Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adanowsky - Jasmine Vegas
Nouveau Casino  (Paris)  26 mars 2005

Nous avions découvert Jasmine Vegas, en solo acoustique, en première partie du concert de De Kift. .

Etonnante diva psychédélique à la voix surprenante, harnachée d'un accordéon plus volumineux qu'elle, elle nous avait subjugué et emporté tous azimuts vers des horizons musicaux très variés, de la ballade celte à la chanson napolitaine.

Voici de nouveau sur scène cette auteur-compositeur-interprète, new yorkaise transfuge de l'underground américain.

Perchée sur des sandales pailletées de meneuse de revue, robe transparente, cheveux ultra courts et lunettes d'intellectuelle arty, toujours aussi fragile, accompagnée de musiciens.

Elle fait quelques bulles de savon, nous raconte l'origine de son nom, Jasmine à cause de la sainte, elle a d'ailleurs été également connue sous le nom de Sainte Jasmine, et Vegas à cause des plaines fertiles.

Quelques notes d' accordéon pour introduire une ballade à l'irlandaise ("Cannabis") qui fait pose un dôme de douceur surranée sur le Nouveau Casino.

Concert mid-tempo pour des chansons nostalgico-jazz-club que ce soit en anglais avec "Blue sky" ou en français ("Encaisse-moi", "Fou", "Je te vois") très éloigné de l'aspect un peu déjanté du personnage qu'elle nous avait laissé entrevoir.

.

Mais une voix fascinante toute en émotions et couleurs .

En tête d'affiche, Adanowsky, contraction d'Adan Jodorowsky, nom qui vous rappelle sans doute quelque chose. Oui, le fameux Alexandro Jodorowsky, le monsieur au beau visage à la toison blanche qui est d'ailleurs dans la salle.

Entrée fracassante à dos d'homme de son rejeton masqué, beau mince, souriant, fine moustache d'hidalgo, en costume blanc, chemise noire, cravate blanche, chaussures bicolores et rose à la bouche qu'il lance dans le parterre de fans constitué exclusivement de jeunes filles dont la tenue prouve qu'elles n'ont pas peur des fluxions de poitrine.

Mon voisin, plus sévère et certainement plus réaliste, me souffle des qualificatifs moins galants.

Entrée musicale tout aussi fracassante avec une chanson à la gloire de sa queue de trois mètres (mon voisin semble avoir raison quant à l'intérêt desdites jeunes filles).

Et ce n'est pas fini parce "L'idole" ("Fixez-moi je vais vous entortiller avec mes pas de danse/Ecoutez cette voix vous emportera/Elle vous envoûtera") ne se ménage pas, crooner des années 50 et danseur frénétique qui fait le grand écart, vibrionne en permanence, swingue à tout va, sorte d'hybride entre Dany Brillant et Emmanuel de Brantes.

Ce qui déconcerte c'est le contraste, voire l'anachronisme, entre les textes souvent provocateurs et iconoclastes avec une thématique récurrente amour-sexe-mort, plutôt grave, et la musique sorte de mambo kitsch déjanté, rappelant les bals latinos, qui font pogoter toujours les mêmes jeunes filles.

On ne sait s'il oeuvre dans le second degré, le happening ou la grande manipulation.

Car "Fils à papa" ("Penser qu'un jour il s'en ira, quelle luxueuse terreur !/De grâce il fera de moi un colossal héritier") il colle ses parents ("Parents toxiques") et aime beaucoup beaucoup sa maman, celle qui porte une culotte à pois pompadour ("Maman t'as pas fini?") son "Etoile éternelle" et fait dans le Paolo Conte ibérique ("Estoy mal").

Mais le côté clubbing mêlé à la chaude sensualité des rythmes sud américains reprend vite le dessus, danseuse à la peau pailletée venant réveiller les fantasmes évenuellement assoupis.

Rappel avec "Mambo miam miam" de Gainsbourg avant un grand final où il fait monter sur scène les minettes du parterre pour des danses très rapprochées...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Etoile Eternelle de Adanowsky
Adanowsky en concert à I Love My Neighbours - Puggy - Amber and the Dude - Adanowsky - Gush (13 juin 2010)
La chronique de l'album Time de Jasmine Vegas
Jasmine Vegas en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
Jasmine Vegas en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Jasmine Vegas en concert aux Bains Douches (28 janvier 2006)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (21 février 2006)
Jasmine Vegas en concert au Zénith (30 mars 2006)
Jasmine Vegas en concert à La Maroquinerie (23 septembre 2006)
L'interview de Jasmine Vegas (17 juin 2005)
L'interview de Jasmine Vegas (28 janvier 2006)

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=