Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Panda Bear
Panda Bear Meets The Grim Reaper  (Domino)  janvier 2015

Coupons court à tout suspens, ce disque est une véritable déception. D’autant plus si vous êtes, ou avez été, au vu de la tournure que prennent les choses, un fan d’Animal Collective ou des efforts solos de Noah Lennox. J’ai longtemps considéré Animal Collective et donc par concomitance naturelle Panda Bear, comme un groupe enthousiasmant, palpitant même parfois (Sung Tongs, Merriweather Post Pavilion). Et puis les fulgurances musicales se sont transformées en formules et la formule en auto parodie.

Alors que reste-t-il de nos amours (l’âpre Tomboy en 2011, le fantastique, non, le génial Person Pitch sorti en 2007) avec Panda Bear à l’aune de ce nouveau disque ? Eh bien malheureusement, malgré tout le bien que nous pouvons penser de sa musique, pas grand-chose. S’il y a beaucoup d’intelligence dans ce disque, elle est noyée dans une masse confuse, où règne l’esbroufe (merci Sonic Boom) et pas mal de facilité. Panda Bear habille le squelette de chanson pop, souvent construit autour de divers samples, d’électronique bancale et rabâchée, de psychédélisme facile, de rythmes hip-hop à l’agogie mal fichue où tout finit par se mélanger, par se ressembler. Déconcertant quand on sait que l’Américain envisage ses disques comme un éternel recommencement, une fuite en avant… Derrière cette profusion (et non luxuriance nuance) sonore, ce qui saute aux yeux (outre le fait que Noah Lennox tourne sérieusement en rond), c’est le manque de chaire, de vivant, un certain côté désincarné. On cherche encore si ce disque s’adresse aux pieds, à la tête ou au cœur, tant il se perd dans toutes les directions…

Ce Panda Bear Meets The Grim Reaper semble être considéré comme une bonne porte entrée dans l’univers de Noah Lennox. C’est peut-être parce qu’il est le plus tiède, le plus facile et le plus édulcoré. Et ce n’est pas ce que nous aimons et recherchons chez lui. Ce qui est d’autant plus triste, c’est que dans cette cacophonie, on sent parfois ce que ce disque aurait pu être, ce qu’est toujours capable de faire Noah Lennox avec des titres comme "Tropic Of Cancer", "Lonely Wanderer" ou "Boys Latin". Très peu, trop peu pour susciter un quelconque émoi. Ce qui passe chez des musiciens moyens ne passe pas quand on a affaire à ce genre d’artiste. Dommage oui, vraiment dommage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Panda Bear en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Panda Bear
Le Facebook de Panda Bear


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Feur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=