Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laure Brisa
Leaving Room  (Microculture / Carton Records)  avril 2015

Voilà. Je ne pensais pas me trouver ici à faire ça, mais j'y suis. Cédant à l'aimable insistance de David (et à l'attrait de l'argent, il ne faut pas se mentir), j'enfile donc le costume de chroniqueur. Me voilà donc en train de parcourir la longue liste des albums à chroniquer pour le délice des grenouilles. Par où commencer ? Je suis un peu perdu et je cherche un critère de sélection. Je décide finalement de faire le tri par label à la recherche des autoproduits. Quitte à chroniquer un album, autant donner de la lumière à ceux qui ont tant de mal à s'y faire une place. Et là, je tombe sur Carton Records. Carton carton carton, pour être précis. Ce petit label lyonnais au nom méthode Coué qui grimpe qui grimpe qui grimpe. Ils sont notamment responsables du premier EP de Jeanne Added et du récent et magnifique Odessey & Oracle and the casiotone orchestra. Pour soutenir ce projet, on trouve aussi le label Microcultures... je ne m'étendrai même pas, ça sent la perle sauvage.

Quel est donc cet album ? Leaving Room. De Laure Brisa. Voyons donc.

J'hésite. Comment aborder une première écoute pour une première chronique ? Faut-il d'abord se renseigner sur l'artiste et son parcours ? Aller jeter un oeil sur le site du label ? Ou simplement écouter sans a priori ? De toute façon, j'ai déjà un a priori positif, alors autant ne pas rajouter de pression à ce pauvre disque qui n'a rien demandé.

Play >

Laure Brisa fait partie de cette catégorie d'artistes qui racontent des histoires. La musique devient une simple technique (parfaitement maîtrisée) et les mots eux-mêmes ne sont plus que les modestes serviteurs d'une quête qui les dépasse. Une seule langue n'y suffit pas. Il faudra donc aller du français à l'anglais en passant par l'espagnol pour trouver un vocabulaire suffisamment riche pour conter l'univers de Laure Brisa. C'est logique. Il suffit de tendre l'oreille un instant pour se rendre compte que les expérimentations sonores de la dame ne peuvent tenir dans une seule culture. Les instruments classiques et traditionnels se mêlent aux machines électroniques dans des arrangements pointillistes souvent basés sur des ostinati (en rock on dit des riffs, mais là il y a des riffs de harpe…). Chaque instrument raconte un mouvement, une sensation, un décor. Ils s'envoient des notes les uns aux autres, tendant des fils sur lesquels les voix se posent dans un numéro d'équilibriste sans filet. De la matière sonore naît un véritable spectacle, une féérie d'autrefois, un conte d'aujourd'hui. On pense alors à Georges Méliès, à Philippe Decouflé ou Bartabas. Je pourrais lancer de grands noms comme autant d'étoiles dans le ciel de ce magnifique album, vous parler de Claire Diterzi, Erik Satie, Lhasa de Sela, Loïc Lantoine (moins évident, mais cherchez bien), mais je ne le ferai pas, ça n'aurait aucun intérêt. Je préfère vous laisser là et profiter de cet album jusqu'à la dernière goutte.

[] Stop

Comment vous dire qu'il faut écouter ce disque ? Bien sûr, chacun ses goûts, ses couleurs… Mais ce qui fait de nous des Hommes, c'est qu'on veut toujours découvrir autre chose. Et je vous promets que l'herbe est plus verte de ce côté.

Il y a depuis quelques temps un parfum agréable de bonne musique dans ce pays, on voit fleurir des artistes qui n'essaient pas de faire comme tel ou tel autre, qui n'écrivent pas des tubes (remplis de vide comme leur nom l'indique), ne cherchent pas la gloire. Des artistes qui explorent, qui content, qui osent, qui travaillent. Laure Brisa est de ceux-là et Guillaume de la Villéon, qui l'accompagne, aussi.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Laure Brisa
Le Soundcloud de Laure Brisa
Le Facebook de Laure Brisa


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=