Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rupture à domicile
Comédie Bastille  (Paris)  février 2015

Comédie écrite et mise en scène par Tristan Petitgirard, avec Olivier Sitruk, Hélène Seuzaret et Benoit Solès.

La rupture est un mauvais moment à passer et surtout pour celui qui en est à l'origine et qui n'a pas le courage d'assumer sa décision.

A l'alternative de la lâcheté que constituaient la technique de la poudre d'escampette avec fuite sans arme ni bagage et la stratégie du pourrissement afin de rendre la vie insupportable pour l'autre pour le conduire à prendre l'initiative de la rupture, la fertile imagination des prestataires de services vient d'ajouter une troisième voie, celle de la rupture par personne interposée.

A ce titre, le slogan de l'agence "Rupture à domicile" est explicite - "Vous n’osez pas lui dire ? On le fait à votre place…". Mais le monde est petit et voici son fondateur aussi surpris que désemparé quand il doit officier auprès non d'une inconnue mais de la femme qu'il a aimé et qui, quelques années auparavant, l'a quitté sans tambour ni trompette et que surgit le commanditaire qui a changé d'avis.

A partir de cette intrigue originale à la tension explosive, Tristan Petitgirard a écrit une jubilatoire comédie douce-amère qui propose une inédite et originale déclinaison de la thématique classique et intemporelle, celle du couple, en l'ancrant dans la contemporanéité.

De surcroît, comme il connaît ses classiques, il a conçu une partition virtuose par le mélange des genres, ceux du vaudeville, avec ses fondamentaux que sont le comique de situation et le quiproquo, de la comédie de boulevard avec sa divertissante variation sur le triangle amoureux et de la comédie romantique colorée de l'humour incisif, voire cruel, emprunté à la comédie de moeurs qui, en l'espèce, est également mise à contribution par la peinture de quadras irrésolus face à l'amour.

Cette hybridation émérite s'inscrit dans la filiation de la comédie guitryenne avec cette fausse légèreté résultant de désopilantes joutes verbales coexistant avec la froide ironie qui accompagne la lucidité de la peinture sociale, en l'occurrence, celle d'une certaine génération désabusée et frileuse, peut-être parce qu'immature, représentée par des personnages partagent le même désenchantement quant à l'éphéméréité de l'amour et chacun a trouvé sa manière d'affronter cette terrible réalité, le renoncement, la résignation optimiste ou la frivolité.

Cerise sur le gâteau, la partition témoigne d'une écriture dramatique maîtrisée, de dialogues efficaces et de caractères justes qui soutiennent une partition truffée d'une succession de rebondissements à engrenage qui conduisent à un dénouement inattendu.

La mise en scène de l'auteur est à l'avenant. Tristan Petitgirard dirige un épatant trio d’acteurs qui assume avec brio les incessants changements d'humeur et de registre émotionnel de leur personnage.

La confrontation entre rivaux est menée de main de maître par Olivier Sitruk, qui alterne entre ex énamouré et maître du jeu machiavélique, et Benoît Solès qui se révèle désopilant dans la posture du don juan faussement décomplexé.

racieuse et pétillante, Hélène Seuzaret campe, de manière aussi délicieuse que convaincante, l'archétype de la femme arc-en-ciel toute en contraste sinon en contradiction, aussi vulnérable que déterminée, qui louvoie entre "ses" deux hommes, et comme en amour femme fait loi...

De quoi conduire au succès cette excellente comédie parfaitement dispensée.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=