Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laure Brisa
Leaving Room  (Microculture / Carton Records)  avril 2015

Voilà. Je ne pensais pas me trouver ici à faire ça, mais j'y suis. Cédant à l'aimable insistance de David (et à l'attrait de l'argent, il ne faut pas se mentir), j'enfile donc le costume de chroniqueur. Me voilà donc en train de parcourir la longue liste des albums à chroniquer pour le délice des grenouilles. Par où commencer ? Je suis un peu perdu et je cherche un critère de sélection. Je décide finalement de faire le tri par label à la recherche des autoproduits. Quitte à chroniquer un album, autant donner de la lumière à ceux qui ont tant de mal à s'y faire une place. Et là, je tombe sur Carton Records. Carton carton carton, pour être précis. Ce petit label lyonnais au nom méthode Coué qui grimpe qui grimpe qui grimpe. Ils sont notamment responsables du premier EP de Jeanne Added et du récent et magnifique Odessey & Oracle and the casiotone orchestra. Pour soutenir ce projet, on trouve aussi le label Microcultures... je ne m'étendrai même pas, ça sent la perle sauvage.

Quel est donc cet album ? Leaving Room. De Laure Brisa. Voyons donc.

J'hésite. Comment aborder une première écoute pour une première chronique ? Faut-il d'abord se renseigner sur l'artiste et son parcours ? Aller jeter un oeil sur le site du label ? Ou simplement écouter sans a priori ? De toute façon, j'ai déjà un a priori positif, alors autant ne pas rajouter de pression à ce pauvre disque qui n'a rien demandé.

Play >

Laure Brisa fait partie de cette catégorie d'artistes qui racontent des histoires. La musique devient une simple technique (parfaitement maîtrisée) et les mots eux-mêmes ne sont plus que les modestes serviteurs d'une quête qui les dépasse. Une seule langue n'y suffit pas. Il faudra donc aller du français à l'anglais en passant par l'espagnol pour trouver un vocabulaire suffisamment riche pour conter l'univers de Laure Brisa. C'est logique. Il suffit de tendre l'oreille un instant pour se rendre compte que les expérimentations sonores de la dame ne peuvent tenir dans une seule culture. Les instruments classiques et traditionnels se mêlent aux machines électroniques dans des arrangements pointillistes souvent basés sur des ostinati (en rock on dit des riffs, mais là il y a des riffs de harpe…). Chaque instrument raconte un mouvement, une sensation, un décor. Ils s'envoient des notes les uns aux autres, tendant des fils sur lesquels les voix se posent dans un numéro d'équilibriste sans filet. De la matière sonore naît un véritable spectacle, une féérie d'autrefois, un conte d'aujourd'hui. On pense alors à Georges Méliès, à Philippe Decouflé ou Bartabas. Je pourrais lancer de grands noms comme autant d'étoiles dans le ciel de ce magnifique album, vous parler de Claire Diterzi, Erik Satie, Lhasa de Sela, Loïc Lantoine (moins évident, mais cherchez bien), mais je ne le ferai pas, ça n'aurait aucun intérêt. Je préfère vous laisser là et profiter de cet album jusqu'à la dernière goutte.

[] Stop

Comment vous dire qu'il faut écouter ce disque ? Bien sûr, chacun ses goûts, ses couleurs… Mais ce qui fait de nous des Hommes, c'est qu'on veut toujours découvrir autre chose. Et je vous promets que l'herbe est plus verte de ce côté.

Il y a depuis quelques temps un parfum agréable de bonne musique dans ce pays, on voit fleurir des artistes qui n'essaient pas de faire comme tel ou tel autre, qui n'écrivent pas des tubes (remplis de vide comme leur nom l'indique), ne cherchent pas la gloire. Des artistes qui explorent, qui content, qui osent, qui travaillent. Laure Brisa est de ceux-là et Guillaume de la Villéon, qui l'accompagne, aussi.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Laure Brisa
Le Soundcloud de Laure Brisa
Le Facebook de Laure Brisa


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=