Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rupture à domicile
Comédie Bastille  (Paris)  février 2015

Comédie écrite et mise en scène par Tristan Petitgirard, avec Olivier Sitruk, Hélène Seuzaret et Benoit Solès.

La rupture est un mauvais moment à passer et surtout pour celui qui en est à l'origine et qui n'a pas le courage d'assumer sa décision.

A l'alternative de la lâcheté que constituaient la technique de la poudre d'escampette avec fuite sans arme ni bagage et la stratégie du pourrissement afin de rendre la vie insupportable pour l'autre pour le conduire à prendre l'initiative de la rupture, la fertile imagination des prestataires de services vient d'ajouter une troisième voie, celle de la rupture par personne interposée.

A ce titre, le slogan de l'agence "Rupture à domicile" est explicite - "Vous n’osez pas lui dire ? On le fait à votre place…". Mais le monde est petit et voici son fondateur aussi surpris que désemparé quand il doit officier auprès non d'une inconnue mais de la femme qu'il a aimé et qui, quelques années auparavant, l'a quitté sans tambour ni trompette et que surgit le commanditaire qui a changé d'avis.

A partir de cette intrigue originale à la tension explosive, Tristan Petitgirard a écrit une jubilatoire comédie douce-amère qui propose une inédite et originale déclinaison de la thématique classique et intemporelle, celle du couple, en l'ancrant dans la contemporanéité.

De surcroît, comme il connaît ses classiques, il a conçu une partition virtuose par le mélange des genres, ceux du vaudeville, avec ses fondamentaux que sont le comique de situation et le quiproquo, de la comédie de boulevard avec sa divertissante variation sur le triangle amoureux et de la comédie romantique colorée de l'humour incisif, voire cruel, emprunté à la comédie de moeurs qui, en l'espèce, est également mise à contribution par la peinture de quadras irrésolus face à l'amour.

Cette hybridation émérite s'inscrit dans la filiation de la comédie guitryenne avec cette fausse légèreté résultant de désopilantes joutes verbales coexistant avec la froide ironie qui accompagne la lucidité de la peinture sociale, en l'occurrence, celle d'une certaine génération désabusée et frileuse, peut-être parce qu'immature, représentée par des personnages partagent le même désenchantement quant à l'éphéméréité de l'amour et chacun a trouvé sa manière d'affronter cette terrible réalité, le renoncement, la résignation optimiste ou la frivolité.

Cerise sur le gâteau, la partition témoigne d'une écriture dramatique maîtrisée, de dialogues efficaces et de caractères justes qui soutiennent une partition truffée d'une succession de rebondissements à engrenage qui conduisent à un dénouement inattendu.

La mise en scène de l'auteur est à l'avenant. Tristan Petitgirard dirige un épatant trio d’acteurs qui assume avec brio les incessants changements d'humeur et de registre émotionnel de leur personnage.

La confrontation entre rivaux est menée de main de maître par Olivier Sitruk, qui alterne entre ex énamouré et maître du jeu machiavélique, et Benoît Solès qui se révèle désopilant dans la posture du don juan faussement décomplexé.

racieuse et pétillante, Hélène Seuzaret campe, de manière aussi délicieuse que convaincante, l'archétype de la femme arc-en-ciel toute en contraste sinon en contradiction, aussi vulnérable que déterminée, qui louvoie entre "ses" deux hommes, et comme en amour femme fait loi...

De quoi conduire au succès cette excellente comédie parfaitement dispensée.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 décembre 2017 : Ah que coucou !

Tout le monde à suffisamment, largement, exagérément parlé de la mort de Johnny. Pour cette édition de Froggy's Delight, rien sur la vieille canaille, que du neuf, du sautillant, du pétillant et de l'excitant. C'est parti pour la sélection de la semaine, de quoi piocher vos idées de Noël.

Du côté de la musique :

"L'empreinte" de Angel Fall
"Too many things to light" de Black Car Crossin'
"Le violon de Proust" de Gabriel & Dania Tchalik
"Dreameater" de Garciaphone
"A kind of magic" , Jazz Loves Disney 2 avec George Benson, Jamie Cullum, Eric Cantona, Madeleine Peyroux, Bebel Gilberto...
Riviera, Nuits Blondes, The Newtons dans une sélection single & EP
"Vocalises" de Romain Leleu & Thiierry Escaich
"Vestida de nit" de Silvia Pérez Cruz
"Vive la patate libre !" de Stéphane Blek
et toujours :
"Handel : Shades of love, Italian cantatas" de Anna Kasyan
"The thread" de Lysistrata
"Jolly new songs" de Trupa Trupa
"Heaven upside down" de Marilyn Manson
"Besame mucho" de l'Ensemble Contraste & Orchestre Philarmonique Royal de Liège
"Royaume EP" de La Féline
"Babylone EP" de La Jarry
"La caverne" de Lande
"Après l'orage" de Nour
"Renaissance" de Pépite
Interview de Bajram Bili

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Empire des lumières" à la MC93 à Bobigny
"Le dernier voyage de Sinbad" au Théâtre 13/Seine
"Quitter la terre" au centre Culturel Suisse
"Adieu Ferdinand ! - Le Casino de Namur" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Adieu Ferdinand ! - Clémence" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Chambre de Marie Curie" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Trio en mi bémol" au Théâtre de l'Opprimé
"Pierre Palmade - Aimez-moi !" au Théâtre du Rond-Point
"Youpi c'est reparti !" au Cabaret La Nouvelle Eve
"La croisière ça use !" au Théâtre Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre Edgar
"Apzurde !" au Théâtre Trévise
"Stomp" aux Folies Bergère
"Les Réformés" au Kibélé
des reprises à ne pas rater :
"Berlin 33" au Théâtre de Belleville

"C'est la guerre" au Théâtre Essaion
et les chroniques des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"Jean Echenoz - Roman Rotor Stator" au Centre Pompidou
"Icônes et arts chrétiens d'Orient" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour "Anders Zorn - Le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Lucky de John Carroll Lynch
"Soleil battant" de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz
"La Fiancée du désert" de Cecilia Atán et Valeria Pivato
Ciné en bref avec :
"Les Gardiennes" de Xavier Beauvois
"Marvin ou la belle éducation" de Anne Fontaine
"Battle of The Sexes" de Jonathan Dayton et Valerie Faris
"Plonger" de Mélanie Laurent
"Tueurs" de François Troukens et Jean-François Hensgens
"Le brio" de Yvan Attal
"Le Bonhomme de neige" de Tomas Alfredson
"Bad Moms 2" de Scott Moore et Jon Lucas
les chroniques des autres sorties de décembre
et les chroniques des sorties de novembre

Lecture avec :

"L'espionne" de Paulo Coelho
"La belle sauvage" de Philippe Pullman
"La lagune" de Armand Marie Leroi
"La vallée du diable" de Anthony Pastor
"Le journal d'Anne Frank" de Ari Folman et David Polonsky
"Quattrocento" de Stephen Greenblatt
"Retour sur Belzagor : Tome 1" de Robert Silverberg, Philippe Thirault et Laura Zuccheri
et toujours :
"Après la chute" de Dennis Lehane
"L'araignée de Mashhad" de Mana Neyestani
"L'une pour l'autre" de Hilding Sandgren
"La disparue de noël" de Rachel Abbott
"La faute de l'orthographe" de Arnaud Hoedt, Jérôme Piron et Kevin Matagne
"Une vie exemplaire" de Jacob M. Appel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=