Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La liquidation
Laurent Cordonnier  (Editions Les Liens Qui Liberent)  mai 2014

Roman d’anticipation politique et économique. Oui, c’est cela. Non, ce n’est pas glamour comme entrée en matière, on a vu mieux. On a vu pire aussi. Laurent Cordonnier est issu du dark monde de l’économie de marché, de la macroéconomie, de la croissance, de la répartition des biens pécuniaires, de l’analyse de nos bonnes vieilles sonnantes et trébuchantes et de l’estimation de deux-trois bas de laine.

Non plus. Rien de bien sexy. A part décrocher le jackpot de l’Euro million pour s’offrir des voitures de luxe, nous ne sommes pas tellement préoccupés par l’économie à l’échelle du pays. Sauf pour cracher sur les ministres et fouiner dans leur patrimoine, évidemment. Mais Laurent Cordonnier nous offre bien plus que ça dans son roman La liquidation.

Il établit son arbre des possibles et nous projette dans un futur pas si lointain. A la manière d’Orwell (1984) ou d’Huxley (Le meilleur des mondes), Laurent Cordonnier propose un futur dérangeant de réalisme. Edifiant.

Le monde basé sur l’industrie post guerres du XXème siècle (le nôtre) est achevé, terminé, épuisé. Notre planète est une vaste poubelle désenchantée, le réchauffement climatique a asséché la verdure et concentré les populations dans des villes climatisées.

Sous les auspices d’une météo artificielle et prévisible (ils parlent de quoi les gens quand ils se croisent dans les halls d’immeubles et les cages d’escaliers ?), Philippe Smithski est le dernier journaliste papier (ouh le vilain ouèbe qui a tout mangé). Plus pour longtemps, puisque son patron doit mettre la clé sous la porte (mangé tout cru lui aussi). La prudente banque le guettait depuis un moment, il est illico convoqué par son riche conseiller qui le targue de retrouver de quoi renflouer le manque à gagner (à venir dans exactement quelques mois, c’est l’implacable machine d’anticipation qui a bien estimé).

Smithski glisse lentement mais sûrement droit vers le redressement économique. Sa situation est telle que la banque le place carrément en liquidation. Oui, c’est ainsi dans le futur. Smithski intègre une sorte de prison, au-dessus de son lit, un nombre rouge représentant sa dette. A lui de se débrouiller pour faire virer le nombre au vert.

Je suis d’accord. Ce n’est pas jojo tout ça. Mais pas con. Rassasié de dettes, le pays anticipe le moindre mouvement bancaire, la moindre dépense, l’audit et la statistique sont rois dans un monde qui a fait faillite il y a si peu de temps. Pas question de se laisser aller à la spéculation des aînés. Les relations sont outrageusement procédurières, la vie privée est calculée, mesurée, les dépenses et les achats sont contrôlés, approuvés, négociés. La société est entièrement mesurée à la loupe économique.

Mais c’est sans compter les bouillonnements du sang humain. Un mystérieux mécène comble la dette de Smithski en échange d’un petit service. C’est le petit écu qui va bouleverser le quotidien aseptisé. Naïf et obéissant, Smithski se laisse d’abord porter par les évènements, puis passe du rôle du manipulé à l’instrument de la machination visant à renverser le gouvernement corrompu.

Parce que la corruption doit toujours être renversée, parce que les solutions les plus rationnelles ne sont pas forcément les meilleures, Smithski et ses acolytes vont donner un beau coup de pied aux fesses de la rigueur du futur. Et là, c’est carrément jojo !

D’une plume intelligente et confirmée, Laurent Cordonnier réussit à nous immerger totalement dans ses délires futuristes, en démocratisant les pensées économistes, sans nous prendre pour des enfants de 3 ans. Un roman en forme de prophétie optimiste. Troublant de vérité.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=