Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Souterraine
Interview  (Par mail)  décembre 2014

A l’heure des cadeaux de noël, pourquoi ne pas aller faire un tour du côté de La Souterraine, les compilations pas la commune dans la Creuse ? Depuis le début de l’année, Benjamin Caschera et Laurent Bajon proposent d’excellentes compilations d’artistes Francophones underground (Arlt, Mocke, Noir Boy George, La Féline, Pain Noir, Gontard !, Facteurs Chevaux…) sous deux formes distinctes : La Souterraine réunissant plusieurs artistes et les Mostla Tapes. Un coffret vient de sortir et un festival aura lieu du 16 au 18 janvier 2015 à L’Olympic Café, à Paris. Pour le reste, Laurent et Benjamin vous en parleront mieux que moi…

Pouvez-vous vous présenter et parler de votre parcours en lien avec la musique ?

Laurent : Je suis venu à la musique par le biais de Bernard Lenoir et des Inrockuptibles (version mensuelle). C'est ce qui m'a poussé à faire de la radio pendant 18 ans, en co-animant la mythique Planet Claire sur Aligre FM et désormais La Souterraine sur Radio Campus Paris. C'est d'ailleurs dans Planet Claire que j'ai fait la connaissance de Benjamin, qui venait là en tant qu'attaché de presse (notamment pour les belles sessions de Besnard LakesLoney, Dear ou My Brightest Diamond).

Benjamin : J'ai fait de la radio à C'rock, une radio Férarock à Vienne (38) quand j'avais 17-20 ans. Je suis arrivé en stage à la promo chez feu-Chronowax (distributeur d'alors de Jagajaguwar, Secretly Canadian, Sub Pop, Touch & Go, etc.), en 2005. Puis salarié chez Differ-ant, le distributeur qui est né des cendres de Chronowax. On a monté Almost Musique en 2009, avec Benjamin Fain-Robert AKA Baron Rétif. A cette date, j'ai aussi fait plus ample connaissance avec Laurent Bajon en rejoignant l'émission Planet Claire, sur Aligre FM.

Comment et pourquoi est née l’idée de La Souterraine et de ses compilations ?

Laurent : Pour Planet Claire, on cherchait beaucoup de nouveautés, en dehors de ce que les attachés de presse et les maisons de disques pouvaient nous envoyer. Et on commençait de plus en plus à se tourner vers les artistes "du coin de la rue", qu'on croise dans les salles de concerts, dans les bars, faciles à faire venir en session... On a donc décidé de faire des compilations pour mettre en avant ces groupes, qu'on aime et qu'on veut défendre dans le torrent d'eau chaude des sorties musicales mainstream. Et Benjamin avait initié des compilations de cette forme (les Mostla I à VI) avec ses camarades d'Almost Musique.

On s'est donc lancés, et ça a l'air de répondre à une attente, d'un petit public d'amateurs éclairés... Tant mieux !

Benjamin : Laurent est un des diggers de nouveautés en musique les plus fins que je connaisse. De mon côté, j'ai bossé avec pas mal de groupes français depuis plusieurs années. Mutualisons donc nos réseaux, qui se recoupent et se croisent. Beaucoup de ces artistes sont invisibles médiatiquement, alors qu'avec Laurent, on s'écoute des tas de pépites toutes les semaines : la chanson en français n'est pas ringarde, finalement. La Souterraine est née de cette envie d'essayer un truc nouveau, assez libre dans le fond et dans la forme.

Comment choisissez-vous les artistes ? Comment les découvrez-vous ?

Benjamin : Dans l'océan des nouveautés musicales, on cherche les vagues et on les écoute.

Laurent : On reçoit beaucoup de choses, on écume les sites d'écoutes (Soundcloud, Bandcamp...), toujours à l'affût. Soyons honnêtes, des gens qui connaissent nos goûts nous recommandent aussi des choses bien. Il y a comme une sorte de réseau, de communauté invisible qui se tisse autour de La Souterraine, c'est bien.

Pouvez-vous nous parler d’Almost Musique et d’Objet Disque ?

Benjamin : Objet Disque est le label de Rémy Poncet / Chevalrex qu'il a lancé en début d'année, à la suite de feu-Sorry But Home Recordings Records. On s'est de suite entendu pour sortir des Objets Souterrains. Almost Musique est mon label, c'est aussi mon gagne-pain, via mon travail d'attaché de presse.

Laurent : Benjamin a tout dit.

Comment se construisent les compilations et les Mostla tapes ?

Laurent : On thésaurise les titres (on les passe parfois dans l'émission sur Radio Campus) et surtout on échange une bonne vingtaine de mails par jour avec nos coups de cœur. Les compilations se construisent donc au fil de l'eau, avec de multiples ajustements. Comme on ne promet rien à personne, et qu'on ne se met pas de deadline, ça peut changer au dernier moment... On essaie parfois aussi de pousser des groupes à faire des reprises, ou passer au chant en français.

Les Mostla tapes, c'est un peu différent, on lance des pistes chacun de son côté auprès d’artistes, de labels, de collectifs… On voit ensuite qui accepte de jouer le jeu, de "se plier à notre modèle" un peu particulier.

Benjamin : Au fil des écoutes, des découvertes, jour après jour, on se capte avec Laurent pour voir ce qu'on peut faire, quoi ou quand.

Vous lancez des pistes pour le futur ? Pour les prochains archéologues musicaux ?

Laurent : L'archéologie musicale du futur, oui, on espère bien y contribuer d'une façon ou d'une autre. Les groupes qu'on met en avant sont pour certains ceux dont nos enfants ressortiront les disques dans 10-15 ans en se disant qu'on écoutait des choses drôlement chouettes...

Benjamin : Oui, on s'est dit ça en souriant. Les rééditions sont à la mode, c'est souvent là qu'on y trouve les choses les plus intéressantes musicalement d'ailleurs. Les labels aiment bien déterrer les trucs bons et obscurs d'hier. On s'est donc dit qu'on pouvait s'attaquer aux traine-savates d'aujourd'hui – ce sont probablement les légendes de demain – et faciliter le travail des futurs Light in the Attic, Born Bad, ou Numero Group.

 

En savoir plus :
Le site officiel de La Souterraine
Le Tumblr de La Souterraine
Le Bandcamp de Mostla
Le Facebook de La Souterraine


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=