Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les îles flottantes
Théâtre Côé Cour  (Paris)  décembre 2014

Comédie dramatique de Paul Emond, mise en scène de Georges About, avec Anne Turolla, Christian Baltauss et Armand Eloi.

La Compagnie Théâtre Art Moderne porte sur scène une partition du dramaturge belge Paul Emond dont la singularité ne tient pas qu'au procédé de la métaphore culinaire usité de manière humoristique et récurrente et, ce, dès le titre, "Les îles flottantes", et à son caractère de fable assortie d'une morale du même acabit : "Ce dont vous remplissez votre assiette, n'est pas toujours ce que vous mangez".

En effet, elle repose sur une intrigue telle qu'entendue dans la tragédie antique et décline un genre peu usité au théâtre, celui du réalisme magique qui permet l'introduction d'éléments d'étrangeté dans une trame ordonnée, en l'espèce, selon la règle des trois unités du théâtre, pour traiter de la thématique des désillusions matrimoniales.

Voilà d'une alléchante entrée en matière qui ne saurait aller au-delà de la mise en bouche afin de ne pas divulguer un menu farci d'inattendus rebondissements. Car tout commence de manière fort ordinaire par un dîner au restaurant. Quoi que. La situation n'est pas tout à fait banale.

D'une part, parce que Luc et Barbara ne se retrouvent pas pour un dîner d'amoureux mais pour un dîner d'adieu. D'un commun accord, ils ont décidé de se séparer après dix années de vie commune et de passer "une belle soirée" en réitérant, par un curieux souci de parallélisme des formes, leur premier dîner dans un restaurant réputé.

D'autre part, ledit restaurant ayant subitement fermé, ils se rabattent sur un autre établissement où ils sont accueillis par une grande et imposante figure en tenue de maître queux (excellentissime composition de Armand Eloi) qui, outre une prévenance excessive et des propos pseudo-philosophiques en forme de citations bocusiennes, manifeste une sollicitude invasive qui excède largement les impératifs de sa fonction.

Si Barbara (Anne Turolla au jeu juste et sensible) affiche l'assurance tranquille et diplomate de la femme qui a décidé de tourner la page sans faire de vagues, Luc (Christian Baltauss parfait dans la médiocrité vindicative) qui, en réalité, n'accepte pas cette rupture, va initier un véritable règlement de comptes conjugal qui emprunte au huis-clos délétère. La soirée tournera-t-elle au désastre sous le regard d'un restaurateur qui n'est peut-être pas qu'un témoin muet ?

Pour la mise en scène, Georges About privilégie la sobriété efficace pour ménager le suspense sans chercher à surligner les indices habilement disséminés par l'auteur. L'interprétation est à l'avenant avec un trio de comédiens qui maîtrisent l'ambiguïté qui en résulte. Et bien malin celui qui saura prédire le dénouement.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=