Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marilyn Manson
The Pale Emperor  (Hell Etc / Cooking Vinyl Limited)  janvier 2015

Avec un pied ancré dans la quarantaine et l'autre fermement campé dans les années qui ont fait son succès, Marilyn Manson sort un neuvième opus, au titre - encore une fois - équivoque.

Après une série d'albums ayant difficilement remporté le succès commercial et critique qui fut le sien au début de sa carrière, le musicien aborde sa musique avec un souffle nouveau, s'apparentant à une épiphanie stylistique.

Du coup, le Manson 2015 débarque avec un style vestimentaire moins flamboyant et d'une blancheur angélique. Mais comme l'apparence demeure souvent trompeuse, le nouvel opus garde un indice probant de la personnalité retorse de l'artiste : il faut dire que chez Manson l'image a toujours été manipulée et utilisée à des fins marketing et commerciales, une marque de fabrique puisant tant dans la provocation que l'édification, à la fois artisans de sa célébrité et de sa mauvaise réputation.

De fait, The Pale Emperor se construit en partie comme tous les albums précédents de Marilyn Manson et flirte langoureusement sur des notions dichotomiques propres à notre société. Un exercice typique à l'artiste qui ici se personnifie avec évidence dans des paroles contradictoires ("Mephistopheles of Los Angeles") voire carrément opposées ("We're killing strangers so we don't kill the ones that we love").

La voix plus tendue que jamais, les développements rugueux et passionnés du chant de l'artiste singent un apaisement trompeur, renforcé par une avalanche de guitares sèches ("Fated, Faithful, Fatal"). Un duo presque improbable, au regard de l'individu et des lourdes guitares qui ont longtemps constitué son attelage.

Pourtant, The Pale Emperor convainc avec ce lustre lisse, imprimé par le vernis vocal d'un Manson maître de son organe comme jamais auparavant. Produit aux côtés de Tyler Bates, l’album s’offre des développements épiques, presque délicats et surtout très humains. Si Manson a toujours su chanter les sentiments avec une douloureuse précision, les productions lancinantes de Bates remplacent avec efficacité celles jadis plus nerveuses d’un Twiggy Ramirez et offrent ainsi un visage plus acceptable au chanteur.

Pour autant, n’allez pas croire que The Pale Emperor est un album plus sage que ses prédécesseurs, mentions bibliques, amour, haine, violence et hypocrisie sont toujours fidèle au rendez-vous. Faire du neuf avec du vieux ? C’est à peu près cela, à l’exception près que Manson signe ici son meilleur album depuis presque une décennie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Golden Age of Grotesque de Marilyn Manson
La chronique de l'album Eat me, drink me de Marilyn Manson
Marilyn Manson parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album Heaven Upside Down de Marilyn Manson
Marilyn Manson en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Marilyn Manson en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Marilyn Manson en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Marilyn Manson
Le Myspace de Marilyn Manson
Le Facebook de Marilyn Manson


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=