Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Flake Music
When your land here, it's time to return  (Sub Pop Records /PIAS)  novembre 2014

Je l'avoue, j'ai suivi de très loin l'évolution du label Sub Pop depuis le milieu des années 90.

Je savais qu'il avait tourné le dos au rock gras des années grunge, époque où les sorties de Mudhoney, The Melvins, Nirvana ou Tad étaient pour moi du pain béni. J'étais du coup assez curieux de m'intéresser à un disque Sub Pop de 2014. Même s'il s'agit d'une réedition de l'album de Flake Music initialement sorti en 1997, exit les cheveux longs, l'hybride métal-punk-pop, les guitares saturées. A l'époque où le groupe enregistre le disque When your land here, it's time to return, James Mercer a déjà fondé un deuxième projet nommé The Shins.

The Shins vont très vite avoir un succès d'estime assez important dans l'univers de la pop indépendante. Et Flake Music va passer à la trappe, leur album également. Enregistré donc en 1997 et sorti sur une petite structure de Caroline du Nord, Omnibus Records, il est ici réedité, remixé et remasterisé. L'artwork a été retravaillé pour l'occasion. Un bel et fameux objet pour les fans de The Shins qui ne connaissaient pas ou peu le groupe qui les a précédé. Sur la bio accompagnant le disque, il est mentionné que chaque membre participait au songwriting et qu'il s'agissait réellement d'un travail de groupe.

Il est évident, à la première écoute que la musique des Beatles, de Big Star ou de Badfinger a bercé ces musiciens. A un niveau de comparaison plus proche, on pourrait les rapprocher d'un Superchunk en version "light", d'un Weezer sans distortion, d'un Silver Jews plus nerveux, d'un dB's plus moderne. Le son est clair et limpide, la guitare cinglante mais toujours propre (point trop n'en faut). Une musique qui mettra les fans du genre de bonne humeur le matin. Car il s'agit de chansons souvent légères, comme marquées par un soleil de printemps. Pas d'été, car pas de canicule ni d'orage. J'ai l'impression que Flake Music se sert de l'héritage du rock'n'roll de la fin des années 50 / début 60's pour composer une musique sautillante, simple mais énergique. Ce lien avec le rock primitif vient en fait de la guitare si naturelle, sans artifice (bon, un peu de disto et d'effets par-ci par-là) qui me rappelle Carl Perkins ou Chuck Berry. La production est clean (fans de Guided By Voices ou autres poppies cradingues, attention !) et les compositions dégagent un positivisme à toute épreuve. Il y a une similitude avec la scène émo-pop de la fin des 90's, ce qui tombe pile-poil avec la date initiale du disque.

C'est donc un album sorti en pleine hype du genre, ce qui a d'ailleurs certainement causé du tort à son succès, étouffé par les dizaines de groupes similaires, et pour finir, atrophié par le nouveau groupe de James Mencer, tTe Shins, qui enterre Flake Music et le porte au rang de groupe pseudo-culte d'un milieu friand de ce genre de découverte. Mais il faut rappeler que Flake Music a eu son heure de gloire lors de tournées en première partie de Modest Mouse. Le petit plus musical, artistiquement parlant, réside dans ce petit grain de folie faisant penser à certaines productions de Pavement (en plus clean) et des plans de rock'n'roll un peu plus tordus que chez la plupart des artistes de ce style. Ma chanson préférée ? La deuxième : "Blast valve". Etant donné que ce style n'est pas ma tasse de thé, à quelques exceptions près, je préfère garder comme souvenir ce côté un peu funky d'un groupe qui, certes n'a pas inventé l'eau tiède, mais qui ravira un certain public, j'en suis convaincu.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Flake Music
Le Myspace de Flake Music


Loïc Silence         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=