Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Ratés
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  février 2015

Comédie de Natacha De Pontcharra, mise en scène de Fanny Malterre, avec Jean-Christophe Allais, Jean-Yves Duparc et Rainer Sievert.

"Les Ratés", les jumeaux Jef et Jeffie, sont "faits comme des rats" et pour eux l'expression courante doit également être entendue au sens premier des termes.

En effet, ils sont inéluctablement piégés, dès leur naissance, par la fatalité génétique leur assignant un destin tragique en ce qu'elle induit, dans un monde cruel et paradoxal fortement attaché à la norme alors même qu'est prôné le droit à la différence, la fatalité sociale de l'exclusion par la marginalisation.

Car, suite à un accident génétique, qui résulte non d'une mutation aberrante mais de la résurgence d'une tare familiale introduite par un arrière-grand père, ils sont de petits hommes à têtes de rat. Alors comment vivre - survivre - à l'extérieur du monde avec toute cette souffrance accumulée et pour seul soutien un père résigné ?

Conte fantastique et fable sociale ordonnée autour de la symbolique du rat et se situant à la croisée des genres entre Brecht, Kafka, Copi et Bohumil Hrabal, la structure dramaturgique de l'atypique et singulière partition de Natacha de Pontcharra se déploie à partir d'une écriture ciselée qui restitue la parole de ces hommes simples, au vocabulaire pauvre et à la syntaxe approximative, les mots des pauvres gens comme chantait Léo Ferré, qui traduisent une pensée formelle mal structurée.

Avec un discernement et une intelligence rares, Fanny Malterre met en scène cette partition sensible et violente dans le registre de la tragi-comédie burlesque en se gardant, fort judicieusement, de verser tant dans l'illustration que l'anecdotique.

Elle a opté pour l'économie de moyens scénographiques et misé sur la dramaturgie du corps. Point de grimage pour signifier le handicap physique mais des mimiques de rongeur subtilement délivrées et un jeu sobre, ni caricatural ni compassionnel, pour délivrer la parole de ces êtres à l'humanité niée devenus des bombes à retardement.

La direction d'acteur est affirmée et l'interprétation, délivrée par des comédiens aguerris au verbe funambule et au registre composite s'avère exceptionnelle.

Assis des tabourets placés sur une petite estrade tels des naufragés sur un radeau, tous trois collés comme les rats dans leur nid, les officiants racontent cette histoire, la sidération première, l'enfance cagoulée, l'astuce pour dissimuler leur disgrâce, et puis l'inexorable enchaînement qui conduit au désastre.

Allure bonhomme, Jean-Yves Duparc campe parfaitement un père à l'oeil humide et tendre qui, sans y croire vraiment, tente de contrer l'adversité. Jean-Christophe Allais apporte au jumeau le plus désarmé, l'innocent, la bouleversante fragilité de l'enfance blessée et Rainert Sievert réussit une fascinante incarnation du frère lucide et sagace qui va assumer l'animalité qui lui est attribuée.

L'émotion qui affleure sous le rire que suscite l'apparente cocasserie des dialogues, un rire réflexe qui traduit sans doute sinon un malaise du moins une vraie réaction - trouble, empathie, mauvaise conscience ? vaste est la gamme des possibles - se développe presque en sourdine, s'amplifie au fur et à mesure qu'est pressentie l'inéluctabilité d'un terrible dénouement, et, tel un raz-de-marée, submerge en laissant le spectateur pantelant.

Pour que puisse être changé le regard sur l'altérité.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=