Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laurent Berger
Aller voir  (Estampe / Ulysse Productions)  octobre 2013

On connaissait Laurent Berger sans le connaître, pour avoir vu sa photo dans certains lieux où fleurit, loin des serres médiatiques, une chanson poétique de qualité (Forum Léo Ferré, Limonaire). Et par personnes interposées : Jacqueline Girodet, de l’association Chansons Buissonnières, qui accueille à Grenoble les auteurs-compositeurs pratiquant un art plus exigeant que la moyenne ; Denis Dupas, éminent connaisseur de tout ce qui a trait à Allain Leprest (les récents livres Dernier domicile connu et Gens que j’aime lui doivent beaucoup), qui a accueilli Berger lors de concerts en Bretagne et ne tarit pas d’éloges à son sujet. Croisé au hasard d’une soirée (en même temps que Roucaute, dont on a parlé la semaine dernière), il nous a laissé son disque, que nous avons donc écouté avec un a priori favorable.

A première vue, c’est une chanson intimiste, qui préfère la douceur au cri, la rêverie au rentre-dedans, l’esquisse prometteuse au grand œuvre achevé sans mystère. Laurent Berger chante avec un délicieux accent que l’on ne saurait définir (renseignement pris, il est isérois), donnant une musicalité particulière à sa voix, dont la distinction tranche avec le tout-venant débraillé. Ses chansons courtes (une seule dépasse 3 minutes) sont a priori fort simples… mais la subtilité de l’interprétation et l’écriture serrée, poétisant des sentiments complexes, irréductibles à l’esperanto tubesque, confèrent à l’ensemble une grande profondeur. C’est un piano-voix intégral avec Nathalie Fortin, accompagnatrice de tant d’artistes de qualité – dans la même famille, citons Christian Camerlynck (remercié dans le livret), Francesca Solleville ou Gérard Pierron, avec lequel elle a écrit des musiques sur les derniers textes d’Allain Leprest. Questionné sur ses influences, Laurent Berger nous a justement cité Voce A Mano (basé sur la voix de Leprest et l’accordéon de Richard Galliano) comme exemple de dialogue fécond entre chanteur et instrumentiste. Son album ressemble lui aussi plus à une captation "live" qu’à une création multi-retouchée en studio. On y sent à la fois la chaleur de l’interaction entre interprète et musicienne – mais aussi une nudité due aux arrangements qui n’en font pas des tonnes, enrobent sans épaissir, préférant souligner que surligner.

Laurent Berger, grand et beau gaillard dans la vie, n’a pas peur de donner à entendre une chanson sensible, ce que d’aucuns nommeraient sa "part féminine". De fait, les titres les plus marquants sont peut-être ceux où il se met dans la peau – ou du côté – des femmes, en opposition au désir masculin ("Deux hommes fument sur la rive", "L’épouse d’un grand homme") ou aux débordements d’amants impossibles à tenir (réel dans "Elle t’attend", métaphorique chez "La Gardienne d’un fleuve"). L’amour semble tantôt inquiet ("Le Faux pas"), tantôt épanoui ("Amoureux"), loin de toute certitude. Son regard est plein d’empathie, ouvert à la beauté des petites choses ("Dans un autre quartier / Quelques rues en chantier / C’est déjà un voyage" - "Aller Voir") mais questionnant les grands idéaux ("Le veilleur du désert / Face aux dieux face au vide / Qu’est-ce donc qui le guide ?" - "Le Marcheur du désert"). Sa douceur se lézarde parfois d’humeurs gamines ("Tout est permis", où un garnement respectueux se laisse enfin aller quand son pater se retrouve au chômage) ou de traits ironiques : clochardisé "Sous un pont", il raille sa situation – forcément intermittente, forcément précaire – d’artiste en marge, prophétisant sa fin (faim ?) et réaffirmant néanmoins son credo ("J’poursuivrai mes chansons, la rime est ma raison") avec citation musicale de circonstance ("Sous le ciel de Paris")… avant de "s’offrir au fleuve" et boucler la boucle en rejoignant – peut-être – la naïade contemplée ailleurs par des hommes sur une rive. Ces chansons où l’élément liquide est si présent et vivace forment sans doute le cœur secret (et féminin) du disque, rendu encore plus vibrant par la belle rondeur des notes au piano.

L’album est paradoxal : à la fois doux et accueillant, il ne se laisse pourtant pas aisément apprivoiser. Il faut creuser, l’écouter sans relâche pour garder en tête ces mélodies en demies teintes, un peu évanescentes. Le disque a le défaut de ses qualités : à cause du piano-voix ascétique et de la qualité égale des chansons (très peu de ratés), il n’y a pas à proprement parler de "dramaturgie" dans la succession des titres, de creux mettant en valeur les sommets. Paradoxe des disques trop "ronds" et cohérents, enfilant les perles sans chercher la variété : une beauté unie, que certains pourraient trouver monotone ou minimaliste – même s’il y a mille nuances dans ce mouchoir de poche, et que le ruisseau apparemment tranquille est secoué de remous en profondeur. Une fois acclimaté, les chansons révèlent leur suc à l’auditeur, les textes acquièrent un contour plus net, les mélodies une forme plus précise – mais il faut insister, le disque est exigeant et se mérite. Laurent Berger a intitulé son spectacle "Chansons de l’instant", et cela résume bien notre sentiment : une chanson qui séduit au premier abord, mais ne se laisse pas facilement retenir, dans tous les sens du mot. C’est un mal (les programmateurs n’aiment pas ces morceaux qu’il faut réécouter plusieurs fois avant de mémoriser) pour un bien (liberté artistique, sans attaches ni gimmicks). A l’image de cette chanson poétique, intransigeante et belle – mais éternellement condamnée au confidentiel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Laurent Berger en concert à Théâtre de Ménilmontant (samedi 28 mars 2015)
Laurent Berger en concert à Théâtre de Ménilmontant (samedi 13 février 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Laurent Berger
Le Facebook de Laurent Berger


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=