Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Velasquez
Grand Palais  (Paris)  Du 25 mars au 13 juillet 2015

La grande exposition du printemps 2015 est celle consacrée au maître espagnol Diego Velasquez organisée par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais et le Musée du Louvre en collaboration avec le Kunsthistorisches Museum de Vienne qui en a présenté précédemment une monstration réduite.

L'événement est d'autant plus exceptionnel qu'aucune exposition monographique ne lui a été consacrée en France et que la plupart de ses oeuvres sont "sanctuarisées" au Musée du Prado qui se défait rarement de ce patrimoine et jamais des "Ménines" considérées comme un monument qui ne se déplace pas.

Velasquez, c'est une des icônes universelles de l'Histoire de l'Art, le maître incontesté de la peinture baroque espagnole, la figure tutélaire invoquée par les plus grands peintres des siècles subséquents, et pour ne citer qu'un exemple, de son compatriote Picasso qui a tenté de percer le mystère de son tableau emblématique avec ses variations sur "Les Ménines", une ambition de carrière de peintre du roi satisfaite dès l'âge de 24 ans et une production restreinte d'à peine plus d'une centaine de toiles.

Sous le commissariat de Guillaume Kientz, conservateur au département des Peintures du Musée du Louvre, la monstration présente de manière chronologique un large panorama didactique de l'oeuvre de Velasquez dans une scénographie réalisée par l'Atelier Maciej Fiszer qui mise sur une sobriété classique et les contrastes chromatiques pour rythmer la visite.

Velasquez, le peintre du Siècle d’or espagnol, peintre des rois et roi des peintres

L'exposition ne s'engage pas dans une réflexion sur l’auto-représentation et la méta-peinture alors même que les toiles de Velasquez sont perçues comme une œuvre auto-réflexive initiant de surcroît une interactivité avec le spectateur.

Toutefois, le parcours est instillé d'oeuvres de certains de ses contemporains, Zurbaran manquant à l'appel, qui permettent d'entrevoir tant les influences possibles que l'environnement pictural de l'époque avec ses oeuvres de jeunesse, des peintures de dévotion, des scènes de genre et placées sous le signe du naturalisme et du caravagisme, puis ses échappées vers le paysage et la peinture d'histoire à l'occasion de ses voyages en Italie.

Le visiteur pourra également découvir la rareté dans le répertoire velazquezien que constitue le nu avec la "Vénus au miroir", prêt exceptionnel de la National Gallery.

Mais Velazquez triomphe dans l'art du portrait, son registre de prédilection, et inhérent à sa fonction de peintre de cour. C'est dans la contrainte, celle du respect de la tradition du portrait de cour espagnol, un portrait officiel destiné à afficher, de manière ostentatoire, le rang, la puissance et la fortune, qu'il trouve son espace de liberté et de novation en s'attachant à un réalisme figuratif qui est moins une approche psychologisante qu'une représentation sensible de l'humanité incarnée.

Une humanité qui peut être acerbe, telle celle des courtisans, mais également tendre comme celle des enfants royaux et notamment de l'héritier du trône, Baltasar Carlos, sur lequel repose tous les espoirs de la dynastie des Habsbourg d’Espagne.

L'exposition consacre également une salle aux portraits de la reine Marie-Anne d'Autriche et des infants réalisés dans l'atelier de Velasquez .

Velasquez, "le peintre des peintres" selon l'expression notoire de Edouard Manet, est cependant un peintre sans postérité nonobstant l'oeuvre de "Los Velazquenos" qui tend davantage vers le baroque italianisant et le syncrétisme vénéto-flamand à la Van Dyck et celle de son gendre et disciple Juan Bautista Martínez del Mazo

Une salle est consacrée à ce dernier qui a notamment réalisé un tableau intitulé "LA famille de Philippe II" qui est une copie d'après les fameuses "Ménines". La salle comporte une ligne de fuite qui aspire le regard vers l'ultime salle conçue comme un épilogue.

Plongée dans l'obscurité, il en émerge une immense toile représentant un puissant cheval blanc sellé mais dépourvu de cavalier qui se révèlera entouré de deux autoportraits de Velasquez. La deuxième ambition de Velasquez était d'être anobli. Peu avant sa mort, il fut nommé chevalier de l'Ordre de Santiago.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=