Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roses
Théâtre de la Bastille  (Paris)  janvier 2015

Variation tragi-comique d'après une pièce de William Shakespeare, mise en scène de Nathalie Béasse, avec Sabrina Delarue, Etienne Fague, Karim Fatihi, Erik Gerken, Béatrice Godicheau, Clément Goupille et Anne Reymann.

Avec "Roses", la comédienne et metteuse en scène Nathalie Béasse, formée en arts visuels aux Beaux-Arts puis au Centre d'Art dramatique d’Angers et aguerrie au croisement des formes artistiques, applique pour la première fois ses fondamentaux théâtraux que sont le théâtre de plateau, le genre du théâtre-danse qui s'appuie sur le caractère plastique de la parole et la dramaturgie du corps, le registre de la tragi-comédie et la forme du montage séquentiel destinée à créer un "espace de projection mentale", à un texte du répertoire.

A savoir le drame "Richard III" de William Shakespeare, qu'elle qualifie de "monstre de verbe", et ce non pour explorer la question ontologique du mal ou cerner la figure du personnage-titre mais pour sonder l'univers de ce dernier à travers sa focale de prédilection que constitue la systémie intrafamiliale.

En l'occurrence, cela fonctionne de manière tout aussi intéressante au plan conceptuel que convaincante dans sa transposition scénique car Nathalie Béasse travaille sur - et avec - la pâte humaine, ce qui la démarque radicalement de ses homologues contemporains cantonnés dans une posture formelle.

Sous la réserve toutefois de connaître, au préalable, l'historique de la Guerre des Deux Roses, lutte intestine pour le pouvoir qui, en Angleterre au 15ème siècle, a opposé les deux branches de la dynastie des Plantagenêts, les maisons de Lancastre et d'York et son ultime épisode que constitue l'accession au trône sanglante et meurtrière de Richard de Glocester, frère cadet du roi régnant, qui né difforme, estropié et contrefait, mais aussi subtil et fourbe.

Si elle ne modifie pas la trame narrative du drame shakespearien, elle n'en garde que des bribes textuelles dispensées en langue originale et, principalement, en français dans une efficace traduction "modernisée" de Jean-Michel Déprats, au sein d'un montage de scènes - que Nathalie Béasse présente comme la concrétisation du sous-texte - placées de manière inattendue sous un registre qui déplace le drame vers la tragi-comédie dont plusieurs en mode chorégraphique, de la danse de cour à la marche guerrière, dont la choralité retrace la communauté familiale.

Sur un plateau quasiment vide, le spectacle se déroule comme une fresque cinétique très inventive dans une monochromie de beige grisé, avec ses plans larges que sont les scènes chorales et ses zooms monologaux, qui s'affranchit de la contextualisation historique et use des récurrences scénographiques béassiennes que sont l'utilisation de grandes pièces de tissus qui se font tant rideaux de théâtre que emblèmes vestimentaires et le cabinet de curiosités avec sa collection taxidermique composée des prédateurs et de leur proie, métaphores anthropomorphiques.

Une immense table, symbole polysémique, de la conviviale table de banquet à la conflictuelle table de négociation, scande la partition dans laquelle, en outre d'interpréter les autres protagonistes masculins, Etienne Fague, Karim Fatihi, Erik Gerken et Clément Goupille s'échangent le rôle de Richard III dans ses relations avec les figures familiales masculines et surtout celles féminines en se confrontant aux Reines déchues, femmes clairvoyantes, mères douloureuses et veuves déchirées, interprétées par Sabrina Delarue, Béatrice Godicheau et Anne Reymann.

Sous la direction rigoureuse de Nathalie Béasse, tous sont excellents et, nonobstant l'insertion de quelques dispensables virgules métathéâtrales, sa proposition, qui inclut en sus de belles incursions plasticiennes et des ruptures loufoques tout en évitant l'exercice de style, s'avère réussie et résolument roborative.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=