Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Souterraine
Interview  (Par mail)  décembre 2014

A l’heure des cadeaux de noël, pourquoi ne pas aller faire un tour du côté de La Souterraine, les compilations pas la commune dans la Creuse ? Depuis le début de l’année, Benjamin Caschera et Laurent Bajon proposent d’excellentes compilations d’artistes Francophones underground (Arlt, Mocke, Noir Boy George, La Féline, Pain Noir, Gontard !, Facteurs Chevaux…) sous deux formes distinctes : La Souterraine réunissant plusieurs artistes et les Mostla Tapes. Un coffret vient de sortir et un festival aura lieu du 16 au 18 janvier 2015 à L’Olympic Café, à Paris. Pour le reste, Laurent et Benjamin vous en parleront mieux que moi…

Pouvez-vous vous présenter et parler de votre parcours en lien avec la musique ?

Laurent : Je suis venu à la musique par le biais de Bernard Lenoir et des Inrockuptibles (version mensuelle). C'est ce qui m'a poussé à faire de la radio pendant 18 ans, en co-animant la mythique Planet Claire sur Aligre FM et désormais La Souterraine sur Radio Campus Paris. C'est d'ailleurs dans Planet Claire que j'ai fait la connaissance de Benjamin, qui venait là en tant qu'attaché de presse (notamment pour les belles sessions de Besnard LakesLoney, Dear ou My Brightest Diamond).

Benjamin : J'ai fait de la radio à C'rock, une radio Férarock à Vienne (38) quand j'avais 17-20 ans. Je suis arrivé en stage à la promo chez feu-Chronowax (distributeur d'alors de Jagajaguwar, Secretly Canadian, Sub Pop, Touch & Go, etc.), en 2005. Puis salarié chez Differ-ant, le distributeur qui est né des cendres de Chronowax. On a monté Almost Musique en 2009, avec Benjamin Fain-Robert AKA Baron Rétif. A cette date, j'ai aussi fait plus ample connaissance avec Laurent Bajon en rejoignant l'émission Planet Claire, sur Aligre FM.

Comment et pourquoi est née l’idée de La Souterraine et de ses compilations ?

Laurent : Pour Planet Claire, on cherchait beaucoup de nouveautés, en dehors de ce que les attachés de presse et les maisons de disques pouvaient nous envoyer. Et on commençait de plus en plus à se tourner vers les artistes "du coin de la rue", qu'on croise dans les salles de concerts, dans les bars, faciles à faire venir en session... On a donc décidé de faire des compilations pour mettre en avant ces groupes, qu'on aime et qu'on veut défendre dans le torrent d'eau chaude des sorties musicales mainstream. Et Benjamin avait initié des compilations de cette forme (les Mostla I à VI) avec ses camarades d'Almost Musique.

On s'est donc lancés, et ça a l'air de répondre à une attente, d'un petit public d'amateurs éclairés... Tant mieux !

Benjamin : Laurent est un des diggers de nouveautés en musique les plus fins que je connaisse. De mon côté, j'ai bossé avec pas mal de groupes français depuis plusieurs années. Mutualisons donc nos réseaux, qui se recoupent et se croisent. Beaucoup de ces artistes sont invisibles médiatiquement, alors qu'avec Laurent, on s'écoute des tas de pépites toutes les semaines : la chanson en français n'est pas ringarde, finalement. La Souterraine est née de cette envie d'essayer un truc nouveau, assez libre dans le fond et dans la forme.

Comment choisissez-vous les artistes ? Comment les découvrez-vous ?

Benjamin : Dans l'océan des nouveautés musicales, on cherche les vagues et on les écoute.

Laurent : On reçoit beaucoup de choses, on écume les sites d'écoutes (Soundcloud, Bandcamp...), toujours à l'affût. Soyons honnêtes, des gens qui connaissent nos goûts nous recommandent aussi des choses bien. Il y a comme une sorte de réseau, de communauté invisible qui se tisse autour de La Souterraine, c'est bien.

Pouvez-vous nous parler d’Almost Musique et d’Objet Disque ?

Benjamin : Objet Disque est le label de Rémy Poncet / Chevalrex qu'il a lancé en début d'année, à la suite de feu-Sorry But Home Recordings Records. On s'est de suite entendu pour sortir des Objets Souterrains. Almost Musique est mon label, c'est aussi mon gagne-pain, via mon travail d'attaché de presse.

Laurent : Benjamin a tout dit.

Comment se construisent les compilations et les Mostla tapes ?

Laurent : On thésaurise les titres (on les passe parfois dans l'émission sur Radio Campus) et surtout on échange une bonne vingtaine de mails par jour avec nos coups de cœur. Les compilations se construisent donc au fil de l'eau, avec de multiples ajustements. Comme on ne promet rien à personne, et qu'on ne se met pas de deadline, ça peut changer au dernier moment... On essaie parfois aussi de pousser des groupes à faire des reprises, ou passer au chant en français.

Les Mostla tapes, c'est un peu différent, on lance des pistes chacun de son côté auprès d’artistes, de labels, de collectifs… On voit ensuite qui accepte de jouer le jeu, de "se plier à notre modèle" un peu particulier.

Benjamin : Au fil des écoutes, des découvertes, jour après jour, on se capte avec Laurent pour voir ce qu'on peut faire, quoi ou quand.

Vous lancez des pistes pour le futur ? Pour les prochains archéologues musicaux ?

Laurent : L'archéologie musicale du futur, oui, on espère bien y contribuer d'une façon ou d'une autre. Les groupes qu'on met en avant sont pour certains ceux dont nos enfants ressortiront les disques dans 10-15 ans en se disant qu'on écoutait des choses drôlement chouettes...

Benjamin : Oui, on s'est dit ça en souriant. Les rééditions sont à la mode, c'est souvent là qu'on y trouve les choses les plus intéressantes musicalement d'ailleurs. Les labels aiment bien déterrer les trucs bons et obscurs d'hier. On s'est donc dit qu'on pouvait s'attaquer aux traine-savates d'aujourd'hui – ce sont probablement les légendes de demain – et faciliter le travail des futurs Light in the Attic, Born Bad, ou Numero Group.

 

En savoir plus :
Le site officiel de La Souterraine
Le Tumblr de La Souterraine
Le Bandcamp de Mostla
Le Facebook de La Souterraine


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=