Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les inquiets et les brutes
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  avril 2015

Comédie dramatique de Nis-Momme Stockmann, mise en scène de Olivier Martinaud, avec Daniel Delabesse et Laurent Sauvage.

Dédiée à la mise en scène de textes contemporains inédits, la Compagnie Garçon pressé propose avec "Les inquiets et les brutes" de faire découvrir au public français le jeune dramaturge allemand, au milieu de la trentaine, Nis-Momme Stockmann.

Si les thématiques abordées - la mort du père, la rivalité fraternelle, la pathologie familiale et le sens de la vie, celle-ci étant définie par son antithèse qu'est la mort - ne sont pas nouvelles, en revanche, leur traitement comme la construction dramatique s'avèrent d'autant plus atypiques que la partition se révèle métamorphique.

Point de phase d'exposition ni d'historicisation, Nis-Momme Stockmann attaque directement le vif du sujet (sic), en l'occurrence avec un cadavre et un ton burlesque qui prête au rire : sans affect apparent, deux frères sont, à l'instar de la poule qui a trouvé une fourchette, bien embarrassés face au corps de leur père mort seul, assis dans son fauteuil, baignant dans es excréments et grignoté par son chat.

Si le cadet réagit spontanément de manière rationnelle en vue de l'inhumation, l'aîné, soucieux du regard des autres miroir de sa culpabilité, impose de procéder au préalable à une mise en scène qui effacerait l'indignité de cette mort dans l'abandon des siens.

Commence alors un huis-clos violent et éprouvant ressortissant tant au psychodrame qu'à la catharsis onirique et à la tentative de résilience, qui, usant d'ellipses et de bribes de révélation, laisse percevoir le lourd contentieux qui existait entre le père et ses fils, mais également entre les frères ennemis, et qui a fait d'eux des êtres à l'humanité broyée.

La radicalité du texte impose au spectateur une écoute non seulement attentive mais réflexive car la situation de domination fraternelle héritée de l'enfance va se décliner et s'inverser au cours d'une confrontation existentielle à la dimension philosophique.

La scénographie de Charles Chauvet vise à restituer la simplicité rudimentaire du lieu de vie d'une personne âgée de condition modeste, et, à la mise en scène, Olivier Martinaud se concentre sur la direction d'acteur de deux comédiens émérites. Car il faut "en avoir sous la semelle" pour se colleter et interpréter une telle partition constituée d'ellipses et de changement de registres et qui sort les squelettes du placard et ne se cale pas sur une pensée bienpensante manichéiste..

Buté, regard fuyant, corps ramassé prêt à l'attaque, imbu de la supériorité dont il s'est auto-investi, petit et râblé, Daniel Delabesse campe efficacement l'aîné. L'abêti et l'abruti, c'est lui et non le cadet à l'allure de souffre-douleur, au long corps chancelant et au regard de voyant qui semble déjà avoir traversé le miroir, incarné par Laurent Sauvage.

Habitée, la prestation de Laurent Sauvage, sur lequel repose la dérive en forme de plaidoyer existentiel qui dépasse l'anecdotisme d'une situation pour devenir questionnement universel, est exceptionnelle.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=