Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Struggle
Interview  (Montreuil)  lundi 15 décembre 2014

Struggle, c'est un hommage à la protest song inspiré par l'oeuvre de Woody Guthrie. Rencontre avec deux des protagonistes de Struggle, pour en savoir un peu plus sur ce projet pas commun mais très attachant.

Il y a une heure encore, je ne vous connaissais pas ! Pouvez-vous vous présenter ?

Sébastien Martel : (en anglais) "I am Sebastien Martel, I grew up in Anger. I'm a farmer." Je suis un néo-citadin. C'est bien pour ça que je vis à Montreuil et pas intra-muros, sinon je n'y arriverais pas. Cela fait 25 ans que je suis ici, je fais de la musique, de la musique plutôt bricolée, comme ce projet Struggle. C'est de la protest song, country-folk révolutionnaire, à notre sauce.

Dorothée Munyaneza : Je m'appelle Dorothée Munyaneza, je suis originaire du Rwanda. Je suis chanteuse et danseuse, j'habite à Marseille avec mon époux et nos deux enfants. Avant ça, j'ai grandi au Rwanda, jusqu'à mes 12 ans, puis nous sommes partis vivre à Londres pendant beaucoup d'années, environ 14 ans et maintenant j'habite en France.

Comment s'est passée votre rencontre ?

Sébastien Martel : On s'est rencontré au sein d'une création chorégraphique de Alain Buffard, un chorégraphe fabuleux qui est décédé il y a presque un an, le 21 décembre. (ndlr : interview enregistrée en décembre 2014). C'était une pièce dédiée à la musique, à l'oeuvre de Kurt Weill, moi j'étais musicien et Dorothée était chanteuse, danseuse, comédienne. La pièce était interprétée par des africains ou afro-américains et un français. On a tourné pendant trois ans.

Dorothée Munyaneza : C'est là que l'on s'est rencontré, j'étais en train de lui couper les cheveux, je m'en souviendrai toujours. J'ai adoré ce moment là, on s'est raconté nos histoires, il m'a parlé de Woody Guthrie, je ne le connaissais pas à cette époque, il m'a dit : "Ce serait bien que tu écoutes, on va faire un truc ensemble."

Sébastien Martel : Je l'ai d'abord invité à un concert (un piège !) au China Club, un soir d'automne, elle rentrait du Sénégal complètement lessivée ; elle répétait dans l'avion et on a répété deux heures avant, c'était infernal, les gens parlaient, un véritable combat... Je lui ai dit, je te promets qu'un jour on jouera dans de bonnes conditions. J'ai eu l'opportunité par Asterios, qui s'intéressait à mon travail sur Woody Guthrie, de faire quelque chose aux Bouffes du Nord (ndlr : une superbe salle parisienne au métro La Chapelle), là je me suis dis, bon, ok. En fait, pendant environ 4 ans, j'ai joué du Woody Guthrie dans tous les sens, avec toutes sortes de gens et de manière très spontanée. Par exemple, pendant un festival, je chopais des musiciens que je croisais, je leur expliquais que c'est de la musique populaire folk, c'est très facile pour tout bon musicien de se glisser là-dedans à sa manière et je me suis retrouvé pendant quatre ans dans des situations volontairement inconfortables pour restituer cette musique.

Dorothée Munyaneza : Je me souviens même l'avoir chantée à Marseille en plein Mistral...

Sébastien Martel : Oh la la, oui, la vraie poussière dont il parle dans son œuvre, on l'a vraiment vécue... C'était héroïque.

Comment est venu votre attachement à l’œuvre de Woody Guthrie ?

Sébastien Martel : C'est un grand ami à moi, Pierre Walfisz, qui dirige Label Bleu à Amiens et le festival des Musiques de Jazz et d'Ailleurs. Ce festival avait pris pour thème les chants révolutionnaires, chants de lutte, protest song... ça tombait très bien puisque je voulais faire quelque chose autour de Woody Guthrie.

Dorothée Munyaneza : La veille du concert des Bouffes du Nord, j'ai rencontré Catman. Seb m'en avait parlé, "tu vas voir il a des platines, plein de choses...", cette rencontre a été superbe.

Sébastien Martel : J'ai monté ce trio pour cristalliser 4 ans d'improvisation, j'ai pensé à Dorothée, une femme, africaine, talentueuse, elle correspondait parfaitement à ce que je voulais faire et David "Catman" Taieb, autrefois connu sous le nom de DJ Shalom qui a joué avec -M-, il a une facilité à se fondre dans n'importe quel univers et à fabriquer des environnements sonores à base de sons électroniques. Je répétais avec l'un ou l'autre mais jamais ensemble, quelques heures avant le concert aux Bouffes du Nord, on a fait une répétition générale dans une maison du quartier et le concert aux Bouffes du Nord était magique.

Tu aimes l'instant présent et les choses spontanées...

Sébastien Martel : J'ai toujours fait ça, c'est ma manière de faire les choses, j'ai senti chez Dorothée que c'était la bonne personne. Dorothée m'a beaucoup fait penser à Camille. Quand j'ai travaillé avec elle, on essayait des choses, même en concert, une heure avant, Camille me disait : "j'aimerais bien essayer ce morceau, tu veux bien l'apprendre", ça marche ou pas, on s'est planté plein de fois, l'important c'est d'essayer.

Ton projet Struggle, par rapport avec celui de Jil Caplan, Sur la route, comment vous êtes-vous rencontrés ?

Sébastien Martel : C'est un concours de circonstances, une mise en relation par personne interposée. A la base Sur la route devait être un "happening" de lecture de textes. Woody Guthrie étant l'un des mythes fondateurs de la beat generation, je me suis glissé là-dedans.

Mais pourquoi cette passion autour de Woody Guthrie ?

Sébastien Martel : J'ai une grande passion pour tout ce qui se passe aux Etats-Unis jusqu'aux années 50, on va dire le blues, la country-folk, je m'intéresse à ça depuis longtemps, j'ai pas mal travaillé la guitare picking, je me suis fait une étiquette avec ça. Pour Woody Guthrie, j'ai pas mal de copains qui y vont à reculons, ce n'est pas un chanteur flamboyant comme peuvent l'être des grands héros du blues, ce n'est pas un virtuose mais quand on met le nez dans ses histoires, ses textes, ça m'a foudroyé ! Je me suis dit : putain, voilà un type dont tout le monde entend parler dans ce pays au travers de Dylan mais personne ne sait vraiment qui il est, très peu de gens sont capables de chanter un morceau mais beaucoup de gens connaissent son nom, il a une espèce d'aura de fantôme, ces textes sont terriblement d'actualité, il a vécu la crise de 1929, la dépression, les raisins de la colère, d'une autre manière on vit la même chose aujourd'hui dans nos pays occidentaux et ailleurs, c'est bien pire !

Vous pensez qu'en France on a une culture de la protest song ?

Sébastien Martel : Oui, il y a toujours eu des groupuscules, mais ce n'est pas un mouvement aussi répandu... enfin, je ne sais pas, oui, il y a toujours eu des contre-courants, des indignés, heureusement ! Il y a une très belle compilation qu'a sorti le label Born Bad (ndlr : Mobilisation générale : Protest and Spirit Jazz from France 1970 - 1976) à ce sujet, sur des chants révolutionnaires, on retrouve des enregistrements de Brigitte Fontaine et d'autres inconnus.

Quelle est la suite du projet Struggle, une tournée ?

Sébastien Martel : J'aimerais bien diffuser ça et j'aime la rencontre avec les gens.

Dorothée Munyaneza : On lit aussi des textes d'un ouvrage de Woody Guthrie "En route pour la gloire".

Sébastien Martel : On a eu la chance de pouvoir jouer quelques dates aux Etats-Unis, c'est étonnant de ressentir la ferveur des gens. Ils connaissent tous Woody Guthrie, l'hymne national pour les gens de gauche c'est "This Land is Your Land" lors de l'investiture d'Obama, c'est la chanson de Woody Guthrie qui a été chantée ! Dans un autre genre, je connais un new-yorkais qui a monté un groupe et qui chante du George Brassens en français, c'est magnifique.

S'il devait y avoir un album de Woody Guthrie à retenir ?

Sébastien Martel : Bien évidemment Struggle, mais je dirais aussi Ballads of Sacco & Vanzetti pour la musicalité, les chansons sont vraiment superbes.

Retrouvez Struggle
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Struggle

En savoir plus :
Le Soundcloud de Struggle
Le Facebook de Struggle

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Duchamp         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Struggle (15 decembre 2014)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=