Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mondial du Tatouage - Edition 2015
La Grande Halle de La Villette  (Paris)  Les 6, 7 et 8 mars 2015

Il y a un mois, se tenait sous la Grande Halle de la Villette le Mondial du Tatouage 2015. Cette troisième édition est unique en son genre, car c’est la seule au monde. En effet, l’initiative du tatoueur Tin-tin est exclusive, avant cet évènement, personne n’avait jamais réuni autant de tatoueurs sous le même chapiteau nulle part sur la planète !

Cocorico : c’est en France qu’on a lancé le 1er mondial du tatouage en 2013.

Et devant l’engouement général pour cette manifestation, le mondial est parti pour durer. Au programme des trois jours : tatouages, concours, expos peinture, aquarelles, Fender, exhibitions, concerts et 8.6 qui coule à flots : rien que ça !

Niveau exposants, pas moins de 340 tatoueurs de 30 pays. Tous les styles, toutes les techniques, rien ne manque.

Le dermographe électrique, les aiguilles sur bambou, le tatouage a un histoire, aujourd’hui encore les tatoueurs perpétuent les techniques ancestrales d’un côté, et innovent avec du matériel toujours plus léger, plus facile à utiliser ou plus ergonomique.

On a vu des gens se faire tatouer absolument dans tous les sens, (ou presque) toutes les parties de leur corps, de toutes les manières possible : assis / debout / couchés. Ils se sont fait tatouer des dessins, des mandalas, des photos, aucune limite à la création artistique.

Du spectacle à tous les étages, et des concours pour ponctuer le week-end. Mais aussi de la musique, avec une programmation très rock’n roll. Tout au long de la journée, les Djs se sont relayé, parmi eux Gunther Love et Moche Pitt dans la comédie Airnadette. Le soir venu, c’est une programmation "métal" : As They Burn et The Ocean. Les deux groupes ont tenu leur promesse de nous décoller les tympans !

As They Burn est une formation parisienne qui existe depuis 2007. De retour d’une tournée européenne, le groupe retrouve Paris et insuffle son énergie rageuse à la Grande Halle. Leur font suite The Ocean, les berlinois ne sont pas en restent, le groupe sert un métal rude, âpre. Leur guitares résonneront jusque tard dans la nuit, on ressort un peu déboussolé de la fosse, saoulé par la musique qui nous aura pris et relâché sur les pavés devant la Grande Halle.

Le second jour reprend de plus belle, un DJ très rockabilly tout au long de la journée, les influences ont été comme celles du tatouage : multiples et variées. Se suivent en fin de journée DJ Madj et Viktor CouP?k, qui chauffent considérablement l’ambiance avant de nous laisser avec Jennifer Cardini. La star ce soir là, c’est elle. La DJette allemande s’est forgée depuis plus de 10 ans, une solide réputation dans le monde de l’électro, DJ résidente du Rex Club, sa renommée mondiale n’est pas un hasard, sa techno : mélange de nu-disco et de minimale teintée de house. Le résultat : le public entre en transe, les heures passent et c’est l’heure de rentrer.

Si la musique n’est pas ici le propos, puisque ce n’est pas un festival, la programmation est suffisante à rentre l’évènement complet. La musique est un art : le tatouage aussi. Et les cultures qui gravitent et s’imbriquent en font aussi une partie.

Tin-tin est aussi le président du Syndicat national des artistes tatoueurs de France. Et il le répète : ce sont des artistes. Le tatouage, c’est bien plus que des aiguilles, de l’encre et de la peau : c’est de l’art. Son projet est aussi inscrit dans la continuité du travail fait par les syndicats, les tatoueurs et les musées (le tatouage s’expose aussi à Branly). Derrière ses faux airs de loubard, Tin-tin est surtout celui qui se bat depuis des dizaines d’années pour son art. Et son style est, d’ailleurs, mondialement reconnu !

Sa récompense pour le moment, c’est ce week-end qui est "sold out", c’est la réponse du grand public, et les opinions qui changent enfin…

Au mondial, on a trouvé très peu de "vierge cutanée", si ceux qui sont venus ne sont pas déjà tatoués, ils viennent pour ça. RDV sur place avec son tatoueur, ou rencontre pour se faire tatouer plus tard, quoi qu’il arrive, ils finiront sous les aiguilles.

Finalement, le tatouage c’est hype ? Oui, plus ou moins, selon Tin-tin… Les stars de foot, les actrices ou les chanteurs, tout le monde se presse sur les divans des tatoueurs du monde entier. Si cela permet la démocratisation de leur art, c’est tant mieux !

Nous avons eu le plaisir de déambuler au son des démographes, des guitares et des clameurs pendant trois jours, l’occasion de poser quelques questions aux gens qui passaient par là , et de vous rapporter leur réponses :

"- Oui le tatouage est partout, c’est une mode, mais elle a toujours été là. Comme les premières femmes qui ont porté un pantalon d’homme : le monde doit s’habituer !" (Annie, 46 ans, tatouée)

"- Moi je trouve cela joli ! Même si parfois les coeurs sur les hommes, je ne trouve pas ça joli !" (Sabri, 9 ans)

"- Bien sûr que je suis tatouée, et c’est pas prêt de s’arrèter !" (Juliette, 23 ans, tatouée)

"- Ma femme est tatouée, je suis tatoué, et si nos enfants n’en veulent pas, nous accepterons ! (rires)" (Antoine, 33 ans, tatoué)

"- Non, je n’ai pas de tatouages ! Mais je suis ici pour ça… » (Nicole, 40 ans)

Le tatouage est de plus en plus accepté, il était donc temps qu’un salon lui soit dédié, et que par celui-là, le grand public puisse découvrir tout ce qui fait partie de l’univers du tatouage. Après trois jours tout à la 8.6, et une épaule tatouée : c’est sûr le mondial, c’était bien !

 

En savoir plus :
Le site officiel du Mondial du Tatouage
Le Facebook du Mondial du Tatouage

Crédits photos : Caroline Doutre


Marika D.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=