Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La liquidation
Laurent Cordonnier  (Editions Les Liens Qui Liberent)  mai 2014

Roman d’anticipation politique et économique. Oui, c’est cela. Non, ce n’est pas glamour comme entrée en matière, on a vu mieux. On a vu pire aussi. Laurent Cordonnier est issu du dark monde de l’économie de marché, de la macroéconomie, de la croissance, de la répartition des biens pécuniaires, de l’analyse de nos bonnes vieilles sonnantes et trébuchantes et de l’estimation de deux-trois bas de laine.

Non plus. Rien de bien sexy. A part décrocher le jackpot de l’Euro million pour s’offrir des voitures de luxe, nous ne sommes pas tellement préoccupés par l’économie à l’échelle du pays. Sauf pour cracher sur les ministres et fouiner dans leur patrimoine, évidemment. Mais Laurent Cordonnier nous offre bien plus que ça dans son roman La liquidation.

Il établit son arbre des possibles et nous projette dans un futur pas si lointain. A la manière d’Orwell (1984) ou d’Huxley (Le meilleur des mondes), Laurent Cordonnier propose un futur dérangeant de réalisme. Edifiant.

Le monde basé sur l’industrie post guerres du XXème siècle (le nôtre) est achevé, terminé, épuisé. Notre planète est une vaste poubelle désenchantée, le réchauffement climatique a asséché la verdure et concentré les populations dans des villes climatisées.

Sous les auspices d’une météo artificielle et prévisible (ils parlent de quoi les gens quand ils se croisent dans les halls d’immeubles et les cages d’escaliers ?), Philippe Smithski est le dernier journaliste papier (ouh le vilain ouèbe qui a tout mangé). Plus pour longtemps, puisque son patron doit mettre la clé sous la porte (mangé tout cru lui aussi). La prudente banque le guettait depuis un moment, il est illico convoqué par son riche conseiller qui le targue de retrouver de quoi renflouer le manque à gagner (à venir dans exactement quelques mois, c’est l’implacable machine d’anticipation qui a bien estimé).

Smithski glisse lentement mais sûrement droit vers le redressement économique. Sa situation est telle que la banque le place carrément en liquidation. Oui, c’est ainsi dans le futur. Smithski intègre une sorte de prison, au-dessus de son lit, un nombre rouge représentant sa dette. A lui de se débrouiller pour faire virer le nombre au vert.

Je suis d’accord. Ce n’est pas jojo tout ça. Mais pas con. Rassasié de dettes, le pays anticipe le moindre mouvement bancaire, la moindre dépense, l’audit et la statistique sont rois dans un monde qui a fait faillite il y a si peu de temps. Pas question de se laisser aller à la spéculation des aînés. Les relations sont outrageusement procédurières, la vie privée est calculée, mesurée, les dépenses et les achats sont contrôlés, approuvés, négociés. La société est entièrement mesurée à la loupe économique.

Mais c’est sans compter les bouillonnements du sang humain. Un mystérieux mécène comble la dette de Smithski en échange d’un petit service. C’est le petit écu qui va bouleverser le quotidien aseptisé. Naïf et obéissant, Smithski se laisse d’abord porter par les évènements, puis passe du rôle du manipulé à l’instrument de la machination visant à renverser le gouvernement corrompu.

Parce que la corruption doit toujours être renversée, parce que les solutions les plus rationnelles ne sont pas forcément les meilleures, Smithski et ses acolytes vont donner un beau coup de pied aux fesses de la rigueur du futur. Et là, c’est carrément jojo !

D’une plume intelligente et confirmée, Laurent Cordonnier réussit à nous immerger totalement dans ses délires futuristes, en démocratisant les pensées économistes, sans nous prendre pour des enfants de 3 ans. Un roman en forme de prophétie optimiste. Troublant de vérité.

 
 

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=