Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iceage
Playing Into The Field Of Love  (Matador Records)  octobre 2014

Il y a une énigme Iceage. Font-ils réellement du post-punk ? Comment ont-ils réussi à sortir deux premiers disques plutôt pas mauvais et être aussi catastrophiques sur scène ? Ne sont-ils pas juste trop jeunes ou leurs influences (grosso modo de Cobain à la Joy Division) à peine digérées pour être honnêtes ? Qui se soucie encore d’Iceage ?

Ce Playing Into The Field Of Love risque d’ajouter encore du mystère et désorienter ceux qui avaient apprécié New Brigade ou You’re Nothing. Terminé la puissance parfois désordonnée. Terminé aussi cette certaine façon de passer en force, cette nervosité où les Danois confondaient parfois brièveté et précipitation. Dans le torrent de ce que vous voulez, en fonction de votre degré d’amour pour la musique d’Iceage, qu’était You’re Nothing se cachait une vraie perle : "Morals" qui, avec ses accents amers et spleeniens, connotait avec le reste du disque. Ce titre, heureusement pour nous, malheureusement pour les fans de la première heure était les premiers symptômes de ce qu’allait devenir le groupe et était un marqueur de sa future évolution.

Iceage garde l’intensité, dompte sa bestialité. Les titres s’allongent, ce Playing Into The Field Of Love dure plus longtemps à lui seul que les deux premiers albums réunis. Les guitares moins frontales qu’auparavant deviennent anguleuses. Les chansons baignent dans une atmosphère générale baroque et fin de règne où surnage la voix toujours aussi magnifiquement charismatique et approximative d’Elias Bender Rønnenfelt. La grande nouveauté réside également dans les arrangements (violon, piano, cuivres) qui s’intègrent dans les chansons. On pense parfois à des musiciens comme Warren Ellis ou John Cale même si l’on regrette un sous mixage, comme si le groupe n’avait, encore, osé aller au fond de sa pensée artistique. Comme si le groupe restait encore le cul entre deux chaises et hésitait à accepter sa mue en une sorte de Nick Cave nordique.

Ce disque réserve également une belle surprise au niveau des paroles. Sombres, torturées, elles dépassent le simple stade des questions d’ados attardés (le sexe, les filles, vivre vite, le sexe, les filles, les potes et les filles…) ou en tout cas, pousse le point de vue de manière plus sophistiquée (le rapport entre un fils et son père dans "Glassy Eyed, Dormant and Veiled" par exemple) tout en gardant une colère sourde, une pensée politique et une philosophie assez Dark. Alors ce disque va sûrement diviser. Iceage pourrait bien perdre ses derniers fans, enfin ceux qui ont réussi à tenir jusque là, mais d’un autre côté, ce Playing Into The Field Of Love ouvre vers quelque chose qui, s'il est vraiment assumé, ne peut laisser indifférent…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Iceage en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
Iceage en concert au Festival Levitation France #7 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Iceage
Le Blog de Iceage
Le Facebook de Iceage


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=