Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La bête dans la jungle - La maladie de la mort
Théâtre de la Colline  (Paris)  février 2015

Comédie dramatique d'après la nouvelle éponyme de Henry James adaptée par Marguerite Duras, mise en scène de Célie Pauthe, avec John Arnold, Valérie Dréville et Mélodie Richard.

Célie Pauthe a réuni deux opus littéraires - "La bête dans la jungle" de Henry James et "La maladie de la mort" de Marguerite Duras qu'elle présente sur scène non pas en diptyque mais comme les deux actes d'une même partition en raison de leur l'intertextualité et de leur identité thématique.

Entreprise difficile et hardie en raison des textes originaux - une nouvelle et un roman non dialogué – qui n'étaient pas destinés à la scène, de la transposition complexe de leur écriture - l'elliptique ressassement jamesiens et les durassiennes voix "mentales" - et de la pertinence de leur appariement.

Pour le spectateur qui, sans être un fin exégète des textes précités, ne verse ni dans la louange béate ni dans la critique stérile, cette proposition suscite nombre de réflexions voire de discussions, d'autant qu'elle se combine avec la radicalité des parti-pris de mise en scène, au demeurant très tenue.

En premier lieu, celui de la désincarnation, avec une scénographie glaçante de Marie La Rocca, une enfilade de pièces vides aux lambris gris d'une demeure ancestrale à peine éclairées par les lumières polaires de Sébastien Michaud, métaphore du paysage mental et non lieu de vie, dans laquelle de fantomatiques silhouettes se meuvent au ralenti.

La parole s'y distille selon un tempo bergmanien, extrêmement lent, qui, s'il permet ponctuellement d'instaurer une atmosphère glaçante, en l'espèce, tenu en continu conduit à une anesthésie de l'attention.

Par ailleurs, toute réalité psychologique est écartée du fait du timbre de voix de petite fille avec lequel s'expriment les interprètes féminines, Valérie Dréville et Mélodie Richard.

Au coeur des deux partitions, un homme, campé par John Arnold, et deux déclinaisons de l'homosexualité. Elle est réprimée sinon refoulée chez Henry James car condamnée par la société victorienne, avec pour corollaire une hétérosexualité considérée comme dangereuse, ce qui lui interdit toute engagement affectif "affiché" par peur de la fameuse bête, interdiction pétrifiante dans laquelle il entraîne la femme qui l'aime et qui accepte de nouer avec lui une relation platonique.

Chez Marguerite Duras, la femme amoureuse condamne l'homosexualité de l'homme aimé, orientation sexuelle considérée comme une maladie, une impossibilité d'aimer équivalente à la mort, l'amour ne pouvant être qu'hétérosexuel, et l'incite à la "rédemption" en payant une jeune femme pour découvrir le désir.

Nonobstant le fait que Marguerite Duras ait procédé à une adaptation très libre de la nouvelle de Henry James qu'elle a passé à son moule, le postulat de Célie Pauthe, qui tient à ce que celle-ci contiennent et annoncent les thèmes durassiens, reste sujet à controverses.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=