument métissée, des thématiques contemporaines.

En 2013, avec les danseurs de la Compagnie The Dance Factory, elle a enchanté le public et scotché les doctes critiques avec "Swan Lake", déclinaison du mythique "Lac des Cygnes" revu et corrigé à l'aune de la danse zoulou et des thèmes de la différence et de l'intolérance avec un prince Siegfried amoureux d'un cygne noir homosexuel.

En 2014, elle revient en France avec un spectacle intitulé "Carmen" qui s'inspire de l'héroïne de la nouvelle de Prosper Mérimée transcendée par l'opéra éponyme de Georges Bizet qu'elle revisite pour aborder un phénomène de société.

En effet, elle détourne le personnage mythique de Carmen, précurseur de la femme fatale par son pouvoir d'attraction sexuelle et figure tragique inspirant un amour possessif et destructeur qui conduit au crime passionnel, pour l'ériger paradoxalement en symbole des femmes victimes de violences conjugales et sexuelles.

Elle modifie également le dénouement de l'argument original, le dépit amoureux et la jalousie ne conduisant non au meurtre mais au viol de Carmen et à l'assassinat du coupable par son nouvel amant.

Mêlant avec frénésie, celle des townships de son pays, danse contemporaine et flamenco avec de fortes instillations de la gestuelle de la danse zoulou, le spectacle est constitués de tableaux alternant d'étourdissantes scènes chorales, notamment entre les belles et rivales cigarières, empruntant à la danse tribale comme à la revue et des duos envoutants, de lyrisme pour la douce et soumise Micaëla amoureuse de Don José ou de fureur érotique pour Carmen.

Dada Masilo incarne une Carmen animale, flamboyante et torride, femme libre et insoumise, qui ne procède pas par minauderie suggestive de sa disponibilité mais assume et exprime explicitement son désir.

Un an après "Swan Lake", ce spectacle présenté en septembre 2014 à la Biennale de danse de Lyon, a rencontré le même succès public mais essuie des avis critiques nettement plus nuancés, voire même négatifs et parfois iniques quand est reproché à la chorégraphe la conception d'un spectacle commercial en forme d'espagnolade entendue de manière péjorative alors même qu'elle existe dans l'oeuvre de Bizet qui ressortit à l'opéra-comique et ne rechigne pas au pittoresque.

Peu ou prou, ceux-ci vilipendent ce qu'ils avaient encensé comme s'ils se repentaient d'un trop grand enthousiasme premier. Il est vrai que "tout passe tout lasse" en ces temps de quête de nouveauté acharnée et que Dada Masilo décline le même vocabulaire chorégraphique dont le syncrétisme singulier ne produit plus l'effet de surprise initial.

Cela étant, elle réussit à transmettre au grand public la beauté et la sensibilité de son art et l'exultation des corps dans la passion de la danse. Et ce n'est pas rien.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=