Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ropoporose
Elephant Love  (Yotanka / Differ-Ant)  janvier 2015

Ce n'est jamais facile d'écouter le premier album d'un groupe alors que la seule expérience que l'on a eu avec leur musique jusqu'à lors, ne fut autre que scénique.

Surtout, évidemment, que les prestations de Ropoporose sur scène sont remarquables et c'est d'ailleurs pour cela aussi que l'on attend beaucoup de ce premier disque que l'on peut qualifier de disque de jeunesse puisque le duo / fratrie est encore bien jeune. Non pas que Romain ro...ro) et Pauline (popo) ne pratiquent pas la musique depuis longtemps mais parce que ni l'un ni l'autre ne dépasse les 20 ans.

Bref. Sur scène, le groupe est incroyable, débordant d'énergie et d'inventivité, le sourire toujours aux lèvres. Et si, à la première écoute du disque, on reste sur nos gardes, il faut avouer que ça marche presque tout autant sur disque que sur scène. Belle surprise donc de retrouver ce plaisir de jouer et de partager avec une énergie très communicative.

Musicalement, ça marche aussi assez bien. Jeunes certes mais de cette jeunesse qui a su piocher dans les bons disques de leurs aînés et tirer les bonnes ficelles des nouvelles technologies pour découvrir de façon quasi encyclopédique la musique d'un temps où ils étaient tous petits voire pas nés. D'ailleurs, j'écoutais récemment un ancien épisode du Morceau Caché consacré aux citations dans la musique qui tombe à pique pour parler de Elephant Love. Emission qui disait en substance la chose suivante : "une citation c'est du plagiat, plein de citations c'est de l'érudition".

Et à ce petit jeu, les Ropoporose sont champions. Pas forcément dans l'utilisation, ou plutôt la réinterprétation, de passages connus de tous en provenance directe de leur groupes favoris mais dans la façon sinon scientifique, en tout cas méthodique, de colorer leurs compositions à partir de palettes dont on a déjà vu la couleur dans les années passées. Celles qui ont sans doute vu grandir ces deux jeunes gens et même peut-être un peu plus tôt. Et de ballades en ambiances plus noisy, les Ropoporose proposent un joli échantillon de leur savoir-faire, brassant dans une production sans superflu des sonorités qui rappelleront Sonic Youth, The Organ, Blonde Redhead ou Electrelane.

Ultra frais, totalement décomplexé et archi spontané, cet Elephant Love est un joli premier essai d'un jeune groupe qui n'en restera pas là, leur talent et leur façon de penser leur musique, pleine de clins d'oeil et de contre-pied devraient nous apporter encore bien des réjouissances. Et surtout, n'hésitez pas à les voir sur scène !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ropoporose en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)

En savoir plus :
Le site officiel de Ropoporose
Le Bandcamp de Ropoporose
Le Facebook de Ropoporose


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=