Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Wedding Present - 3 Guys never in
La Maroquinerie  (Paris)  16 mars 2005

On ne l'attendait même plus sur une scène le beau brun qui a bercé notre jeunesse. Le Wedding Present démantelé, les Cinerama en demie teinte, on avait fait inconsciemment une croix sur l'existence artistique de David Gedge.

Et puis un jour, coup de théâtre, un mail de Talitres qui nous informe qu'un album du Wedding arrive bientôt ! Surprise, étonnement, joie ! David se serait il encore fait largué, lui ayant redonné le goût à la vie et à la musique rock ? Est ce la mort de John Peel, fan de toujours du groupe, qui fût le déclencheur ?

Bref, le fait est que ce nouvel album est donc sorti, qu'il est à la hauteur de la réputation du groupe et malgré quelques légères faiblesses fera sans doute partie des albums du Wedding indispensables à tout fan.

Ainsi ce soir à la Maroquinerie, pleine à craquer, il flotte un léger vague à l'âme, une nostalgie et surtout une excitation comme rarement dans une salle parisienne.

Avec un peu de retard, et devant une salle comble, les 3 Guys Never In sont accueilli sobrement par un public qui a la tête ailleurs (comme JP, notre chroniqueur en train d'interviewer David Gedge dans les loges).

Les 3 mecs sont bien là pourtant et dans un line up peu courant (guitares, basse et chant sans batterie) ils saluent timidement d'un "Salut" et ajoute devant un public bien silencieux "On joue pas très longtemps".

Pourtant le pop rock des 3 Guys Never gagne à être connus et si on peut déceler encore quelques hésitations sur scène, et une certaine immobilité, les morceaux découverts sur leur premier album restent prometteurs.

La sobre prestation des 3 jeunes nantais passée, l'excitation du public gagne encore en intensité ... ça gigotte, ça rigole, la tension est dans l'air et remplace avantageusement la fumée de cigarette aujourd'hui interdite à la demande de Gedge lui même grand pourfendeur de fumeurs devant l'éternel.

La scène se met doucement en place de la main de la bassiste assistée d'une roadie et du guitariste. La machine Wedding Present reste artisanale et déjà nous plonge dans l'ambiance d'un succès annoncé.

Lumière noire, arrivée de la bassiste, puis du guitariste et du batteur pour une intro un peu planante, David arrive à son tour, ovation... guitare qui ne marche pas ... Pas grave, souriant, David va trifouiller dans une mallette et change son câble ...La guitare vibre enfin ... le show peut commencer !

Dès lors, plus de répit ni sur scène ni dans la salle, ça pogotte à tout va et David et ses musiciens s'en donnent a coeur joie. Visiblement ravi d'être ici il tente quelques mots de français et quelques plaisanteries, se rappelant sont premier concert à Paris en 1986, s'étonnant lui même de sa bonne forme à son âge ("mais c'est parce que je ne fume pas" nous explique t il).

Tour à tour accroché à son micro, gesticulant ou arcbouté sur sa guitare, David fait des merveilles et déborde d'énergie. Toujours aussi incisif il sait alterner à la perfection le calme et la tempête, transformer quelques unes des plus belles chansons d'amour (ou plutôt de rupture) pop en d'incroyables brulôts punk rock imparables.

Les titres du nouvel album se mêlent parfaitement aux autres classiques du genre tel que "Go Go Dancer" ou "Queen of outer space". Une incroyable unité pour un groupe de 20 ans d'existence !

Captivant, le concert d'une heure trente seulement passe bien vite, les chansons s'enchaînant à un rythme d'enfer. Pourtant plus de 20 chansons nous auront été offerte ce soir là même si fidèle à lui même il annonce qu'il ne font toujours pas de rappel.

A quoi bon ? Pas d'artifice avec Gedge et sa bande, c'est tripal, c'est entier et tout le monde ressort avec le sourire ... et David, en sueur se retrouve presque aussitôt sur le stand merchandising saluant et remerciant ses fans. Du beau boulot, une belle attitude ... sans doute un des derniers dinosaures du rock ' n roll comme on l'aime... pourvu qu'il vive vieux... et qu'il tombe encore amoureux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Seamonsters de The Wedding Present
La chronique de l'album Hit Parade de The Wedding Present
La chronique de l'album Bizarro de The Wedding Present
La chronique de l'album Take fountain de The Wedding Present
La chronique de l'album Search for paradise de The Wedding Present
La chronique de l'album Live de The Wedding Present
La chronique de l'album Valentina de The Wedding Present
Articles : The Wedding Present - Le retour
The Wedding Present en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
The Wedding Present en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The Wedding Present en concert au Trabendo (25 octobre 2005)
The Wedding Present en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
The Wedding Present en concert à L'Ubu (lundi 22 octobre 2012)
La conférence de presse de David Gedge - The Wedding Present (12 août 2005)
La chronique de l'album eponyme de 3 Guys Never In

En savoir plus :

Le site officiel des Wedding Present : www.scopitones.co.uk

Crédits Photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=