Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roses
Théâtre de la Bastille  (Paris)  janvier 2015

Variation tragi-comique d'après une pièce de William Shakespeare, mise en scène de Nathalie Béasse, avec Sabrina Delarue, Etienne Fague, Karim Fatihi, Erik Gerken, Béatrice Godicheau, Clément Goupille et Anne Reymann.

Avec "Roses", la comédienne et metteuse en scène Nathalie Béasse, formée en arts visuels aux Beaux-Arts puis au Centre d'Art dramatique d’Angers et aguerrie au croisement des formes artistiques, applique pour la première fois ses fondamentaux théâtraux que sont le théâtre de plateau, le genre du théâtre-danse qui s'appuie sur le caractère plastique de la parole et la dramaturgie du corps, le registre de la tragi-comédie et la forme du montage séquentiel destinée à créer un "espace de projection mentale", à un texte du répertoire.

A savoir le drame "Richard III" de William Shakespeare, qu'elle qualifie de "monstre de verbe", et ce non pour explorer la question ontologique du mal ou cerner la figure du personnage-titre mais pour sonder l'univers de ce dernier à travers sa focale de prédilection que constitue la systémie intrafamiliale.

En l'occurrence, cela fonctionne de manière tout aussi intéressante au plan conceptuel que convaincante dans sa transposition scénique car Nathalie Béasse travaille sur - et avec - la pâte humaine, ce qui la démarque radicalement de ses homologues contemporains cantonnés dans une posture formelle.

Sous la réserve toutefois de connaître, au préalable, l'historique de la Guerre des Deux Roses, lutte intestine pour le pouvoir qui, en Angleterre au 15ème siècle, a opposé les deux branches de la dynastie des Plantagenêts, les maisons de Lancastre et d'York et son ultime épisode que constitue l'accession au trône sanglante et meurtrière de Richard de Glocester, frère cadet du roi régnant, qui né difforme, estropié et contrefait, mais aussi subtil et fourbe.

Si elle ne modifie pas la trame narrative du drame shakespearien, elle n'en garde que des bribes textuelles dispensées en langue originale et, principalement, en français dans une efficace traduction "modernisée" de Jean-Michel Déprats, au sein d'un montage de scènes - que Nathalie Béasse présente comme la concrétisation du sous-texte - placées de manière inattendue sous un registre qui déplace le drame vers la tragi-comédie dont plusieurs en mode chorégraphique, de la danse de cour à la marche guerrière, dont la choralité retrace la communauté familiale.

Sur un plateau quasiment vide, le spectacle se déroule comme une fresque cinétique très inventive dans une monochromie de beige grisé, avec ses plans larges que sont les scènes chorales et ses zooms monologaux, qui s'affranchit de la contextualisation historique et use des récurrences scénographiques béassiennes que sont l'utilisation de grandes pièces de tissus qui se font tant rideaux de théâtre que emblèmes vestimentaires et le cabinet de curiosités avec sa collection taxidermique composée des prédateurs et de leur proie, métaphores anthropomorphiques.

Une immense table, symbole polysémique, de la conviviale table de banquet à la conflictuelle table de négociation, scande la partition dans laquelle, en outre d'interpréter les autres protagonistes masculins, Etienne Fague, Karim Fatihi, Erik Gerken et Clément Goupille s'échangent le rôle de Richard III dans ses relations avec les figures familiales masculines et surtout celles féminines en se confrontant aux Reines déchues, femmes clairvoyantes, mères douloureuses et veuves déchirées, interprétées par Sabrina Delarue, Béatrice Godicheau et Anne Reymann.

Sous la direction rigoureuse de Nathalie Béasse, tous sont excellents et, nonobstant l'insertion de quelques dispensables virgules métathéâtrales, sa proposition, qui inclut en sus de belles incursions plasticiennes et des ruptures loufoques tout en évitant l'exercice de style, s'avère réussie et résolument roborative.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=