Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce I'm From Barcelona
Growing Up Is For Trees  (Telegram Records / Warner Music)  mars 2015

Il y a des choses qui, quoiqu’il arrive, font toujours plaisir, principalement trois : manger une pizza, faire du sexe, écouter un nouvel album de I’m From Barcelona. Même si la pizza n'est pas top, si le sexe est un peu bâclé, si l’album est un peu moins bon que le précédent, c’est quand même toujours plaisant de manger une pizza, en faisant du sexe, en écoutant I’m From Barcelona, c’est un peu salissant il faut bien l’avouer, mais bon.

Je ne vous parlerai pas de ma dernière pizza qui était vraiment divine, une quatre fromages, enfin une Quattro Formaggi plutôt, à la pâte fine et croustillante, parfaitement garnie et cuite à la perfection. Je ne vous parlerai pas non plus de ma vie sexuelle (comment je me suis disputé), bande de pervers polymorphiques qui, sous prétexte de venir lire des chroniques musicales, voulez simplement vous rincer l’œil et vous repaître des détails croustillants sur les mœurs débridées des chroniqueurs et des attachées de presse dans les backrooms que sont les carrés VIP des salles de concerts parisiennes, vous me dégoûtez !

Aujourd’hui, je vous parlerai simplement du nouvel album de I’m From Barcelona, groupe suédois qui a compté jusqu’à vingt-neuf (!!) membres, et qui reviennent à seulement dix-neuf (!!), d’après la photo de la pochette de l’album du moins, c’est la crise pour tout le monde. Un des soucis de IFB (pour ceux qui sont pressés), à part le fait d’être des menteurs puisqu’ils sont de Jönköping, est à chercher du côté du premier album, il était tellement atypique, tellement particulier que d’une part on a en créé un théorème musical (du moins pour moi) : une chanson pop est réussie si et presque seulement si on peut appliquer dessus un rythme dit "clap-clapclap" et que d’autre part, ils sont apparus comme une bande de joyeux hippies naïfs faisant du Polyphonic Spree sans toge, avec des paroles légères, "on est une bande de copains et on s’amuse, oh cool un feu de bois, venez on fait des chansons, lol !". Voilà l’image que beaucoup ont d’eux et c’est non seulement bien dommage mais totalement faux. Depuis trois albums, IFB a acquis une vraie stature de groupe pop bien loin de ce cliché mais sans jamais pourtant perdre leur univers parfois un peu festif et c’est connu, l’amateur de pop n’aime pas la musique un peu festive, ce n’est pas bon pour la crédibilité de taper du pied.

Aujourd’hui sort leur quatrième album, cinquième si l’on compte leur projet fou de triple vinyle 27 songs où vingt-sept chansons étaient réunies, chacune composée et enregistrée par un membre (à ne pas confondre avec 9 songs où... heu non rien, on a dit pas de racolage). Disons-le tout net, Growing Up For Trees est une réussite, pas partielle, pas "un peu", totale. On retrouve quelques éléments fondamentaux d’IFB, des chœurs, des refrains chantés tous ensemble, des chansons légères et enlevées ("Violins", "Benjamin"), et même certaines qui se conforment au théorème du "clap-clapclap". Mais il n’y a pas que ça, les compositions d’Emanuel Lundgren, le chef de fanfare, n’ont jamais été aussi ambitieuses et pourtant toujours aussi légères et aériennes, certaines totalement Arcade Firienne mais sans, avouons-le, la prétention de ces derniers. La naïveté des débuts a fait place à une profondeur, voire même à une certaine mélancolie même dans les chansons les plus légères. Si les compositions sont toujours aussi pertinentes, l’électronique vient en quelques touches impressionnistes apporter une couleur différente aux chansons, de manière totalement naturelle, là où dans "Get In Line" par exemple sur Forever Today, leur album précédent, ça semblait un peu plus forcé.

Dire que IFB n’a pas le succès mérité est une évidence à la limite du cliché. Ils font comme beaucoup partie des grands oubliés et évidemment c’est totalement injustifié, ce disque regorge de chansons incroyables "Helium Heat", "Sirens". Osant même des moments plus planants, plus doux, plus touchants, "Growing Up Is For Trees", "Summer Skies" et sa coda totalement hypnotique. Chaque morceau s’inscrit parfaitement dans la continuité du précédent sans jamais aucune redite, en formant un disque cohérent et pourtant varié.

Parfois les pizzas sont vraiment immondes, trop cuites, pâtes dégueulasses, fromages industriels et jambon polyphosphaté. Parfois, le sexe ce n’est pas génial, pas d’alchimie, draps sales, odeurs étranges, trop bref, trop long. Heureusement dans ces cas-là, il reste I’m From Barcelona, la seule chose qui, quoiqu’il arrive, fait toujours plaisir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Who Killed Harry Houdini ? de I'm From Barcelona
I'm From Barcelona en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
I'm From Barcelona en concert au Festival Les Inrocks 2006
I'm From Barcelona en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
I'm From Barcelona en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
I'm From Barcelona en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
I'm From Barcelona en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
I'm From Barcelona en concert au Bataclan (31 octobre 2008)
I'm From Barcelona en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)

En savoir plus :
Le site officiel de I'm From Barcelona
Le Soundcloud de I'm From Barcelona
Le Facebook de I'm From Barcelona


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=