Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Velasquez
Grand Palais  (Paris)  Du 25 mars au 13 juillet 2015

La grande exposition du printemps 2015 est celle consacrée au maître espagnol Diego Velasquez organisée par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais et le Musée du Louvre en collaboration avec le Kunsthistorisches Museum de Vienne qui en a présenté précédemment une monstration réduite.

L'événement est d'autant plus exceptionnel qu'aucune exposition monographique ne lui a été consacrée en France et que la plupart de ses oeuvres sont "sanctuarisées" au Musée du Prado qui se défait rarement de ce patrimoine et jamais des "Ménines" considérées comme un monument qui ne se déplace pas.

Velasquez, c'est une des icônes universelles de l'Histoire de l'Art, le maître incontesté de la peinture baroque espagnole, la figure tutélaire invoquée par les plus grands peintres des siècles subséquents, et pour ne citer qu'un exemple, de son compatriote Picasso qui a tenté de percer le mystère de son tableau emblématique avec ses variations sur "Les Ménines", une ambition de carrière de peintre du roi satisfaite dès l'âge de 24 ans et une production restreinte d'à peine plus d'une centaine de toiles.

Sous le commissariat de Guillaume Kientz, conservateur au département des Peintures du Musée du Louvre, la monstration présente de manière chronologique un large panorama didactique de l'oeuvre de Velasquez dans une scénographie réalisée par l'Atelier Maciej Fiszer qui mise sur une sobriété classique et les contrastes chromatiques pour rythmer la visite.

Velasquez, le peintre du Siècle d’or espagnol, peintre des rois et roi des peintres

L'exposition ne s'engage pas dans une réflexion sur l’auto-représentation et la méta-peinture alors même que les toiles de Velasquez sont perçues comme une œuvre auto-réflexive initiant de surcroît une interactivité avec le spectateur.

Toutefois, le parcours est instillé d'oeuvres de certains de ses contemporains, Zurbaran manquant à l'appel, qui permettent d'entrevoir tant les influences possibles que l'environnement pictural de l'époque avec ses oeuvres de jeunesse, des peintures de dévotion, des scènes de genre et placées sous le signe du naturalisme et du caravagisme, puis ses échappées vers le paysage et la peinture d'histoire à l'occasion de ses voyages en Italie.

Le visiteur pourra également découvir la rareté dans le répertoire velazquezien que constitue le nu avec la "Vénus au miroir", prêt exceptionnel de la National Gallery.

Mais Velazquez triomphe dans l'art du portrait, son registre de prédilection, et inhérent à sa fonction de peintre de cour. C'est dans la contrainte, celle du respect de la tradition du portrait de cour espagnol, un portrait officiel destiné à afficher, de manière ostentatoire, le rang, la puissance et la fortune, qu'il trouve son espace de liberté et de novation en s'attachant à un réalisme figuratif qui est moins une approche psychologisante qu'une représentation sensible de l'humanité incarnée.

Une humanité qui peut être acerbe, telle celle des courtisans, mais également tendre comme celle des enfants royaux et notamment de l'héritier du trône, Baltasar Carlos, sur lequel repose tous les espoirs de la dynastie des Habsbourg d’Espagne.

L'exposition consacre également une salle aux portraits de la reine Marie-Anne d'Autriche et des infants réalisés dans l'atelier de Velasquez .

Velasquez, "le peintre des peintres" selon l'expression notoire de Edouard Manet, est cependant un peintre sans postérité nonobstant l'oeuvre de "Los Velazquenos" qui tend davantage vers le baroque italianisant et le syncrétisme vénéto-flamand à la Van Dyck et celle de son gendre et disciple Juan Bautista Martínez del Mazo

Une salle est consacrée à ce dernier qui a notamment réalisé un tableau intitulé "La famille de Philippe II" qui est une copie d'après les fameuses "Ménines". La salle comporte une ligne de fuite qui aspire le regard vers l'ultime salle conçue comme un épilogue.

Plongée dans l'obscurité, il en émerge une immense toile représentant un puissant cheval blanc sellé mais dépourvu de cavalier qui se révèlera entouré de deux autoportraits de Velasquez. La deuxième ambition de Velasquez était d'être anobli. Peu avant sa mort, il fut nommé chevalier de l'Ordre de Santiago.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=