Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Herman Düne
Mash Concrete metal mushroom.  (autoproduit)  novembre 2003

Sortis à quelques mois d’intervalle, voilà deux excellents albums inattendus. D’Herman Düne, on connaissait les prestations scéniques avant même les disques. Schéma classique des groupes en quête de reconnaissance ? Pas vraiment, puisque d’une part le groupe a acquis sa notoriété (une presse unanime voire dithyrambique, tant outre-atlantique, outre-manche que dans l’hexagone, ce qui relève de l’exploit médiatique), puisque d’autre part le groupe n’a pas acquis la reconnaissance publique. Alors qu’il suffit d’un article enthousiaste pour faire décoller tel groupe ressortissant le rock des années 1970, Herman Düne n’est pas (encore) sur toutes les lèvres.

Et pourtant…Leur premier album Turn off the (bright ?) light, hesitant entre une folk lo-fi classique et une pop-rock plus électrique, les fait entrer dans la cour des grands, celle de Jeffrey Lewis, Lou Barlow… Avec Switzerland Heritage, le groupe assume justement son héritage, mais c’est de l’héritage folk dont il est question.

Le groupe enchaîne les concerts, en Europe et aux Etats-Unis.David Ivar Herman Düne et son frère André Herman Düne en profitent pour élargir leur répertoire. Herman Düne, dit-on, possèderait (déjà) un répertoire de 400 chansons originales. Et personne pour les signer ? !!! Et bien si, tout de même, le groupe est repéré aux Etats-unis par le label américain Shrimper, qui signe entre autres Yo la tengo et Lou Barlow. On leur demande de sortir un album de raretés et inédits.

Adulé par John Peel, les frères franco-suédois sont invités à enregistrer leur Peel Session.

Ces évènements les écartent de l’enregistrement studio, et deux années s’écoulent avant que ne sortent, non pas un, mais deux disques simultanément. Preuve de leur propension à composer. Mas Cambios et Mash Concrete Metal Mushroom sont deux frères jumeaux, qui auraient pu faire partie d’un double cd, l’un étant la face sombre de l’autre, un envers et un endroit.

Frères jumeaux, car on ressent à l’écoute de ces deux album la même impression de sincérité, de générosité, de spontanéité dans l’écriture. A vrai dire, les yeux fermés, on se retrouve volontiers autour d’un feu, sur une plage un soir d’automne. Vision un peu idéaliste de la musique, mais la musique d’Herman Düne, lo-fi, est d’une réelle fraîcheur.

Sur Mas Cambios , pas de fioritures. Guitare, batterie légère, chœurs chanté-parlé, et mélodies légères. La petite flûte de "Red Blue Eyes" impose un ton frivole, comme si Bob Dylan enregistrait au Pérou. Triste sur certaines pistes ("In the summer camp", "Winner Lose", "so not I wanted"), le groupe ne sombre jamais dans la mélancolie gratuite et se reprend avec des balades drôles ("In Auguste") et vecteurs de bonne humeur ("At your Luau Night", "Sunny Sunny Cold Cold day").

De retour en France, le groupe se passe le disque en boucle et en ressent le caractère un tantinet déprimant. Le groupe se replonge en studio pour accoucher d’une nouvelle bizarrerie, Mash Concrete Metal Mushroom, où dès l’intro l’harmonica et le rythme donnent envire de basculer sa tête d’avant en arrière avec un grand sourire. La magnifique chanson "On the Knick", avec toute sa retenue vocale et son riff de guitare proche de la mandoline en accompagnement, fait penser à du Neil Young ayant découvert la joie de la simplicité des arrangements.

D’autres chansons relèvent du pur délire : "Monkey Song" ("I wish my girlfriend was a monkey, I would have her on a linch climbing up the tree, an she could steal o lot of things for me”), "Metal Mash". En fait, ce qui distingue Herman Düne des autres groupes folk lo-fi, c’est leur légèreté, qui permet de faire passer des balades déprimées et déprimantes pour de véritables professions de foi, une foi au bonheur. La dimensions religieuse d’Herman Dûne n’est pas anodine : de temps en temps, le chœur ressemble à celui d’une Eglise, et on se croirait membre des Polyphonic Spree.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003 - 2ème
Herman Düne en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Düne en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Düne en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Düne en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Düne en concert à Angers (22 novembre 2006)
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Fil (9 avril 2009)
Herman Düne en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Düne en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Düne en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Düne en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=