Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rupture à domicile
Comédie Bastille  (Paris)  février 2015

Comédie écrite et mise en scène par Tristan Petitgirard, avec Olivier Sitruk, Hélène Seuzaret et Benoit Solès.

La rupture est un mauvais moment à passer et surtout pour celui qui en est à l'origine et qui n'a pas le courage d'assumer sa décision.

A l'alternative de la lâcheté que constituaient la technique de la poudre d'escampette avec fuite sans arme ni bagage et la stratégie du pourrissement afin de rendre la vie insupportable pour l'autre pour le conduire à prendre l'initiative de la rupture, la fertile imagination des prestataires de services vient d'ajouter une troisième voie, celle de la rupture par personne interposée.

A ce titre, le slogan de l'agence "Rupture à domicile" est explicite - "Vous n’osez pas lui dire ? On le fait à votre place…". Mais le monde est petit et voici son fondateur aussi surpris que désemparé quand il doit officier auprès non d'une inconnue mais de la femme qu'il a aimé et qui, quelques années auparavant, l'a quitté sans tambour ni trompette et que surgit le commanditaire qui a changé d'avis.

A partir de cette intrigue originale à la tension explosive, Tristan Petitgirard a écrit une jubilatoire comédie douce-amère qui propose une inédite et originale déclinaison de la thématique classique et intemporelle, celle du couple, en l'ancrant dans la contemporanéité.

De surcroît, comme il connaît ses classiques, il a conçu une partition virtuose par le mélange des genres, ceux du vaudeville, avec ses fondamentaux que sont le comique de situation et le quiproquo, de la comédie de boulevard avec sa divertissante variation sur le triangle amoureux et de la comédie romantique colorée de l'humour incisif, voire cruel, emprunté à la comédie de moeurs qui, en l'espèce, est également mise à contribution par la peinture de quadras irrésolus face à l'amour.

Cette hybridation émérite s'inscrit dans la filiation de la comédie guitryenne avec cette fausse légèreté résultant de désopilantes joutes verbales coexistant avec la froide ironie qui accompagne la lucidité de la peinture sociale, en l'occurrence, celle d'une certaine génération désabusée et frileuse, peut-être parce qu'immature, représentée par des personnages partagent le même désenchantement quant à l'éphéméréité de l'amour et chacun a trouvé sa manière d'affronter cette terrible réalité, le renoncement, la résignation optimiste ou la frivolité.

Cerise sur le gâteau, la partition témoigne d'une écriture dramatique maîtrisée, de dialogues efficaces et de caractères justes qui soutiennent une partition truffée d'une succession de rebondissements à engrenage qui conduisent à un dénouement inattendu.

La mise en scène de l'auteur est à l'avenant. Tristan Petitgirard dirige un épatant trio d’acteurs qui assume avec brio les incessants changements d'humeur et de registre émotionnel de leur personnage.

La confrontation entre rivaux est menée de main de maître par Olivier Sitruk, qui alterne entre ex énamouré et maître du jeu machiavélique, et Benoît Solès qui se révèle désopilant dans la posture du don juan faussement décomplexé.

racieuse et pétillante, Hélène Seuzaret campe, de manière aussi délicieuse que convaincante, l'archétype de la femme arc-en-ciel toute en contraste sinon en contradiction, aussi vulnérable que déterminée, qui louvoie entre "ses" deux hommes, et comme en amour femme fait loi...

De quoi conduire au succès cette excellente comédie parfaitement dispensée.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Democracy in America" à la MC 93 à Boboiny
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=